Home > Sport > 11 Septembre : « Je ne suis plus moi-même. »

11 Septembre : « Je ne suis plus moi-même. »

Le 11 septembre 2011, Tiffiny, une Américaine de vingt-neuf ans, était toute proche des tours jumelles quand elles se sont écroulées. Dix années ont passé depuis cet événement qui a bouleversé sa vie. Dix années d’un chemin de maladie et de dépouillement. Mais aussi dix années qui lui ont permis de connaître une nouvelle relation avec Dieu et ses amis.

© CC BY cliff1066
 

Tiffiny est une jeune femme brillante, humble et pleine de dynamisme. Elle a étudié la composition musicale et la danse, et notamment une matière qui s’appelle la « kinésiologie » (l’étude des mouvements humains). Du fait de ces excellents résultats à l’université d’Ohio, elle décroche tout de suite un très bon travail au Joyce Theather (théâtre de danses contemporaines à New York), au Carnegie Hall et aussi au fameux John Fitzgerald Kennedy Center à Washington. Très heureuse dans sa carrière, elle composait, dansait et dessinait. Après quelques années dans le monde du théâtre et de la musique, elle est engagée par une compagnie de gestion d’immeubles pour dessiner des bureaux dans le monde entier.

Le matin du 11 septembre, lorsqu’elle entend à la radio qu’il y a eu une attaque sur une tour jumelle, elle file aussitôt à son bureau tout proche de la tour pour y récupérer des archives et des documents précieux de sa société. La deuxième tour est alors touchée. Tout le monde essaie d’échapper aux débris. La poussière se fait de plus en plus épaisse, il s’agit de remonter au plus vite vers le nord. Il règne alors dans le quartier une ambiance apocalyptique : tous courent, crient, pleurent. A ce moment, n’ayant pas vu les avions, elle pense toujours qu’il s’agit d’une attaque à la bombe. Dans cette course, un phénomène tout à fait exceptionnel se produit : il lui semble être transportée miraculeusement par un ange puisqu’en un instant, sans vraiment comprendre pourquoi, elle se trouve dans un lieu plus sûr.

Le lendemain, elle retourne à son bureau et met cinq heures au lieu des huit minutes habituelles. Elle souhaite aider des collègues étrangers à ranger leurs affaires pour rentrer dans leurs pays. Au total, elle passe trois jours dans les locaux pleins de poussière toxique pour nettoyer grossièrement leur bureau. Très vite, elle ressent des nausées et ses mains enflent. Le 22 septembre, un médecin lui annonce qu’elle est atteinte de la sclérodermie et qu’il ne lui reste plus que dix années à vivre. La maladie est incurable. Une analyse de sang révèle aussi que son taux de mercure est très élevé. Il est aussi contaminé par toutes sortes de métaux lourds. Pour s’en débarrasser, le médecin lui prescrit des séances de transpiration, unique moyen pour faire baisser le taux de mercure. Il s’agit d’aller passer du temps dans une pièce à 48° C.

Dix années se sont écoulées depuis ces événements et son corps s’est complètement transformé du fait de la maladie. Ses bras sont en métal, elle ne peut plus bouger ses mains, il ne lui reste plus qu’un poumon, son œsophage est rigide, et elle commence à perdre ses doigts de pieds, ses os se décomposant. Son corps se détruit de l’intérieur petit à petit. Malgré cela, elle continue à travailler à mi-temps et à témoigner de la beauté de la vie avec notamment son groupe d’amis de la Fraternité Frassati (mis sous le patronage du bienheureux Pier-Giorgio Frassati).

Au milieu de ce dépouillement, elle se rappela qu’en 1998, elle priait Dieu pour lui demander d’avoir la grâce d’une vie toute proche de Lui, d’avoir une grande intimité avec Lui. C’est alors qu’elle nous livre le secret qui l’a fait tenir debout dans l’espérance : « Dieu a réalisé mon désir, ma prière. Il l’a fait sous une forme tout à fait inattendue. Il m’a tout pris. Aujourd’hui, je ne suis plus moi-même. Je ne me sens plus moi-même et je dépends totalement de sa Grâce. Peut-être me sera-t-il donné de vivre encore dix années. »

Vous aimerez aussi
A quoi sert de mourir à quatorze ans ?
Libre en enfer
Rencontre avec saint Maximilien Kolbe à Auschwitz
Figure de l’art religieux aux USA

3 Commentaires