Home > Musique, Danse > Faire de sa vie un art

de Jesse Scheinin   23 mai 2013
Temps de lecture 2 mn

En sortant du musée où il est allé voir « STREET » pour la première fois, Jesse Scheinin ressent comme la nécessité de « faire de sa vie un art », quasiment au sens littéral du terme…


Evan Shinners, Sœur Diana et Jesse Scheinin

« STREET » est un long métrage de 60 minutes, qui fut tourné pendant une semaine en septembre 2011 dans les rues de New York, par l’artiste James Nares. Le film montre des moments tout simples de la vie, dans la rue. En filmant au ralenti, il donne à son métrage un caractère dramatique, qui révèle la subtilité des multiples gestes et les nuances du mouvement humain et de ses interactions.

Retirez-vous une minute hors de notre trop rapide réalité, ouvrez vos yeux, et regardez les rues de New York… comme si c’était la première fois.

Après une ballade dans le MET (Metropolitan Museum Art), Evan et moi sommes sortis dans la douceur du soleil, du côté de la rive droite. Nous regardons les touristes asiatiques avec leurs appareils photos, les vendeurs de hotdog, et le saxophoniste en costume toujours à la même place, jouant un air oriental d’une main et faisant flotter dans les airs le drapeau de son pays. Après cette visite au MET, notre désir immédiat fut de tenter, nous aussi, de faire de notre vie un art. Nous venons juste de voir le film ralenti « STREET » et, en me dirigeant de la rive droite à la 5ème Avenue, je commence à marcher extrêmement lentement. Mon pied droit se lève dans les airs et j’incline ma tête vers le ciel, en croisant une famille portant chacun les polos de la nouvelle équipe de  baseball. Mon pied retourne au sol et mon pied gauche se lève à son tour ; je tourne ma tête de manière à poser mon regard dans celui de la dame en robe verte, qui tire sa langue d’un air désapprobateur.

Je continue ainsi jusqu’au bout du quartier. Evan apprécie mon idée et décide de se joindre à moi, alors que nous tournons sur la 84ème rue, vers Madison. L’air est chaud, et je médite sur chaque pas et geste de la main. Evan marche légèrement devant, et, entre 2 clins d’œil vers les immeubles au-dessus de nos têtes, je le regarde progresser. Un couple passe, et la femme jette un regard en arrière, entre le rire et l’étonnement. Quelques minutes plus tard, je vois qu’ils ont traversé la rue et sont revenus en notre direction pour nous regarder. Un homme en costume gris marche avec son bulldog, et fume un cigare. Il marche jusqu’au bout de la rue et revient, alors que nous n'en sommes toujours qu’à la moitié de la rue. Il s’approche et me demande :
« Etes-vous un ami de ce type là-bas », en me désignant Evan.
– « Paaaaaaaaaaarrrrddoooonn ? »
– « Il marche très lentement. Vous savez pourquoi ? »
– « Jeeeeeee n’eeeeeeeen saaaaaaaaaaaaaiiiiiiiiiis riiiiiieeeeeeeeeennnn. »

 Environ 7 minutes plus tard, j’arrive à la fin de la rue, où Evan m’attend. Nous nous sourions et revenons à un rythme normal, en prenant la direction du quartier espagnol, dans le Nord de la ville.

Extrait de 2 mn du film Street de James Nares

Vous aimerez aussi
« L’art c’est l’espérance et l’affection qui parfume les douleurs des hommes »
La source de l’immortalité
Histoires de l’Est – À propos de la peinture de Johanna Kandl
Jean Miotte, le peintre de la liberté, est mort à 89 ans.

2 Commentaires

  1. Denis

    Jjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjj'aaaaaaaaaaaaaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii bbbbbbbbbbbbbbbbbbiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiieeeeeeeeeeeeennnnnnnnnnnnnn aaaaaiiiiimmmmmmèeeeeeeeeeeeeee sssssssssssssiiiiiiiiiiii l aaaaaaaaaaaartiiccccllllllllleeee aaaaa qqqqqueelllllqqqqueeeeeeee cccccchhhhhhhhhoooooooossssse aaaaaaaaaaaaaaa vvvvvvvvvvvvooooooooooiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiirrrrrrrrrrrr aaaaaaaaaaaavveeeeecccccccccccccc lllleeeeeeeeeeeee oooooooooooooooooonnnnnnnnnnnzzzzzzzzzzzzzzeeeeeeeeee ssssssssseeeeeeeeeeeeeeeeppppppppppppttttttttttteeeeeeeemmmmmmbbbbrrrrrreeeeeeeee iiiiiiiiiiiiiilllllllllll eeeeeeeeeeeessssssssssssssssttttttttttt aaaaaaaaaaaaaaauuuuuuuuuuuuuuussssssssssssiiiiiiiiiiiiiiii uuuuuuuuuuuuuuuuuunnnnnnnnnnnnneeeeeeeeeeee lllllllllllleeeeeeeeeeeeeeeççççççoooooooooooooooooonnnnnnnnnnnnn dddddddddddddddddeeeeeeeeeeeeeee vvvvvvvvvvvvvvvvvviiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiieeeeeeeeeeeeeeeee ! Toooooooooooooouuuuuuuuuuuuuusssssssssssss aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa Deeeeeuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuxxxxxxxxxxx aaaaaaaaaaaaaaaa llll'hhhhhhhhhhhhheeeeeeeeeeeeeeeuuuuuuuuuuuuuuuuuuurrrrrrrrrrrrre.