Home > Eglise > Silence et Parole

de Sophie Tessereau      4 février 2012
Benoit XVI, Communication – Temps de lecture : 4 mn

"Silence et Parole: chemin d’évangélisation" est le thème choisi par le Pape Benoît XVI pour la 46ème Journée Mondiale des Communications sociales (20 mai 2012). Dans son Message, il développe toute une réflexion sur la valeur du silence : «le silence fait partie intégrante de la communication et sans lui aucune parole riche de sens ne peut exister», explique-t-il, en invitant à réfléchir sur une juste articulation entre silence et parole, «deux moments de la communication qui doivent s'équilibrer, se succéder et se compléter pour parvenir à un dialogue authentique et à une profonde proximité entre les personnes

Déjà, le Saint-Père, à l'occasion  de sa visite aux chartreux de Serra San Bruno le 9 octobre dernier, avait souligné la valeur inestimable du silence dans notre monde d'aujourd'hui, évoquant le contexte socio-culturel qui est le nôtre: «villes toujours bruyantes», «bruit de fond omniprésent», «amplification du phénomène de la virtualité», «musique et images remplissant chaque instant vide, comme par peur de ressentir, justement, ce vide». Et Benoît XVI de constater: «cette tendance a atteint aujourd'hui un niveau tel qu'on parle de mutation anthropologique. Certaines personnes ne sont plus capables de rester longtemps dans le silence et la solitude…» cf. Célébration des Vêpres en l'église de la Certosa di Serra San Bruno (9 octobre 2011)

Le Saint-Père fait un très bel éloge du silence dans son Message qui s'adresse principalement aux journalistes. «Dans le silence nous écoutons et nous nous connaissons mieux nous-mêmes… la pensée naît et s’approfondit, nous comprenons avec une plus grande clarté ce que nous voulons dire… Se taire permet à l'autre personne de parler, de s’exprimer elle-même, et à nous, de ne pas rester seulement attachés à nos paroles ou à nos idées. Ainsi s’ouvre un espace d’écoute mutuelle et une relation humaine plus profonde devient possible. Dans le silence, se saisissent les instants les plus authentiques de la communication entre ceux qui s'aiment… la joie, les préoccupations, la souffrance parlent et trouvent vraiment en lui une forme d'expression particulièrement intense. Le silence permet donc une communication bien plus exigeante, qui met en jeu la sensibilité et cette capacité d'écoute qui révèle souvent la mesure et la nature des liens….» Il est donc nécessaire, ajoute Benoît XVI, de «créer une atmosphère propice, comme une sorte d'«écosystème» qui sache équilibrer silence, parole, images et sons.»

Évoquant les réseaux sociaux, où «l’homme contemporain est souvent bombardé de réponses à des questions qu’il ne s’est jamais posées et soumis à des besoins qu’il n’aurait pas ressentis», Benoît XVI fait observer que «le silence devient essentiel pour discerner ce qui est important de ce qui est inutile ou accessoire…et pour reconnaître et focaliser les questions vraiment importantes» de l'existence humaine. «L'homme ne peut se contenter d'un simple et tolérant échange d’opinions sceptiques et d’expériences de vie, car tous, nous sommes des chercheurs de vérité et partageons ce profond désir». Le Saint-Père invite donc au «dialogue profond», loin des questions-réponses superficielles, intégrant la réflexion et le silence, pour «permettre à qui s’interroge de descendre au plus profond de lui-même et de s'ouvrir à ce chemin de réponse que Dieu a inscrit dans le cœur de l'homme.»

Dans la deuxième partie de son message Benoît XVI insiste sur l'importance de «trouver des espaces de silence» pour accueillir la Parole, car «Dieu parle à l'homme aussi dans le silence», mettant à nouveau en exergue le binôme solitude-silence (cf. son homélie aux chartreux) comme «des espaces privilégiés pour aider les personnes non seulement à se retrouver elles-mêmes mais aussi à retrouver la Vérité qui donne sens à toutes choses». Évoquant "Twitter", le Pape fait remarquer que «dans la substance de brefs messages, souvent pas plus longs qu'un verset biblique, on peut exprimer des pensées profondes à condition que personne ne néglige le soin de cultiver sa propre intériorité». Il nous rappelle que «nous avons besoin de ce silence qui devient contemplation» et fait le lien avec la mission : «de cette contemplation naît dans toute sa force intérieure l'urgence de la mission, la nécessité impérieuse de communiquer ce que nous avons vu et entendu…La contemplation silencieuse nous immerge dans la source de l’Amour, qui nous conduit vers notre prochain, pour sentir sa douleur et lui offrir la lumière du Christ, son Message de vie, son don d’amour total qui sauve

Enfin, Benoît XVI conclut avec ces mots : «s’éduquer à la communication veut dire apprendre à écouter, à contempler, bien plus qu’à parler, et ceci est particulièrement important pour les acteurs de l’évangélisation: silence et parole sont les deux éléments essentiels et parties intégrantes de l’action de communiquer de l’Église, pour un renouveau de l’annonce du Christ dans le monde contemporain.»

 

Texte intégral du Message pour la 
XLVI Journée Mondiale des Communications Sociales, 2012 – Silence et Parole : chemin d'évangélisation

 

Vous aimerez aussi
La foi de Benoit XVI, témoignage de Peter Seewald
L’urgence d’approfondir le débat politique en (re)devenant raisonnable
Eloge de la conscience
Dossier « charisme » (3) : Pentecôte 2006

1 Commentaire