Home > Fioretti > Apprendre à donner sans compter

Apprendre à donner sans compter

de Jacques Bagnoud   26 février 2013
Temps de lecture 2 mn

Bill Ray Harris est un clochard qui a fait « fortune », en rendant une bague de fiançailles à Sarah Darling. Compte-RENDU (!) d’une belle histoire.


© Points-Cœur

Sarah Darling veut faire sa BA et offre une pièce à un pauvre homme qui vit sous un pont. Involontairement, sa bague de fiançailles tombe au moment où elle pose la pièce dans le gobelet de notre Bill Ray. Le lendemain, celui-ci redonne la bague qu’il aurait pu vendre ou dissimuler. Sarah est tellement touchée qu’elle raconte l’histoire sur le web et ouvre un compte pour des donations en faveur de Bill Ray : pas moins de 4300 donations pour presque 100 000$ !!!
Sarah explique : « Je me sens particulièrement heureuse d’avoir cette bague maintenant. Je l’aimais déjà avant, mais je l’aime encore beaucoup plus maintenant. Je trouve qu’elle a un merveilleux karma ».

Les bienfaiteurs de Hararis sont enthousiastes comme cet homme : « Votre délicatesse malgré vos besoins prouve qu’il y a de l’humilité dans ce monde… vous êtes un témoin lumineux ». Bill Ray, de son côté, reste perplexe : « Je ne mérite pas ça et je ne vois pas ce qu’il y a d’étonnant à rendre un objet qui ne m’appartient pas à quelqu’un ».
Lien vidéo : http://edition.cnn.com/2013/02/22/us/missouri-diamond-ring-returned/index.html?hpt=us_c1

Cette histoire me rappelle tant de nos amis qui savent donner la dernière piécette sans compter, sans se retourner, sans même y prendre attention. J’étais il y peu dans un bidonville de Chennai, là où se trouve le Point-Cœur Mère Térésa. Vijaisami, un viel homme malade, sdf, qui collecte des bouteilles en pet dans la rue pour se nourrir, nous accueille avec un grand sourire au sortir de sa sieste et nous invite avec une spontanéité déconcertante pour boire un thé. Il paie la tournée avec le dernier billet qui lui reste et comme cela ne suffit pas, il touche un mot au patron en lui promettant qu’il règlerait le reste plus tard. Il rayonne de joie et de simplicité dans son don. Heureux ceux qui ne comptent pas !


© Points-Cœur

 

Vous aimerez aussi
Au coeur des inondations au Pérou
Pèlerinage à Rome des personnes de la rue : témoignage
Instrument de la Miséricorde de Dieu
Brésil : une église du XVIIIème siècle restaurée par les villageois

2 Commentaires

  1. Albane
    Albane

    Puis-je vous partager le dernier Bill Ray que j'ai rencontré ? C'était il y a quelques jours dans les rues de Lviv en Ukraine, nous accompagnions Pan Mikolaï à la distribution de nourriture du jeudi soir dans un parc de Lviv. Notre ami venait de passer la journée à mendier sous la neige. A notre question pour savoir s'il n'avait pas trop froid, il nous montre son manteau, fier comme Artaban, et rend grâce qu'avec cette fourrure il a bien chaud. Puis voyant le manteau de Maritchka, il s'offusque qu'il est bien trop léger pour la saison et déboutonne le sien pour le lui donner alors même qu'il s'apprête à passer la nuit à la gare ou dehors… Heureux qui donne sans calculer !