Home > Politique > PHILIPPE DE VILLIERS : « BOULEVARD VOLTAIRE EST, POUR BEAUCOUP DE FRANÇAIS, UNE SORTE DE « KIT » DE SURVIE, UN BALLON D’OXYGÈNE ! »

PHILIPPE DE VILLIERS : « BOULEVARD VOLTAIRE EST, POUR BEAUCOUP DE FRANÇAIS, UNE SORTE DE « KIT » DE SURVIE, UN BALLON D’OXYGÈNE ! »

Dans ces quelques lignes envoyées à Boulevard Voltaire pour le 5ème anniversaire de sa naissance et publiées le 9 février dernier, Philippe de Villiers encourage de ses voeux la liberté d’expression du site internet face à l’idéologie ambiante. Terre de compassion relaye pour ses lecteurs ces lignes pleines de vérité qui manifestent combien « les dissidents qui allument des petites lucioles de la résistance » offrent au monde des îlots de liberté, des lieux d’apprentissage du jugement, devenant ainsi de véritables signes d’espérance.

Je me faisais une joie d’être parmi vous ce soir mais malheureusement les conditions météorologiques ne m’ont pas permis de venir à Paris.

Je voudrais simplement, à travers ces quelques mots, souhaiter d’abord à Boulevard Voltaire un bon anniversaire : cinq ans, ce n’est plus l’âge des balbutiements, ce n’est pas encore l’âge de raison, mais la croissance est belle à voir. Vous êtes, pour beaucoup de Français, une sorte de « kit » de survie, un ballon d’oxygène, c’est-à-dire un espace où l’on peut respirer librement. Il est d’autant plus nécessaire et vital, aujourd’hui, que la liberté d’expression est chaque jour un peu plus garrottée.

Hélas, les Français ne voient pas ce qui est en train de se passer : nous changeons, en même temps, de régime et de peuplement. Changer de régime signifie que nos pouvoirs sont partis ailleurs, la politique n’est plus qu’un simulacre compassionnel. Changer de peuplement : la préférence pour le migrant plutôt que pour l’enraciné fait basculer la société dans une vision multiculturelle qui sera, demain, multidéculturée et multiconflictuelle.

La France part en lambeaux, livrée aux deux mondialismes – hédoniste et islamiste – qui se nourrissent l’un l’autre.

Nous commémorons cette année – c’est une coïncidence symbolique – le 100e anniversaire de la naissance de Soljenitsyne et le 50e anniversaire de Mai 68. Ces deux commémorations symbolisent le face-à-face qui va poindre à l’horizon entre les dissidents et les dhimmis. Les dissidents qui allument des petites lucioles de la résistance et les dhimmis qui acceptent toute forme de diminutio capitis. Heureusement, il y a des forces contraires qui sont à l’œuvre, il y a des rebelles et des réfractaires qui, chaque jour, créent des cellules de survie où brillent de petites lumières de l’espérance. Vous êtes ces petites lucioles. Vous êtes un caisson d’oxygène, une cellule de vie qui développe le discernement et l’indépendance d’esprit.

Quand la politique est morte, il reste la métapolitique, vous en êtes un brillant fleuron. Quand j’ai créé le Puy du Fou, je me suis donné comme devise : « Une société se sauve, non par des mises en garde mais par des réalisations que l’on accroche à contre-pente. » Et c’est ce que vous faites avec talent.

Source : Boulevard Voltaire

Vous aimerez aussi
Pour que l’Œuvre continue… Les 40 ans du Puy du Fou
Un Hobbit du bocage vendéen a sauvé l’anneau de Jeanne
Le Puy du Fou : « donner la France à aimer »
Les Pussy Riots enfin libérées

8 Commentaires

  1. Paul-Emmanuel

    Alors là j'avoue ne pas comprendre en quoi les propos de Mr De Villiers sont des " lignes pleines de vérité".

    Notamment en ce qui concerne ses propos " Changer de peuplement : la préférence pour le migrant plutôt que pour l’enraciné fait basculer la société dans une vision multiculturelle qui sera, demain, multidéculturée et multiconflictuelle." Ce sont des propos qui pour moi font la part belle à des idées amenant au replis sur soi, rejet de l'autre, de l'étranger… Ce qui ne m'étonne qu'à moitié quand je vois que ce texte est aussi relayé par Le Salon Beige, Valeurs Actuelles.

     

     

  2. Gédéon

    Cela me fait penser à une intervention de Benoît XVI, alors Joseph Ratzinger en 1969 : « Mais quand les épreuves de cette période d’assainissement auront été surmontées, cette Église simplifiée et plus riche spirituellement en ressortira grandie et affermie. Les hommes évoluant dans un monde complètement planifié vont se retrouver extrêmement seuls. S’ils perdent totalement de vue Dieu, ils vont réellement ressentir l’horreur de leur pauvreté. Alors, ils verront le petit troupeau des croyants avec un regard nouveau. Ils le verront comme un espoir de quelque chose qui leur est aussi destiné, une réponse qu’ils avaient toujours secrètement cherchée. »

    1. Zorobabel

      Oui et dans un entretien pour La Nef, Rod Dreher, défendant le pari bénédictin (doctrine, pratique, communauté) analyse le problème spirituel de l’occident et cite aussi Benôit XVI :  « Benoît XVI, lui encore, avait bien raison de dire que les deux arguments les plus forts en faveur de l’Eglise étaient l’art chrétien et les saints. La logique et la raison ont leur place, mais la conversion provient souvent d’une rencontre avec la beauté (l’art) et la charité (les saints). Brandissons les étendards du Beau et du Bon pour convertir ce monde anti-rationnel, car ils le mèneront, plus sûrement que tout le reste, à la vérité. » http://lanef.net/2018/02/09/nouvel-entretien-exclusif-avec-rod-dreher/

  3. Giova

    J'ai beaucoup de respect pour Philippe de Villiers, mais là je le trouve un peu facile et complaisant avec un site qui est pour moi tout sauf un "kit" de respiration…que la liberté d'expression soit toujours plus garottée est une évidence, mais canoniser boulevard Voltaire chantre de la liberté d'expression et le qualifier de brillant Fleuron, je trouve cela absurde…Charlie Hebdo est il un brillant fleuron de la liberté d'expression? Il ne suffit pas d'avoir une certaine liberté de parole pour être une lueur d'espérance dans l'obscurité ! Boulevard Voltaire n'est pas porteur d'espérance parce qu'on y trouve si peu d'articles qui valorisent, qui construisent ! J'aime la devise du Puy du fou citée par de Villiers:  « Une société se sauve, non par des mises en garde mais par des réalisations que l’on accroche à contre-pente. » mais je ne reconnais pas a Boulevard Voltaire l'esquisse de ce talent ! Lire ce genre de média c'est sombrer dans la désespérance, c'est la critique systématique de tout ce qui est fait, c'est paralysant, cynique, déprimant…

  4. Pascal

    Je ne suis pas Philippe De Villiers sur sa critique du Pape quant à l'accueil des migrants. Oui, il y aura des salafistes parmi eux, mais est-ce une raison pour refuser d'accueillir ceux qui souffrent ?

  5. Antoine R.

    Cette lettre retranscrit telle quelle me laisse profondément songeur. Le chapeau annonce des lignes « pleines de vérité » et l’auteur n’est autre que Terre de compassion. Que doit-on en comprendre ? Que l’ensemble des collaborateurs du blog se retrouve dans ces lignes ? Qui tient la ligne éditoriale ? Denis c’est toi ? Est-ce un poisson d’avril ? Y-a-t-il une quelconque prise de distance ou de nuance ?

    Au mieux c’est une maladresse…

  6. Denis Cardinaux

    Merci pour vos réactions justes et légitimes. Le blog cité ici est en effet polémique et engagé. Je voudrais cependant attirer votre attention sur une chose qui  me parait importante : dans les débats fermés et à charge (donc pas des débats) dont notre société souffre de plus en plus aujourd’hui, on appuie sur les mots comme sur des boutons déclencheurs de réflexes conditionnés (Boulevard voltaire, migrants = fascisme). 

    Notre blog aimerait ne pas se laisser saisir aussi facilement. Il s’ébroue, se « débat », une publication ici, une publication là, quitte à se faire ruer dans les brancards. 

    Nous ne voulons pas faire de polémiques inutiles et stériles. Mais TdC, cherche aussi, à sa manière, à être un îlot de résistance. Non pour appuyer sur des mots-réflexes, mais pour former un jugement qui ne se fonde pas sur des clichés, des dénonciations, des partis, du prêt à penser mais sur le réel. Tel est en tout cas notre désir.

  7. Henri Poujol

    Je partage l'avis de Giova et d'Antoine.

    Je ne comprends pas que terre de compassion prenne comme exemple de liberté boulevard Voltaire. Je viens de me rendre sur ce blog et l'article qui fait la une est :"Aurélien Taché et le macronisme préfèrent les étrangers aux français" écrit en gras et en rouge . Puis-je savoir où se trouvent la nuance, l'honnêteté intellectuelle, le désir de rechercher la verite?

    J'ai bien peur que terre de compassion au nom d'une noble intention oublie sa responsabilité en partageant des propos de ce blog. Ce choix est plus que maladroit, il engage sa ligne éditoriale dans une direction politique plus que discutable au regard des valeurs de points coeur. Il est d'autant plus choquant que l'article cité loue sans nuance toutes les publications du blog Voltaire. En revanche, pour répondre à Denis, il me semble légitime de reprendre un article du blog Voltaire s'il apporte qq chose d'intéressant.

    Merci de revenir aux articles qui nous poussent vers le beau, le vrai, le bien, de continuer à nous faire découvrir des bijoux qui élèvent notre regard.