Home > Style de vie > Le facteur humain en architecture

Le facteur humain en architecture

Rencontre avec l'architecte, Timothy Schrock, installé à New York. Timothy nous présente sa conception de l'architecture comme un moyen pour servir la qualité de vie et le développement de la personne. Il nous partage quelques-unes de ses idées à travers deux projets.


© Timothy Schrock

Durant son enfance, Timothy avait toujours un crayon à la main pour dessiner et ébaucher des croquis. Sa formation en architecture a commencé sur les chantiers avec son père qui était maçon. Durant les deux années qui précédèrent son entrée à l'université, il travailla avec son père. De ce fait, quand il dessine maintenant des plans, il connaît bien le travail difficile et exigeant des personnes qui réalise les projets. Il en tient compte en choisissant au mieux des méthodes et techniques qui rendent le travail plus aisé sans toutefois faire trop de compromis avec le style qu'il souhaite donner. Après des études à Ivy Tech State College dans l'Indiana, il fut embauché par une compagnie de design de meubles, tout en continuant à développer ses compétences architecturales. En 2005, il a obtenu son Master d'architecture à l'Université Andrews, dans le Michigan.

Pour M. Schrock, l'architecture est un outil qui a pour objectif d’aider les personnes à mieux « fonctionner ». En insufflant des qualités humaines telles que les émotions, le désir d'amitié, la beauté et la paix, lors de la conception d'un bâtiment, Timothy cherche à servir l’épanouissement des personnes et leur mission dans un lieu spécifique. Un bâtiment a un réel pouvoir de nous transformer, de nous préparer à une action ou de nous y en empêcher, de nous mettre dans une situation intérieure qui nous permet d'aborder la réalité. Par exemple, nous avons tous fait cette expérience de transformation et de mouvement intérieur en entrant dans une magnifique cathédrale gothique dotée de somptueux vitraux. Schrock embrasse cette mission de l'architecte : concevoir des espaces clos qui aident les pesonnes à devenir vraies et belles.

 

Un projet de l'Université Andrews dans le Michigan

Lorsque Timothy eut le désir de participer au projet d’un nouveau bâtiment pour différents départements éducatifs de l’université Andrews, sa principale préoccupation fut d’améliorer la qualité des relations entre professeurs et étudiants et de faciliter leurs rencontres. Pour lui, il faut, certes, respecter au mieux le cahier des charges du bâtiment donné par l’université mais le génie de l’architecte vient de sa capacité à donner un caractère, une vie ou même un esprit aux matériaux qui s’agencent entre eux.

Une de ses brillantes idées a été de placer une longue table au milieu d'une salle entourée par les bureaux des professeurs. La table permet aux étudiants de travailler leurs devoirs, tout en facilitant l'interaction avec leurs professeurs qui peuvent voir leurs élèves autour de la table tout en entrant ou sortant de leur propre bureau. Ainsi les professeurs ne peuvent pas n'avoir qu'un contact informel avec leurs élèves. De son côté, l'étudiant se sent  aussi davantage à l’aise pour interrompre son professeur et lui poser les questions nécessaires. L’idée d'une longue table favorise également la communion, l’amitié et l'entr'aide entre les étudiants eux-mêmes.

Un autre détail, pour faciliter l'amitié entre professeurs et étudiants, est la présence d'un espace de rencontre à l’entrée de chaque département avec une cheminée, des sofas autour de cette cheminée ainsi qu’une table avec des collations. L'idée est d'aider les élèves à se sentir à la maison, d'inviter à une sorte d'intimité, et d'offrir un espace où il est agréable d'être et de revenir.

L'amitié n’est-elle pas la chose la plus importante dans nos années d’étude  ?

 

Un crèche pour les enfants


© Timothy Schrock

Bien conscient de la difficulté pour un enfant de dire au revoir à ses parents le matin à la garderie, Timothy cherchait dans ce projet à créer un environnement amical et accueillant qui faciliterait cette rupture. Quand il était enfant, il se souvient qu’il aimait construire des cabanes dans les arbres et au moment de rentrer à la maison pour le dîner, il ne voulait plus voulu quitter sa cabane qui était devenu comme un "chez lui". A partir de cette expérience personnelle, il a imaginé une petite cabane pour chaque porte de la garderie, de sorte que l'espace serait mis à l’échelle d’un enfant. Il a ensuite utilisé des couleurs vibrantes pour rendre le lieu joyeux et convivial. Le résultat est un effet de bandes dessinées, avivant l'imagination naturelle de l'enfant, l'espièglerie et la joie. Récemment, M. Schrock visitait cette crèche et on lui a dit combien les enfants apprécient cet espace créatif.


© Timothy Schrock

Vous aimerez aussi
Tadao Ando – du vide à l’infini
Le « Gaudi » polonais, architecte de l’espérance
Oscar Niemeyer : architecte, maître de la courbe
Figure de l’art religieux aux USA