Home > Littérature > Jean 20, 1-3

de Denis Cardinaux   2 avril 2013
Poème

 

C'était de bon matin.
Le bouquet des oiseaux faisait douter des larmes.
Par le ministère des nuages,
un soleil nouveau joignait les horizons.

Dans le hallier du cœur,
la lumière passait, plus douce,
y gisait, assoupi, le bétail des remords.

Berger des pleurs,
fallait-il éveiller ces choses mortes qui entravent ?
Sont-elles allées avec les larmes?

Lorsqu'elle entra, troublée,
ils s'enfuirent mendier l'aveu des pierres.

Que sauraient-ils imaginer ?
Le cœur exsangue n'a plus rien pour affirmer
que l'aurore.  

 

En page d'accueil : The Four Doors #2 – Easter Morning © Makoto Fujimura
Ci-dessus : idem, détail

Vous aimerez aussi
Le Christ est ressuscité !
Les voeux de Dietrich Bonhoeffer ou la grande Allemagne face à la barbarie
Pietá
Le roi David

1 Commentaire

  1. Vincent

    Merci Padre Denis de nous faire entrer plus profondément dans le mystère de Paques, de nous faire percevoir la tension entre la douceur de la resurrection et le trouble qui nous agite et nous entraine dans la course folle de l'espérance!