Home > Sport > Ribéry : traître ou maître ?

Ribéry : traître ou maître ?

Platini l’a dit lui même il y a quelques jours : « S’ils descendent du bus il faudra faire attention à cette équipe de France ». L’aventure sud-africaine n’a pas fini de raisonner dans le cœur bleu de tous les passionnés de football.

Le 20 juin 2010, lorsqu’ils ont décidé de rester dans le bus lors d'un mouvement de grève aussi inédit qu'incompréhensible, l’équipe de France a déçu tout un public et, pire, a dénaturé les valeurs du sport. Avec d’autres scandales qui ont relégué nos plus grands sportifs en second plan, le désamour pour l’équipe de France de football est officiel. Où sont passés les artistes du ballon rond qui enflammaient les foules de leurs chefs d'œuvre techniques ? Où sont les nouveaux Platini, Rocheteau et autres Zidane, meneurs d'hommes et génies incontestés ?

Pour le grand public, il est presque impossible de démêler les deux personnalités des sportifs modernes : l'homme, celui qui a reçu le don et qui émerveille petits et grands, et le sportif, celui qui fait fructifier le don,  qui transpire et travaille dans l’ombre insufflant par son comportement l'esprit d'équipe et l'engagement. En quelques mois, les Bleus ont écorché chacun de ces visages : le sportif est honteusement mort à Knysna et l’Homme dans les bras de Zahia, leader devenu people. De l’autre côté de la réalité, le supporteur, celui qui avait confié à ces sportifs ses espoirs de victoires a commencé par douter, puis s’est révolté, et a finalement rejoint le camp de l’indifférence. Le pire. Restent encore ceux qui y croient, et peut-être plus nombreux, ceux qui n'osent plus y croire.

Il faut reconnaître qu’elle est bien loin l'image de l'enfant que son grand-père emmenait au stade pour applaudir les magiciens du ballon rond, quand le passionné éduquait l’émerveillé. Aujourd'hui, il est davantage question de fric et de pub que d’exploit et d’engagement, de matchs truqués et de mœurs désordonnées que de beauté du geste et d’exemples à suivre. Haïr Ribery est même devenu pour certains un sport national plus pratiqué que d’encourager son équipe. Les Français veulent oublier. Certes, mais c’est peut-être choisir la facilité. C'est comme en marketing, il est plus simple de changer le nom d’une marque que de lui redonner ses lettres de noblesses.
Alors en attendant que ces onze joueurs embrassent des millions de supporters, et si l’Euro 2012 nous faisait rentrer dans une autre dimension et voir plus loin que le fiasco de 2010 ?

Vendredi dernier l'Euro 2012 a en effet débuté en Pologne et en Ukraine, 16 nations, un trophée. Cet événement est l'occasion rêvée pour retrouver la passion du jeu, pour s'émerveiller à nouveau et grandir dans l'amour du sport. Car « le sport – dit Benoit XVI – éduque à dépasser la logique de l’individualisme et de l’égoïsme, qui souvent caractérise les relations humaines, pour laisser la place à la logique de la fraternité et de l’amour (…) Le sport d’équipe, auquel appartient le football – souligne-t-il – est une école importante pour éduquer au sens du respect de l’autre, y compris de l’adversaire sportif, et éduquer à l’esprit de sacrifice personnel en vue du bien du groupe entier, ainsi qu'à la mise en valeur des qualités de chaque élément de l’équipe ».

A l'heure où la France passe son Baccalauréat, mettons-nous à l'école du foot pour une authentique formation humaine. Car il y a une chose qui est sûre : le passionné de football a beau avoir été déçu par l’équipe de France, le football continuera de le faire vibrer. Cet Euro 2012 est justement une occasion unique de renouveler notre regard, de redécouvrir la pleine vérité d’un sport et de ses joueurs ! Puisque nous ne sommes plus si fans des Bleus, voici l’occasion de regarder un "Russie – République Tchèque" ou un "Pologne – Grèce". Puisque nous ne connaissons aucun des joueurs, regardons ensemble comment ils se donnent pour leur équipe et leur pays !

Il serait dommage de démissionner sous de faux-prétextes, de laisser passer l'occasion de se retrouver entre amis ou en famille pour une belle soirée foot après une rude journée de travail. Pour regarder le match, mais aussi et surtout pour être ensemble. Pourquoi ne pas également s’arrêter un moment, détourner le regard de la télévision et observer les réactions produites par cette religion cathodique sur les autres tvspectateurs : par les yeux (ronds ou fermés), par la bouche (« ohhh », « ahhh », « patron une autre bière », cris de rage ou de joie), par les oreilles (qui bougent avec les sourires), par les mains (celles qui tapent, qui enserrent, qui étreignent, qui stressent et qui se joignent pour prier un Dieu arbitre). Une fois cette communion avec le football retrouvée, pourquoi ne pas laisser les hommes de côtés et regarder les sportifs de l’équipe de France. Ceux qui vont jouer en 2012, et qui ont bien évolué depuis 2010. Car c’est un fait, lorsque Ribery joue, c’est un maître ! Voici l’occasion idéale de tirer un trait sur Knysna, de leur donner une seconde chance et de les porter vers l’avant. De toutes façons dans « supporteur », il y a « supporter ».

Osons porter un regard sur une équipe plutôt que sur une individualité, ou au contraire essayons d’encourager les individualités qui méritent de sortir du lot. Alors si votre cœur de supporter ne s’est toujours pas remis du désastre sud-africain et n’a pas sombré dans l’indifférence, c’est qu’il y a une chance. À notre tour, pourquoi ne pas tenter un retourné : se retourner sur une équipe qui a déjà changé et qui a besoin de ses supporters pour avancer plus loin.

Et puis en football, le retourné n'est-il pas le plus beau des gestes ?!

Vous aimerez aussi
La longue lettre de Sissoko aux Français après l’Euro 2016
Euro 2016 : un but qui nous dépasse !
En finir avec le « bashing » des dirigeants
Le Maestro de la furia napolitaine

15 Commentaires

  1. Fix de Fontenille

    Le père de Seïf el Islam ne m'intéresse pas. Mais alors pas du tout du tout. Qu'est ce que je m'en fiche alors. Mais vraiment !
    Je me fiche de cette équipe de France et presque qu’autant que la précédente d'ailleurs. Pourquoi  suivre et  admirer un tel ramassis d’écervelés millionnaires avec lesquels je ne partage absolument mais absolument aucune valeur.
    D’ailleurs je me sens plus proche culturellement des joueurs italiens, espagnols voire même anglais.  
    Vivement la fin de cet Euro. Deux ans de tranquillité avant le Mondial suivant.
    .
     

    1. Martin

      Difficile effectivement de supporter une équipe dans laquelle on ne se reconnait pas, néanmoins tant qu'il y a des commentaires il y a de l'espoir ! Par contre ne pas confondre foot et politique là, c'est pas le sujet ! Alors donc que le meilleur gagne si j'ai bien compris 😉

  2. Fix de Fontenille

    Apparemment certains ont pu assister à  une belle leçon de poésie faite par un mec appelé Samir Nazerie (enfin…quelque chose du genre) hier soir contre l'Angleterre. (C’était l'Angleterre?).
    Encore un bel exemple pour notre jeunesse.

  3. Véro Dénéch'

    Je valide la soirée foot entre amis…Et au delà de l'image parfois désastreuse que nous offrent certains sportifs, il faut savoir aussi apprécier les valeurs du sport…  Dépassement de soi, respect des règles, vie d'équipe, bref quelques notions parfois oubliées dans notre société actuelle. Quoi de plus beau que de voir des sportifs (surtout s'ils ne  sont encore que des enfants) donner le meilleur d'eux même pour remporter le trophé tant convoité? C'est toujours mieux que de se regarder le nombril en pleurant sur le monde qui va mal. Là où il y a du sport, du combat, il y a de la vie et de l'espoir…  Vive le sport et vive Federrer !

  4. Guitch

    Encore mieux que la coupe du monde , encore mieux que l'euro, c'est le foot des Papas!!!!!. Aux fins fonds de notre cambrousse, à cette époque de l'année où le jour résiste encore à la nuit, les pères de famille de tous âges défient les plus jeunes. Et si la vie est parfois cruelle, car imaginez ce quadra, ventripotent, gesticulant pour toucher le ballon, mais passant le plus clair de son temps les mains sur les hanches pour retrouver son souffle, quel bonheur de partager ces instants où se cotoîent ces générations pendant plus d'une heure. Le football est une merveille et rendons grâce au Seigneur d'avoir mis suffisamment de lumière dans l'esprit de son créateur. Porté par l'aristocratie anglaise dès son plus jeune âge avant d'être délaissé au profit du rugby, on pourrait croire qu'il a perdu ses lettres de noblesse. Oui les blessures de la coupe du monde 2010 sont encore présentes, oui l'attitude de certains est parfois criticable lorsqu'ils feignent une blessure, mais que le sport est beau lorsque ces mêmes sportifs enchaînent contrôle, frappe et but mystifiant leurs adversaires. Ils ont de l'or dans les pieds, ces gars-là, et sans doute une intelligence différente de la nôtre, celle du jeu, de l'anticipation, du placement. Et que seraient devenus ces gamins des banlieues sans la magie de ce sport? Le football leur a permis de faire fructifier ces talents. Alors, pendant quinze jours, je m'en fiche qu'ils gagnent des millions, qu'ils roulent en Ferrari et qu'ils ne sachent pas s'exprimer devant des caméras, ce que je veux c'est qu'ils nous fassent rêver. Mes chers amis, Samir, Franck, Atem, je crois que je continuerais à prier pour vous avant chaque match. Merci Alexandre pour ton article !  

  5. gabrielle bonansea

    Je ne comprends pas grand chose au foot mais en effet offrir de partager ces instants devant mon téléviseur entourée d'amis ou plutôt d'amies ( religieuses et consacrées )  en savourant une bière et en dégustant une pizza parmi les Hooo! et les Haaa! ça c'est du sport!!! Regarder les autres , ceux qui comprennent et réagissent  -des femmes surtout – oui comme cela j'aime le foot!!!

  6. Fix de Fontenille

    Rien ne va plus dans 'equipe de France.
    J'en ai marre d'avoir toujours raison.
    Samedi soir, je regarderai le match et supporterai l'Espagne.

    1. Martin

      dis donc je te trouve bien concerné pour quelqu'un qui s'en fiche ! Il n'y a qu'un pas entre l'amour et la haine ! c'est l'indifférence le pire des sentiments, donc tant que tu commentes c'est que rien n'est perdu 😉 Moi samedi je regarde le match, je supporte les Bleux, et j'espère voir un beau match de footchiball ! et si l'Espagne gagne, je supporterai l'Espagne ensuite car j'adore leur jeu ! Cheers
      (Et Ribery est absolument génial sur ces 1ers matchs), beaucoup d'articles qui soulignent le besoin de ce joueur de se sentir aimé pour donner le meilleur de lui-même…

      1. Fix de Fontenille

        Finalement je n'ai pas regardé le match, j'avais oublié à quelle heure c'était.
        Contrairement à ce que vous dites, je ne suis pas du tout concerné par le foot.
        Par contre je suis vraiment consterné et atterré par le fait qu'il y en ait, comme vous, qui soient concernés, consomment  de la publicité autour de ces évènements, paient pour des billets de stades et donc participent indirectement à élever au rang d'idole des imbéciles millionnaires qui à l'instar de Nasri ne savent pas ce que recouvrent les mots "Patrie" et "respect". 
        Quant aux valeurs chrétiennes… 
        Quelle footaise.
        Au fait on se connait?

  7. Martin

    Oui oui oui j'adore le foot, la bière, crier contre l'arbitre, faire de la mauvaise foi, des mauvais commentaires (en vrai avec des vrais gens en face), les rassemblements populaires et la joie de sauter dans les bras de n'importe qui quand mon équipe marque un but ! Mais j'aime pas quand les joueurs insultent les journalistes et donnent le mauvais exemple à des gamins avides de rêves et d'idoles. Et non je ne crois pas qu'on se connaisse (footaise c'est drole). Allez à 2014.