Home > Politique > Témoignage d’une syrienne chrétienne

Témoignage d’une syrienne chrétienne

Propos recueillis par Christine Mo Costabella.

De confession catholique, Samar[1], 58 ans, a été forcée de prendre la route de l’exil, comme tant d’autres Syriens, pour fuir un conflit qu’elle n’a pas voulu. Elle a trouvé refuge à Genève, où vit un membre de sa famille. Loin de partager le parti pris occidental pour une rébellion qu’elle ne croit pas spontanée, elle nous livre ici, sur fond de guerre médiatique, le point de vue des Syriens hostiles à un changement de régime.


© Points-Cœur

Selon vous, les Syriens sont loin d’être unanimes à soutenir la rébellion ?

A Alep, où j’habite, il ne se passait presque rien jusqu’à il y a huit mois. Quand des jeunes sortaient dans la rue, pour crier « on veut la liberté », les gens les prenaient dans le hall d’un immeuble et les frappaient, et ensuite ils appelaient la police. Alep, c’est la ville commerçante. On ne voulait pas de la révolte. Mais un jour, à 9 heures du matin, j’ai entendu un grand bruit. A la télé, j’ai vu le résultat des explosions : on voyait un trou, des morceaux de corps humains… c’était horrible, j’ai eu une crise de larmes. J’ai vite arrêté de regarder les nouvelles toute la journée. Ça me stressait, et je ne pouvais rien faire.

Vous aviez confiance dans les informations ?

On en est arrivé à un point où on ne peut plus savoir où est la vérité. Il y a des chaînes qui inventent des choses : Al Jazeera, Orient, la BBC… ils fabriquent des images, ils montrent : Voilà, le président tue son peuple. Une fois, ils ont même montré qu’on tuait des enfants. Mais on s’est rendu compte après que les images avaient été tournées en Irak ! Ces chaînes sont payées par l’Arabie saoudite et le Qatar. Les rebelles aussi touchent de l’argent. Et on découvre des étrangers parmi eux, ils ne sont pas tous syriens ! Ils veulent faire de tous les pays du Moyen-Orient des pays musulmans salafistes. Même la Turquie, avant qu’il ne se passe quoi que ce soit en Syrie, avait préparé des camps pour recevoir les familles des rebelles. Les choses ont été planifiées.

Mais les Etats-Unis ?

Ils défendent les intérêts d’Israël. La Syrie est un des seuls pays qui s’oppose à Israël, qui soutient les Palestiniens.

Les médias occidentaux nous montrent surtout les exactions du régime, et un peuple qui souhaiterait le départ de Bachar.

Pour nous, les chrétiens, il est bien. Les Alaouites sont les plus proches des chrétiens parmi les musulmans. Il a fait des études en Angleterre, sa femme aussi ; il est médecin ophtalmologue. Il est civilisé. Sa femme n’est pas voilée. Et puis il n’est pas comme son papa, il a ouvert la Syrie. Il a ouvert les portes au commerce, il a fait enseigner les langues étrangères à l’école, le français ou l’anglais.

La révolte, à la base, est pourtant bien le fait de Syriens ?

Ce qui a fait cette révolte, c’est que dans sa famille, où ils sont tous alaouites, ils ont profité de sa situation de président pour s’enrichir. Leurs projets n’étaient pas ouverts aux autres. Des personnes sont devenues trop riches et tenaient tout entre leur main. Au début, c’est sûr, il y a eu des jeunes révoltés ;  tous les vendredis, au sortir de la prière, des gens ont commencé à crier « Liberté, liberté ! ». Mais ensuite ils se sont mis à sortir les armes, à tuer. Nous, les vendredis, on ne sortait plus. Puis ça a commencé les autres jours aussi. Moi je travaille pour faire la cuisine dans d’autres familles ; ça devenait dangereux de sortir pour aller travailler. Je faisais une prière avant de sortir dans la rue. En plus, comme je travaillais pour des familles étrangères, des Français, des Brésiliens, ils sont tous partis, je n’ai plus eu de travail. Et puis il n’y a plus de gaz, il y a des coupures d’électricité, il n’y a pas de pain parce que les rebelles interceptent les camions de farine. Ils tuent le chauffeur et empêchent la farine d’arriver.

Pourquoi font-ils cela ?

Pour que le peuple ait faim, et qu’il dise au président : « Allez, va-t’en, on veut en finir avec cette histoire ». Sur les routes, les rebelles arrêtent les bus, les voitures… Ils tuent les gens, violent les femmes. Comme ça les gens se disent : « Il n’y a plus de police, plus de sécurité, le gouvernement ne fait rien ! » C’est vrai que chez nous, tout est censuré, il y a beaucoup de monde qui est agent secret, tout est surveillé. On pensait que jamais rien ne pourrait se passer dans ce pays. Aujourd’hui on se réveille et on se dit : « Comment le gouvernement a-t-il pu laisser passer tout ça ? »

Vous aviez déjà pensé à quitter la Syrie ?

Non. Je suis attachée à ce pays… Même si je suis ici maintenant, mon cœur est là-bas. Ma famille est là-bas. Je ne pense pas seulement à elle mais aussi aux Arméniens, aux Palestiniens, aux Irakiens, et aux Kurdes qui ont trouvé refuge chez nous, à Alep, après les massacres. Voilà qu’ils connaissent à nouveau la guerre… Je pense aux personnes âgées chez moi qui ne touchent plus leur retraite, qui ne peuvent plus sortir acheter de la nourriture… Alors moi, à chaque fois que je fais la prière, je suis tellement émue. L’autre jour je suis venue prier ici, à la Trinité, j’ai crié vers Dieu, je lui ai dit : « Mais pourquoi tu ne m’écoutes pas ? Je te confie ce pays ! » C’est difficile. J’ai confiance qu’Il a la solution, mais c’est pour quand ?


[1] Prénom fictif

 

 

 

 

 

Vous aimerez aussi
En Syrie, les pierres crieront
« L’art c’est l’espérance et l’affection qui parfume les douleurs des hommes »
Noël à Alep : « On veut transformer tous les décombres en quelque chose de beau »
Conflit au Moyen Orient, l’exemple du Liban

8 Commentaires

  1. Samir

    Commentaire de Jean-Claude Antakli (biologiste né à Alep) paru dans Nice Matin du 11 octobre 2012 : 
    "Ce qui est dit sur mon pays n'est plus de l'information mais de l'intoxication. Ces gens que l'on appelle les insurgés, qui sont-ils en vérité ? Des mercenaires libyens, afghans et irakiens, payés grassement pour tuer, manipulés par le Qatar et l'Arabie Saoudite qui veulent en finir avec la Syrie à cause de son alliance avec l'Iran. Il y a aussi des intérêts économiques en jeu : le pétrole et surtout le gaz, avec la découverte d'une immense réserve qui pourrait satisfaire les besoins de l'Europe pendant un siècle. Quant à Bachar El-Hassad, bien sûr que tout n'est pas parfait sous son régime. Mais depuis son arrivée au pouvoir en 2000, que constate-t-on : la croissance a atteint 6% en 2008, il a autorisé Internet, accueilli 1,5 million d'Irakiens, rétabli des relations diplomatiques avec le monde et il ne s'est pas enrichi. … François Hollande doit revoir sa copie… La France doit aider … à sortir les terroristes du pays"

  2. Jean Christophe

    C'est exact: les occidentaux jouent toujours au jeu d'intérêts. Et ils trouvent des cons parmi des frères pour jouer le jeu de leurs intérêts…Pauvres africains, pauvres arabes

  3. anne

    De Anne ayant vécu 11 ans à Alep: je prends des nouvelles des amis !Tous me disent la même chose que Samar,que la violence est grande ,que la soi-disant armée libre est composée de mercenaires libyens,afghans,irakiens ,qatariens,turcs,même des français d' origine arabe!Et que la grande majorité de la population ne veut pas tout cela !Ils ont  aussi conscience d' être les "grands sacrifiés" devant les intérets des"grands" …toujours des interêts économiques (pétrole encore et surtout gaz)…! Ils disent toujours : n' écoutez pas les médias!Ils ne rapportent pas la réalité! Ils sont bien déçus de la France ,pays qu' ils aiment tant! Tant de victimes ,tant d' atrocités !Ya rab…o Seigneur ,erhamna …prends pitié!Nos amis continuent à prier avec cette Esperance qui est donnée par un Autre!…Ils comptent sur notre prière! Ce jeudi 11/10 est paru un  article  dans "Nice matin"sur Jean-Claude Antakli (biologiste franco-syrien),que j' ai bien connu à Alep ,qui fait écho à ce témoignage :"Ce qui est dit sur mon pays n' est plus de l' information,mais de l' intoxication";il dit encore que "la France doit aider à sortir les terroristes du pays"    

  4. anne

    Anne qui a vécu 11 ans à Alep Voilà encore de dures nouvelles d' Alep: Une amie m' a dit que cette dernière semaine a encore été plus destructrice!!!Inimaginable …sur la place d'Alep , 3 voitures piégées ont explosées!Il y a eu une centaine de morts !3 personnes qui portaient une ceinture d' explosifs ont été  arrêtées juste à temps ,avant qu'ils se fassent exploser!

    Juste avant ,il y a eu plusieurs roquettes qui ont  explosées ,à Azizié ,quartier chrétien ;une mère est morte avec sa fille et plusieurs blessés! Beaucoup de vitrines de magasins ont explosés blessant des gens! Ils ont détruit la grande mosquée d' Alep ,la citadelle aussi a été détruite  en partie et une partie du zouk…!!! La destruction ,que de la destruction,de l' homme et de son histoire!   Il y  aurait 5000 hommes de toute nationalité qui attendraient à la frontière de la Turquie ,tous appartenant à "ces groupes de terroristes"!Ils vont venir à Alep pour poursuivre leur destruction!Cauchemar! Et je vous assure que cette amie garde un grand courage .;elle dit que les prêtres ne cessent de les encourager ,d' aider comme ils peuvent! Il y a aussi des chefs musulmans reconnus qui essayent de parler avec les rebelles..! 

       

  5. anne

      ÉCRIT PAR MONSIEUR CLAUDE ZEREZ DONT LA FILLE – 20 ANS– A ÉTÉ TUÉE EN SYRIE IL Y A QUELQUES JOURS Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République Française et à son Ministre des Affaires Etrangères. Monsieur le Président de la République Française, Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères, A l’image de nombreux syriens, je me retrouve père d’une victime de la guerre qui se déroule dans notre pays. Pascale avait vingt ans lorsque le 9 octobre dernier, le bus public qui la conduisait fut l’objet d’une attaque dans laquelle elle périt, assassinée par une bande armée reconnue comme faisant partie de l’Armée Syrienne « Libre » que vous soutenez, encouragez et alimentez depuis le début du mouvement. Des raisons d’Etat vous poussent peut-être à prendre position en faveur de l’Armée Syrienne « Libre » (ASL) mais ne clamez surtout pas que c’est pour libérer le peuple syrien de la dictature. Le régime syrien actuel et son appareil politique n’est pas tendre, nous le savons depuis longtemps, mais les « bandes » de l’ASL associent également l’arbitraire à la brutalité ; ce mouvement porte en lui les germes d’une nouvelle dictature qui nous fera certainement regretter la précédente. Sous des slogans généreux de liberté, de démocratie et de participation au pouvoir, vous avez, avec vos alliés, encouragé l’introduction sur notre territoire de groupes extrémistes, salafistes et autres éléments de la mouvance d’Al Qaïda qui viennent tuer et se faire tuer chez nous en détruisant ce qu’ils peuvent sur leur chemin ; pourquoi donc nous les avoir envoyés ? Les Occidentaux n’auraient-ils plus assez de courage pour les affronter eux-mêmes ? Si votre but est d’anéantir la Syrie pour protéger Israël, croyez vous vraiment que réduire le peuple syrien à la ruine et la misère va le pacifier et sécuriser Israël ? Vos prédécesseurs, y compris les révolutionnaires de 1789 ont toujours apporté soutien et protection aux minorités chrétiennes de Syrie et d’Orient. Aujourd’hui vos prises de position ont un effet contraire et aboutissent à leur éradication. Croyez-vous en éradiquant les chrétiens apporter la civilisation ? Qu’il est étonnant de constater comment en peu de temps, la politique française a réussi à nous faire douter du sens de sa révolution et de son emblème : « liberté, égalité, fraternité » ! En Syrie, votre politique, au sens de la pratique du pouvoir, a introduit l’arbitraire ; nous pouvons la résumer par un autre slogan : liberté et égalité en Syrie, oligarchie et privilèges au Qatar. Quant à la fraternité, elle régnait chez nous au sein du peuple et voilà que vous avez encouragé la guerre confessionnelle fermant les yeux sur les discriminations flagrantes qui se pratiquent dans d’autres pays arabes notamment en Arabie-Saoudite. On nous dit que le Christianisme n’a plus cours dans votre pays, mais l’on ne voit guère apparaître une philosophie plus généreuse et plus cultivée que la religion qui a bâtit les cathédrales. En quelques mois, vous êtes parvenus avec vos alliés à transformer la fraternité islamo-chrétienne syrienne, que l’on doit à ces deux religions, en une guerre presque confessionnelle. Et pourtant, cette entente, est la garante d’un islam tolérant qui aurait pu se répandre dans le monde. En échange, la guerre que nous vivons, par la volonté de l’ASL et de ses alliés semble transformer la coexistence en hostilité qui se répandra dans le monde avec une plus grande élasticité que l’entente. Soyez-en presque certains, les troubles que nous vivons actuellement, vous allez les vivre bientôt. Qu’entend-on dans les rues d‘Alep ? « Après la Syrie, l’Europe ». L’islam modéré est très fragile car le prophète met en garde les musulmans contre une alliance avec des non-musulmans pour s’opposer à des musulmans. En laissant proliférer l’islam intégriste vous fragilisez encore plus, les musulmans modérés. Vous jouez même contre-eux. L’islam intégriste a toujours le dernier mot car les modérés sont faibles et paralysés par les versets du coran dans la lutte contre les extrémistes. Le proverbe arabe dit : « Qui prépare un repas vénéneux est le premier à mourir car il doit le goûter »; le proverbe français ne dit-il pas "Bien mal acquis ne profite jamais" ? Les Etats-Unis ont créé Ben Laden, ils ont eu le 11 Septembre. Certes, bien des raisons inviteraient les chrétiens syriens à se distancer de l’appareil du régime syrien actuel, mais je puis vous dire que nous, syriens chrétiens, nous ne voyons guère de raisons de détruire notre pays et de laisser tuer nos enfants pour passer d’une corruption à une autre qui serait tout simplement au service d’autres intérêts. Mieux vaut garder la politique que nous tenons plutôt que d’en suivre une autre que nous ne pressentons guère meilleure. Votre politique n’est rien d’autre qu’un encouragement à l’installation d’un Etat confessionnel en Syrie avec adoption de la loi coranique. Le Président Mursi, membre des frères musulmans, à l’instar de ceux qui sont promis en Syrie, n’a-t-il pas exprimé son intention d’imposer la « Charia » même aux Chrétiens d’Egypte ? Lorsque nous l’aurons chez nous, grâce à vous, il n’y aura plus qu’à vous la souhaiter et la souhaiter à vos femmes. Pourquoi cette lettre ouverte d’un père atteint dans ce qu’il a de plus cher ? Est-ce pour exprimer un cœur meurtri par le chagrin ou bien pour que cette meurtrissure clame tout haut ce qu’un cœur tiède et indifférent est incapable de suggérer ? Monsieur le Président de la République Française, Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères, admettez que je vous invite à une réorientation de votre politique pour en déployer une plus courageuse et plus virile. Admettez que mon invitation soit une supplication mais ne restez pas plus longtemps des suppliés. Au nom de la liberté et de ce qu’il en reste, au nom de l’égalité et de ce qu’on en a fait et au nom de la fraternité humaine réduite en miettes, je vous supplie, avec des milliers de proches, d’arrêter de soutenir et de financer ces bandes armées qui proclament que votre tour arrive après le nôtre. Ayez pitié de familles blessées et désarmées, des familles en deuil, des familles qui n'ont plus de toits, des jeunes par centaines de milliers qui n’ont plus d’espoir. Avez-vous vu comment Alep, la cité ancienne est devenue une ville fantôme ? Vous êtes-vous seulement imaginé Paris, ville fantôme, où des centaines de milliers de familles françaises cherchent refuge pour éviter les tirs et les obus de l’arbitraire, du fanatisme et de la brutalité ? Vos alliés sur place se sont acharnés sur Alep avec ses bazars qui ont alimenté l’Europe durant des siècles ; ils se sont attaqués à des ruines. La basilique Saint-Siméon entourant la colonne du célèbre stylite l’ancien, est désormais une ruine de ruines. Des dizaines d’Eglises, des Mosquées, des usines, des écoles, des universités ont été la cible de leurs tirs et que dire des trésors archéologiques qui sont volés et dispersés pour nous apporter la démocratie ! Nous vous en supplions, Monsieur le Président de la République Française, Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères de la République Française, cessez votre soutien aux éléments armés qui n’obéissent à aucune loi et revenez à ce qui a fait la gloire de la France. Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République Française, Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères de la République Française, l’expression de ma très haute considération. Claude ZEREZ Père de Pascale décédée à Homs àl'âge de 20 ans le 9 octobre 2012    

  6. En même temps, il faut nous excuser de ne pas tout comprendre:
    les rares journalistes français présents au début du conflit sont morts sous les bombes…
    Après un an de patience, la communauté internationale s'est simplement faite ridiculiser,
    Que les partisans de Bachar el Assad se rassurent: les grands humanistes que sont la Russie, la Chine et l'Iran les protègent avec un arsenal dont même les Americains n'ont plus les moyens…
    On notera tout de même que n'importe quel chef d'Etat occidental aurait été forcé de démissionner au tout début du conflit, après les premières répressions, si douces soient elles des " jeunes" manifestant!!
    Mais après tout, pourquoi risquer la troisième guerre mondiale, si Bachar el Assad peut encore rester de longues et heureuses années au pouvoir?

  7. Cyril

    Pour avoir vécu 2,5 années en Syrie, je peux témoigner d'une chose, les syriens, dans leur majorité, ne veulent ni de Bachar, qui se maintient au pouvoir en s'appuyer sur des milices de brutes épaisses qui terrorisent la population et ont spolié leur pays de ses richesses naturelles, ni de salafistes qui seraient soit disant prêtes à remplacer le régime actuel si celui-ci venait à chuter. C'est de la propagande, et les chrétiens seraient mieux avisés, plutôt que de soutenir aveuglément cette association de malfaiteurs qui règne en maitre depuis 40 ans (en les instrumentalisant), de se taire (comme le font les druzes par exemple). La peur des musulmans n'excuse pas tout. Il faut aussi avoir un peu de conscience morale. Dire que Bachar est "bien", c'est au mieux être inconscient de la situation réelle, au pire du cynisme. Au passage, on aimerait que "Terre de Compassion" ait un peu plus de discernement avant de publier une telle énormité.
    Alors oui, des gens violents et très mal intentionnés sont entré en Syrie et font le djihad contre les alaouites, oui le pays a sombré dans le chaos et la guerre civile, oui les occidentaux ont géré le dossier avec une stupidité sans nom depuis le début, mais cela ne doit pas occulter la vérité tout simple: Bachar est un président qui est en place parce qu'il fait pratiquer la terreur, et son père avant lui. Les premiers responsables de ce que la Syrie est devenu, ce sont ceux qui la dirigent depuis 40 ans.
    Allez voir ce lien, pour découvrir comment les sbires de Bachar rééduquent les jeunes, comment ils terrorisent des gens innocents. http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=1zeI8JyYADg

    1. Hayatte

       Nous n'avons jamais dit que Bashar était bien nous disons que nous preférons un régime qui nous permet de vivre notre foi que des islamistes qui nous pousserons à partir ou à mourir. Vous nous parlez de morale mais les gouvernments occidentaux n'en n'ont aucune. Vous dites des énormités en poussant  dans ces retranchements  votre story telling. Je peux moi aussi vous montrez des vidéos où vos amis terrorisent tuent et torturent les notres. Nous sommes à même de décider par nous-même nous n'avons besoin de personne pour prendre nos décisions. De plus c'est l'hôpital qui se moque de la charité car dans vos propres pays vos richesses sont spoliées par une caste.