Home > Eglise > Messagers d’espérance à Cuba

Messagers d’espérance à Cuba

Elise Rampierre   17 juillet 2013
Temps de lecture 2 mn

Ces quinze dernières années, trois pèlerins d’exception ont parlé à Cuba.


© Tous droits réservés

1998. Jean Paul II, le pape qui précipita la chute du communisme en Europe de l’est, est l’invité de Fidel Castro. Pour la première fois un pape foule le sol cubain. Cette visite marque un point de non-retour et devient une référence essentielle pour toute la société cubaine. Il y a un "avant" et un "après". Preuve en est : 15 ans après un catholique n’a plus besoin de cacher sa foi et peut prétendre à une vie civique normale malgré son appartenance à l’Eglise catholique. Point de non-retour aussi pour la Cuba athée qui devient simplement laïque, à partir duquel les gens osent reprendre le chemin de l’église. De leur côté les étudiants n’ont plus l’obligation de spécifier s’ils sont catholiques lors de leur inscription à l’université. Et Noël devient férié.

2012. Benoît XVI vint réaffirmer aux cubains que seul le Christ est la Vérité par laquelle on peut parvenir à la vraie Liberté. Le Vendredi Saint sera désormais chômé.

2013. Toute l’île fête avec une immense joie les 400 ans de sa sainte patronne, la Vierge de la Charité. Durant trois ans, elle a parcouru toutes les villes et tous les villages, universités, églises, chapelles, réveillant la foi endormie du peuple cubain. Qui eut imaginé, il y a 15 ans, voir la Vierge pèlerine de par l’île, suscitant mille manifestations de joie, de confiance, de piété ? Catholique ou membre de la religion Yoruba, syncrétisme afrocubain, athée ou indifférent, tout cubain est allé voir ou a croisé le chemin de cette Mère qui venait à sa rencontre comme elle le fit il y a 400 ans en se manifestant aux habitants de l’île.

C’est une grande espérance pour cette Eglise qui panse ses plaies et qui perçoit l’appel, après plus de 50 ans de silence, à proclamer à haute voix la bonne nouvelle de Jésus Christ, l’Evangile de la Vie

Vous aimerez aussi
Fatima (1)
Les fondements de l’occident chez Soljenitsyne et Benoît XVI
La foi de Benoit XVI, témoignage de Peter Seewald
L’urgence d’approfondir le débat politique en (re)devenant raisonnable