Home > Cinéma, Théâtre > « Le Prophète » : le film adapté de Khalil Gibran en DVD

« Le Prophète » : le film adapté de Khalil Gibran en DVD

Le film de Roger Allers, réalisé à partir de l’œuvre du philosophe libanais Khalil Gibran, sort en DVD la semaine prochaine. C’est une "lettre d'amour au Liban et à mon héritage familial", en dira Salma Hayek lors d’une conférence de presse le 27 avril 2015 à Beyrouth où elle s’était rendue pour la première mondiale du film.

« The prophet » a été écrit en anglais en 1923 et traduit en plus de 40 langues. Après la Bible, il est le livre le plus lu au monde et en est à sa 163ème édition. Il raconte l'histoire d'Al-Moustapha (l'élu, en arabe) qui, avant de revenir dans son pays natal, parle aux habitants de la ville imaginaire d'Orphalese évoquant différents aspects de la vie : le mariage, le travail, l'amitié, la mort… "Vos enfants ne sont pas vos enfants, ils sont les enfants de la Vie […] ils viennent à travers vous et non de vous", ou encore "Quand l'Amour vous fait signe, suivez-Le, Bien que ses voies soient dures et rudes".

Dans le film, Al Moustapha est emprisonné car ses poèmes sont considérés comme un "appel à la rébellion". Mais à cet emprisonnement, Al Moustapha répond : "Mes mots sont mes ailes". Abordant ainsi la question de la liberté véritable que personne et aucune circonstance ne peut enlever. À travers son art il expérimente la vraie liberté et la force de la défendre. 

L’autre personnage principal du film c’est Al-Mitra, cette petite enfant muette au début du film, mais vive et intelligente, se laisse attirer par la liberté et la beauté des paroles de Moustafa, de sa recherche et de son art. Elle suit en secret « l’élu », écoutant attentivement ce qu’il dit, imaginant, à chaque étape du parcours, de somptueux paysages illustrant les propos d’Al-Moustafa. La grande amitié qui naît entre les deux libère Al-Mitra et lui permet de retrouver sa voie. Fidèle à cette amitié, Al-Mitra fera tout pour sauver son ami.

A travers la fraîcheur d’Al Mitra, Salma Hayek invite à retrouver la simplicité de l’enfance qui nous permet de connaître en vérité, ainsi que l’importance de l’art qui libère et attire par sa beauté : « Dans le caractère  d’Al-Mitra, on y lit des souvenirs, des images d'une enfance heureuse, ce riche imaginaire des enfants que chacun de nous perd en grandissant… C'est vrai. Le caractère d'Al-Mitra, bien qu'inspiré de ma fille Paloma selon certains réalisateurs, c'est également moi. Muette au début du film, elle retrouvera par la suite sa voix. Grâce à l'art, par les challenges et la poursuite d'un but, on peut trouver sa voix, sa voie. »

Pour les deux grands artistes d’origines libanaises : Salma (interprétant les voix d’Al Mitra et de sa maman) et Mika (interprétant la voix d’Al Moustapha), ce film reste comme une expérience personnelle, qui leur est particulièrement chère, comme un retour à leurs racines. La réalisation de ce film montre à quel point la culture peut imprégner le cœur de l’homme.   

Mika dans une des interviews pour présenter le film, dit : « Quand on grandit dans une famille libanaise, les poésies de Gibran sont là, omniprésentes. Elles vous forgent. Quand j'étais petit, je croyais même que c'étaient les idées de mes parents… »

Quant à Salma, depuis le pays de ses ancêtres, visitant le musée de Gibran au Nord du Liban, elle déclare : « À travers ce film, je voudrais dire au monde qu'il y a eu un écrivain arabe qui a écrit de la philosophie et de la poésie, qui a rassemblé les religions et le monde entier, et a vendu plus de 100 millions de copies sur plusieurs générations….Mon grand-père est décédé quand j'avais 6 ans, et Le Prophète était son livre de chevet, il me lisait des passages de ce recueil de poèmes philosophiques quand j’étais petite. Ce film m'a permis de retrouver mes racines, mon grand-père qui m’a enseigné la Vie ».  

Le Prophète sortira le 6 avril prochain en DVD.


Bande annonce "Le Prophète", film de Roger Allers

Vous aimerez aussi
Noël au Liban : une chorale musulmane chante la naissance du Christ
Abbas Ibrahim : « La patrie n’est pas un hôtel. C’est une identité et une appartenance. »
Les attentats d’Al-Qaa et la protectrice de l’unité libanaise
Conflit au Moyen Orient, l’exemple du Liban