Home > Eglise > L’Eglise syrienne prise entre deux feux

L’Eglise syrienne prise entre deux feux

 

L’archevêque maronite de Damas, Mgr Samir NASSAR, témoigne du désarroi de l’Eglise et des chrétiens, pris entre la violence du gouvernement et celle des islamistes.

Photo d'Alep ©Points-Coeur

Mgr Samir quelle est la réaction de l’Eglise depuis le début du conflit ?

Depuis l'éclatement des événements douloureux en Syrie le 15 mars 2011, l'Eglise de Syrie dans toutes ses composantes vit un problème de conscience.
Cette Eglise est restée silencieuse et muette devant la grande souffrance et le drame qui déchire le pays depuis plus d'un an.

Au moment où les fidèles attendaient des orientations et des paroles d'Espérance, leurs pasteurs se réfugiaient dans un silence incompréhensif.
Pour éviter de prendre une position et se prononcer sur le drame, l'Assemblée des Evêques a annulé sous plusieurs prétextes ses réunions habituelles et extraordinaires, pour ne tenir qu'une seule session le 12 décembre 2011, 10 mois après le début de la crise.

Il faut dire que certains évêques s'alignaient sur la position du gouvernement par conviction ou par peur d'un alternatif islamiste radical, d'autres évêques plus critiques sont plus nuancés… Pris entre deux feux : un pouvoir central musclé et une opposition populaire étendue… Ce silence pourrait être bien parlant. Les chrétiens de Syrie sensés traditionnellement être alliés du régime en place pouvaient dire par ce silence leur neutralité devant ce conflit qui oppose alaouites minoritaires au pouvoir et majorité sunnite dans l'opposition.

 

Comment la population vit dans ce climat de peur et de silence ?

Regarder passivement le soulèvement populaire et la souffrance des compatriotes sans rien dire constitue pour les Chrétiens un problème éthique et moral qui pose un douloureux cas de conscience….

Ce silence a choqué une partie des jeunes qui au bout de cinq mois ont commencé à se poser des questions et critiquer le silence de l'Eglise et protester contre les évêques qui ont affiché un soutien sans condition au pouvoir.

Un groupe de jeunes a remis un texte à tous les évêques leur demandant de ne pas parler en leur nom parce qu'ils ne les représentent plus. Un message dur qui dit beaucoup d'une rupture entre pasteurs et forces vives.

L'absence et le silence prolongés de l'Eglise, a poussé quelques prêtres et religieuses à prendre la parole et s'engager pour ou contre le régime. Nous n'avions pas le bon argument pour les faire taire et éviter ce débordement justifié.

N'aurions nous pas pu trouver dans l'Evangile et le Synode des Eglises Orientales un message chrétien d'espérance à proposer ?

Nous n'avons tenu depuis plus d'un an qu'une seule réunion avec une déclaration assez timide qui est passée inaperçue bien qu'elle était bien longtemps attendue…
Ce silence visait semble-t-il, à prendre un peu de recul par rapport au régime et par le fait même rassurer les musulmans sunnites de l'opposition…
Est-ce une sagesse ou une fâcheuse prudence ?
L'Eglise Grecque Orthodoxe qui représente 60% des chrétiens Syriens, a observé cette attitude de prudence et dans ses deux synodes réunis en Juin et Octobre 2011 n'a pas exprimé ni soutien au régime ni critique aux révolutionnaires… Nous avons suivi sans le dire leur exemple.

 

Quelle est la situation des chrétiens, ont-ils dû fuir ?

Au moment d'écrire ces lignes je reçois un fax qui annule la réunion du 20 Mars 2012 à Tartousse alors que trois voitures piégées viennent d'exploser à Damas et à Alep, augmentant l'angoisse des fidèles et des milliers de réfugiés perdus et amers  cherchent soutien et assistance.

Pourvu qu'ils y aient encore des Chrétiens sur place. Les quatre évêques Orthodoxes et Catholiques ont quitté la ville d'HOMS depuis deux mois avec leurs 168 000 fidèles… D'autres diocèses suivront-ils ? Faut-il proclamer l'espérance de l'Evangile ou observer "le silence" et la prudence ? L'Histoire dira un jour son verdict… Le Seigneur aussi.


Voici quelques adresses de sites pour avoir une information un peu différente sur la Syrie :

http://www.infosyrie.fr/

http://www.chretiente.info/201204044741/syrie-un-cessez-le-feu-immediat-demande-pour-paques/

http://collectifpourlasyrie.monsite-orange.fr/lettreouverte/index.html

Vous aimerez aussi
En Syrie, les pierres crieront
« L’art c’est l’espérance et l’affection qui parfume les douleurs des hommes »
Noël à Alep : « On veut transformer tous les décombres en quelque chose de beau »
Conflit au Moyen Orient, l’exemple du Liban