Home > Musique, Danse > Bhakti – La ferveur indienne

“Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton ame, de tout ton esprit" Dt 6, 5

Dans la culture indienne, un des plus beaux aspects, peut-être celui qui nous émerveille le plus, est l’immense amour du peuple indien pour Dieu, la ‘bhakti’.

Nous voyons nos frères hindous se rendre dans les temples les mains chargées d’offrandes en répétant le nom de leur dieu, se prosterner de tout leur long les mains jointes devant le saint des saints, recevoir le darshan (la vision) divin et la bénediction des prêtres avec ferveur. Autant d’attitudes qui nous élèvent et nous fascinent, qui parlent de la grandeur de ce peuple qui place toujours Dieu à la premiere place.

© Thierry de Roucy                     

Mais c’est aussi la rencontre avec l’univers artistique de Kalakshetra, école de musique et danse classiques indiennes où j’étudie depuis cinq ans a Chennai, qui m’a permis d’être le temoin et de participer à ce sens du sacré. La bhakti est quasiment l’unique thème de la musique carnatique (musique classique du Sud de l’Inde) et du Bharatanatyam (danse classique du Tamil Nadu). Tous les chants sont des prières de louange ou de supplication et le plus grand compositeur de musique carnatique, Thyagaraja – souvent appelé Saint Thyagaraja en raison de la consecration à Dieu comme sannyasi qu’il fit a la fin de sa vie- est considere comme tel non seulement par la qualite musicale de son œuvre mais aussi par la grande dévotion qu’il a su exprimer dans chacune de ses compositions.
De même lors des représentations de danse, ou l’amour du disciple pour Dieu est exprimé sous forme d’un amour humain, à la facon du Cantique des Cantiques, ce que la tradition indienne appelle la ‘madhura bhakti’. La danseuse joue alors le role de l ‘héroïne, exprimant son amour pour son Bien-aime, la tristesse d’être séparée de Lui et cherchant avec ardeur à Lui être uni.

C’est aussi la grande dévotion des étudiants dans la vie quotidienne de l’école qui est si touchante : la spontanéité avec laquelle ils vont chercher des fleurs chaque matin pour decorer les statues des dieux, l’attention qu’ils ont pour s’arrêter si souvent durant la journee et prier quelques minutes devant l’une des statues de dieu hindou dans le parc.

Quel temoignage ! Quel exemple étonnant ! Cela ne peut que nous inspirer à vivre serieusement notre foi,  notre relation a Dieu, dans une plus grande intimite et une charité débordante !

Aymeric Béranger
 

Deux exemples de danse sacrée du Tamil Nadu: Bharatanatyam

© Thierry de Roucy                     

Vous aimerez aussi
Un pèlerinage marial au cœur de l’Inde – reportage photo
Jyoti Sahi, l’art comme pont entre les cultures
L’école de danse de Kalakshetra : le renouveau d’une tradition vielle de plus de 2000 ans
La vie enfouie en Inde de petit frère Michel

2 Commentaires

  1. Helen Otero

    Aymeric!!!! Thank you so much for this article and the videos!! Is there any possibility to get Lakshmi´s dance in the event at Berlin??? Unity???
    A big hug, from Argentina
     
    Helen aunty