Home > Spiritualité > Sur Pierre Verger, une photo ne parle pas qu’aux yeux

Sur Pierre Verger, une photo ne parle pas qu’aux yeux

de Thierry de Roucy       23 novembre 2011

Présentation de l'exposition photographique : "Pierre Verger. Regards d'enfants" à Salvador da Bahia (Brésil), le 24 novembre 2011.

Après avoir, depuis vingt ans, visité tant de fois la ville de Salvador, en découvrant les photos de Pierre Verger et en me laissant pénétrer par elles, je ne peux que reconnaître : ces photos sont vraies ! En un instant, me voici transporté dans cette ville incroyable et dans son mystère. Je vois sa lumière, j’entends ses cris et ses musiques fortes, j’admire la vitalité de ses enfants, je respire son humidité et ses parfums. J’ai tout à coup envie de jouer avec les « meninhos », de les aider à porter leur seau trop lourd, de faire mon marché à São Joaquim, de me promener le long de l’océan. J’oublie complètement que je suis à New-York et non pas au Brésil. C’est le plus beau cadeau que m’offre cette exposition : elle m’installe au cœur de Salvador. Elle m’apprend à aimer la Bahia et les Bahianais comme jamais : des photos prises avec amour ne peuvent que transmettre l’amour.

Ces photos ne sont pourtant pas si récentes… Mais elles ont quelque chose d’intemporel, le fond intemporel de tous les pays du monde, ce qui fait que ce pays-là, au-delà de ses transformations et de son histoire, demeure profondément ce qu’il est. C’est qu’une « vraie » photo, c’est plus qu’une photo : c’est une ambiance, c’est un mystère perçu et transmis, c’est une surprise, c’est un événement, c’est quelque chose qui demeure. Une « vraie » photo, c’est encore une photo qui ne parle pas qu’aux yeux, mais qui s’adresse à tout ce que nous sommes, qui nous remplit totalement comme la plus authentique des contemplations.

© Pierre Verger

L’Association qui organise cette exposition s’appelle l’Association « Points-Cœur ». Ses volontaires sont appelés « Amis des enfants ». Etre ami, ce n’est pas uniquement se délecter de la présence de l’autre, c’est faire aimer celui que l’on aime, c’est l’offrir à d’autres cœurs, c’est le tendre à d’autres bras. En ce sens, Pierre Verger est pour nous un modèle : son travail manifeste à quel point il est ami des enfants et de tous ceux qu’il photographie. Il sait montrer la grandeur des peuples qu’il présente, leur beauté, leur espérance. Il nous transporte où ils sont : à la croix, sur le marché, dans les rues… Il nous fait participer à leur vie… Il fait d’eux nos compagnons d’existence…

L’exposition comporte cinquante photographies. A la fois, c’est peu si on passe rapidement d’une photo à l’autre, et c’est beaucoup si on s’arrête longuement devant toutes celles qui sont exposées. Sachez-le : mieux vaut passer une heure devant une seule reproduction que vingt secondes devant chacune. Un regard superficiel est signe de notre superficialité, un long regard de notre désir de profondeur. A vrai dire une visite à la course serait même une offense pour tous ceux qui ont contribué à la réalisation de cette exposition : depuis Pierre Verger et ses enfants jusqu’à ceux qui nous accueillent dans leur maison. Les photos de Pierre Verger que sa fondation nous prête avec générosité, doivent nous apprendre à voir, mais aussi à écouter, à respirer, à chanter, à lutter, à prier. Ainsi rien ne sera perdu.


© Pierre Verger

Pour mieux connaître Thierry de Roucy :
http://france.pointscoeur.org/Biographie-du-Pere-Thierry-de-Roucy.html

Autres textes de Thierry de Roucy :
http://terredecompassion.com/tag/thierry-de-roucy/
http://www.evangelium-vitae.org/documents/3039/archives/divers/jesus-aime-judas-pere-thierry-de-roucy.htm

 

Vous aimerez aussi
La compassion à la lumière de l’art
Brésil : la réforme des dépenses publiques en question
Vik Muniz : recycler le visage
L’Allemagne en deuil : les mots du président empreints de compassion

1 Commentaire

  1. ana paula

    Chere Pere Thierry.
    merci beaucoup pour cette beau article que m’a donné une belle nostalgie de mon peuple, et aussi de cette revelation de leur beauté. ça me blesse le coeur quand les gens parle du Bresil seulement dans la cote fete, alors qu’on est plus que ça plus que la fete nous prennons notre vie avec joie et esperance, il a un chanteur bresilien que dire: viver e nao ter a vergonha de ser feliz, cantar a beleza de ser un eterno aprendiz, eu fico com a pureza a resposta das criancas e a vida e bonita e é bonita. Pier verger a pu capiter cette beauté de nous enfants et voila cette belle exposition, comme vous avez dire: sont regard a été tellement long qu’il a pu gouter la beauté de mon peuple bahiano. j’espere pouvoir voir cette expo. avec mon amitie
    ana paula