Home > Sport > Le rendez vous de la planète rugby en pays Kiwi

Le rendez vous de la planète rugby en pays Kiwi

24 ans après le premier mondial de rugby en Nouvelle-Zélande, les guerriers de l’ovalie se retrouvent pour une nouvelle joute internationale au « pays du long nuage blanc ».  L’occasion de revenir sur ce jeune sport si complexe au premier abord et qui étrangement suscite toujours plus l’émulation dans de nombreux pays.

« Mais que font-ils ? » demandera  horrifié le profane en voyant sur l’écran de télévision une  trentaine d’athlètes aux visages hagards se rentrer dedans agressivement, et peut être plus horrifié encore de voir l’enthousiasme des amateurs devant un tel spectacle. C’est que le rugby sous des airs de guerres barbares est un sport de gagne-terrain qui exige de la part de ses acteurs un mélange de virtuosité, d’ intelligence, de solidarité et de courage qui n’échappe pas au regard des amateurs.

En matière de virtuosité, les All Blacks de Nouvelle-Zélande sont évidemment les plus beaux spécimens avec leur jeu en mouvement perpétuel qui en fait les grands favoris de la compétition. D’ailleurs, ce surnom que l’on attribue à la couleur noire de leur maillot vient en réalité d’un quiproquo puisqu’un journaliste anglais étonné de voir les huit avants (les joueurs les plus gaillards chargés d’assurer le combat physique) jouer au ballon avec la virtuosité et la vitesse des arrières (joueurs sveltes et rapides chargés de franchir la défense adverse par leurs techniques d’évitement). « They are all backs !! » s’écria-t-il émerveillé. Le lendemain, le Daily Mail relatait la victoire néo zélandaise par le titre « they are all blacks ! » consacrant ainsi le surnom du célèbre « quinze à la fougère ».

Si les Kiwis sont plus que jamais les grands favoris de la compétition, ils sont aussi ceux qui auront le plus à perdre s’ils ne mettent pas fin, chez eux à une série noire qui les a privés du titre depuis leur première et unique victoire il y a vingt-quatre ans, les quatre millions de supporters ne leur pardonneraient pas. Et pourtant leur parcours sera semé d’embuches. Il faudra d’abord compter sur l’intelligence des Wallabies d’Australie au jeu virevoltant qui peuvent porter le danger des quatre coins du terrain et maîtrisent à la perfection le ballon ovale aux rebonds capricieux. Il faudra aussi surmonter les pragmatiques Spring Boks d’Afrique du Sud, tenant du titre, qui savent gagner un match qu’ils ne dominent pas en faisant déjouer leur adversaire. Que dire des courageux Anglais qui ne s’avouent jamais vaincus et compte sur la botte magique de leur ouvreur Johnny Wilkinson pour renverser un match dans les dernières minutes.

Le Haka des "All blacks"

Et les Français ? Raisonnablement, personne ne les voit lever le trophée Webb Ellis le 23 octobre prochain. Cependant, s’ils n’ont jamais gagné le titre mondial, les Français sont toujours capables de créer l’exploit comme en 2007 où ils ont su se transcender pour éliminer la Nouvelle Zélande en quart de finale. Nos valeureux Français, plus faibles sur le papier, sont donc redoutés des plus grosses écuries en particulier pour ce fameux « French flair », sorte de rugby brouillon et génial à la fois qui surprend les défenses les mieux organisées.

Bien qu’en dehors de ces cinq équipes, aucune ne peut prétendre remporter cette édition, chacune sera respectée, et au rugby respecter son adversaire consiste à ne jamais le prendre de haut. Ainsi, si une équipe en surclasse une autre, elle ne devra en aucun cas baisser le rythme ou éviter le combat, le vaincu ne lui pardonnerait pas. Au rugby, on perd la tête haute à l’image de Graham Henry, sélectionneur des Blacks en 2007 venu féliciter les joueurs français éreintés et leur demandant d’honorer les vaincus en remportant la coupe. Une tradition de respect tant de l’adversaire que des décisions de l’arbitre que peu de sports connaissent et qui explique surement l’attraction grandissante de l’ovalie. Vraiment  le rugby est un sport de voyous pratiqué par des gentlemen !

Pour les néophites voici quelques explications visuelles du jargon du rugby : (cliquez sur le mot pour voir la vidéo s'afficher sur une nouvelle fenêtre)

Essai 
Drop
Pénalité
Avancer à la main
Combat
Coup de pied offensif
Charnière
Touche
Mêlée  (à la 35ème seconde)
Ruck
Respect de l’arbitre
French flair
Cathédrale
Qui peut traduire ca?

2 Commentaires

  1. Laurent PAVEC

    "qui exige de la part de ses acteurs un mélange de virtuosité, d’intelligence, de solidarité et de courage qui n’échappe pas au regard des amateurs." 
    Et , si je peux me permettre : PASSION! 
    Merci Vincent  pour nous transmettre celle que tu as pour ce sport et de nous réveiller ainsi de la routine tiède qui envahi trop nos vies. 
    Laurent P.