Home > Eglise > « Je suis prêt à offrir ma vie en sacrifice pour la Syrie »

« Je suis prêt à offrir ma vie en sacrifice pour la Syrie »

 

La semaine dernière sur les ondes de Radio Notre–Dame, Mgr Claude Dagens a gravement et publiquement mis en cause sa Béatitude Gregorios III, le Patriarche grec melkite catholique, face à la crise syrienne. Dans sa réponse [1] pleine de fermeté et de douleur « vous n’imaginez sans doute pas combien vos paroles diffamatoires ont blessé – et mis en danger – la communauté melkite si cruellement éprouvée depuis tant d’années », le patriarche rappelle combien il « n’a eu de cesse d’appeler au dialogue et surtout à la réconciliation unique planche de salut pour la Syrie ». Il est émouvant de l’entendre se définir comme celui qui est « sur la brèche et faisant front à toutes les difficultés et les tragédies de ces deux dernières années » et qu’il est « prêt à offrir sa vie en sacrifice pour la Syrie ». Il nous a semblé bon de publier certains extraits de ses textes, discours et sermons, vibrants appels à la réconciliation…lettres de sang.

Sur le rôle des chrétiens dans la cité, 27 mai 2013
"Nous voulons affirmer avec toute clarté, fermeté et constance notre liberté dans la prise de position que nous trouvons convenable pour le service de notre pays. Personne n’a la droit de nous mettre en gage ou en rançon, de nous dicter telle ou telle position, de nous cerner dans un coin, ni de nous demander de faire telle ou telle déclaration ! Nous sommes des citoyens libres et nous demandons à tous de respecter notre liberté, aujourd’hui, demain et toujours ! Quels que soient ou seront les changements, dans telle ou telle direction, nous resterons aux côtés de notre Patrie, la Syrie, et aux côtés de toute personne œuvrant pour sa sécurité, son calme, son indépendance, sa souveraineté, l’unité de son peuple et de sa terre, en Syrie et en dehors de la Syrie. Nous sommes syriens. Nous resterons syriens cent pour cent. De plus, nous resterons le grand facteur et acteur de l’unité de tous les Syriens, de la réconciliation entre tous les Syriens, du dialogue entre les Syriens, afin d’œuvrer ensemble pour une seule Syrie, unie, libre et renouvelée !

Sur le monde arabe oriental : chrétiens et musulmans, un seul tissu commun, 27 mai 2013
Au sujet de l’émigration des chrétiens, ou de la volonté de les obliger à émigrer, on me pose souvent, de la part des instances chrétiennes, civiles ou politiques, dans les pays arabes et en dehors, cette question : y a-t-il une volonté de vider l’Orient de ses chrétiens ? Je réponds comme suit : nous voulons, d’une volonté ferme, rester ici comme chrétiens ! Nous voulons rester, en tant que chrétiens, avec les musulmans et pour les musulmans. Nous voulons que les musulmans comprennent cela. C’est à eux de faire éloigner l’accusation selon laquelle les musulmans veulent vider l’Orient des chrétiens.

D’autre part, nous leur disons, avec tout amour, courage et fermeté : nous voulons rester avec eux ! Rester avec eux et pour eux. Nous avons été ensemble dans l’histoire. Nous resterons ensemble aujourd'hui et demain. L’avenir est pour nous tous, ensemble. Ou nous serons ensemble, ou nous ne serons pas. Les chrétiens et les musulmans forment ensemble un seul tissu commun dans presque chaque pays arabe. Dieu est avec nous ! Et nous sommes les uns avec les autres. Nous le disons en toute franchise : nous avons été et resterons, nous les chrétiens, en Syrie et dans les autres pays arabes, les grands défenseurs de l’Islam en première ligne. De même, nous sommes toujours les défenseurs de l’arabité et de l’unité arabe.

« Pour la Syrie, la réconciliation est l’unique planche de salut et pour cette réconciliation j’offre ma vie en sacrifice », 30 août 2012
Nous continuerons à mettre tous nos efforts pour aider de toutes nos forces les nécessiteux et les déplacés. (…) Grand est mon espoir que nous les Syriens, chrétiens et musulmans, qui, tous, subissons le poids de cette situation tragique et sanglante qui dure depuis un an et demi, nous trouverons tous ensemble – il le faut – une autre voie que celle de la violence, des armes, des tueries et de la destruction. (…) C'est pourquoi j'adresse mon appel avec le vénérable verset du Coran : « Venez, ayons une parole en commun ! » et avec le verset du Saint Evangile : « Bienheureux les artisans de paix »… Voici le slogan que nous élevons avec cette lettre. La réconciliation est l’unique planche du salut pour la Syrie. (…) Pour le ministère de la Réconciliation je suis prêt à offrir ma vie en sacrifice »

Les textes – lettres, discours, appels et sermons… – de Sa Béatitude Gregorios III, patriarche d’Antioche et de tout l’Orient, d’Alexandrie et de Jérusalem sur la crise syrienne sont très nombreux. Ils sont disponibles sur le site internet du patriarcat http://www.pgc-lb.org/


[1] Réponse du Patriarche à Mgr Claude Dagens :
Son Excellence Mgr Claude Dagens

Evêque d’Angoulême

Excellence et cher frère dans l’épiscopat,

Vous m’avez gravement et publiquement mis en cause sur les ondes de Radio Notre-Dame. Vous n’imaginez sans doute pas combien vos paroles diffamatoires ont blessé – et mis en danger – la communauté melkite si cruellement éprouvée depuis tant d’années.
Quel contraste avec la sollicitude du Pape François et la solidarité spirituelle si touchante de mes frères dans l’épiscopat et de tant de Français anonymes !
J’ajoute que beaucoup de chrétiens d’Orient sont des francophones fervents et ont été du coup particulièrement peinés par les attaques de l’Académicien que vous êtes.

De légitimes différences d’appréciations géopolitiques ne me semblent pas justifier le fait de porter violemment atteinte à la fraternité épiscopale et de choquer toute une Eglise en attaquant son Patriarche.
Sur la brèche et faisant front à toutes les difficultés et les tragédies de ces deux dernières années je n’ai eu de cesse d’appeler au dialogue et surtout à la réconciliation unique planche de salut pour la Syrie et pour laquelle je suis prêt à offrir ma vie en sacrifice.

Demeurant à votre disposition pour en reparler, je vous assure, Excellence, de ma prière pour la paix, la communion ecclésiale, vous-même et votre diocèse.

+ Gregorios III
Patriarche

Vous aimerez aussi
« Chrétiens d’Orient », exposition à l’Institut du monde arabe
Le terroriste
En Syrie, les pierres crieront
« L’art c’est l’espérance et l’affection qui parfume les douleurs des hommes »

6 Commentaires

  1. poine

    Mgr Dagens a dit textuellement au cours de l'émission : "Le cher patriarche Lahram s’est entendu avec Bachar Al-Assad, dont on sait qu’il est un allié, politiquement et financièrement."

    D'abord, on peut remarquer qu'en matière de solidarité épiscopale on peut faire mieux…

    Ensuite, pendant l'émission, on entend Mgr Dagens hausser le ton et ne plus laisser le journaliste lui poser ses questions. Littéralement, il est sorti de ses gonds, ce qui est un peu étrange pour un haut responsable de l'Eglise et pour un académicien.

    Enfin, il a pris une position politique radicale, qui disqualifie d'emblée toute possibilité de solution négociée dans cette région durement éprouvée par une longue guerre civile.

    Pour lui, la position selon laquelle la chute du régime risquerait d'engendrer une situation inextricable, et potentiellement une prise de pouvoir islamiste, est uniquement un élément de la propagande du régime. Pour lui, le chaos règne déjà, donc autant en finir avec le régime actuel. Mais il ne propose rien d'autre que de renverser le régime à coup de bombes !

    Franchement, n'a-t-il rien de mieux à faire que de jouer les va-t-en guerre ? D'appeler à une intervention qui est désapprouvée par le pape lui-même ? De traiter un ses frères dans l'épiscopat de valet d'une dictature sanglante et sans pitié ?

    Et de quel droit un évêque français n'ayant aucun rapport avec la Syrie se permet-il une attaque contre le patriarche catholique de la région, au contact permanent avec ses brebis qui souffrent quotidiennement, sous les obus et les explosions ? Quand les responsables français, politiques et maintenant religieux, abandonneront-ils leur éternelle posture de donneurs de leçons ?

  2. Rebiard

    Pour connaître le Liban, pays dans lequel je vais régulièrement pour connaître beaucoup de personnes qui connaissent le Patriarche Grégoire Laham, ce patriarche a de belles paroles mais attitude indigne d'un Patriarche. Quand ce Patriarche ose critiqué ouvertement des personnes qui aident les Chrétiens du Moyen-Orient j'ai envie de dire à ce Patriarche qui vit dans la sécurité de ses Patriarcats de donner les tiers de son argent aux peuples syriens chrétiens qui crèvent de faim. (…)

  3. Rebiard

    Quand ce même Patriarche ose dire devant une ONG qui aide essentiellement les Chrétiens du Moyen-Orient que la France ne fait rien pour la Syrie il ignore donc totalement tous les bienfaiteurs français qui versent des dons à cette association qui vont actuellement au profit des syriens. C'est facile de dire qu'il serait prêt à donner sa vie alors qu'il vit en toute sécurité dans ses Patriarcats dorés de Damas et de Beyrouth, dans sa résidence d'été Ain Trez. Les religieux qui sont actuellement dans "l'enfer chrétien" de Syrie sont les Jésuites à Homs,un prêtre est avec plusieurs habitants de Homs "emprisonnées" dans l'Eglise car encerclée par les rebelles syriens. Ces mêmes jésuites, plus les petites soeurs de Jésus et d'autres communautés chrétiennes oeuvrent sans faire de bruit à Alep, à Damas. D'ailleurs allez-vous au Patriarcat la photo qui règne dans le bureau du Patriarche, celle de Bachar el Assad. Les chrétiens d'Orient savent très bien que si les rebelles prennent le pouvoir en Syrie, les chrétiens de Syrien sont menacés, Bachar el Assad s'est toujours bien entendu avec les chrétiens. D'ailleurs il faut pas oublier que ce conflit a été créé de toute pièce par les Etats-Unis et la France, ces deux pays sont les plus grands criminels. (…)

    1. Ina Moretti

      Avoir la photo du Président Bachar-el-Assad dans son évêché est le lot de tous les évêchés en Syrie, des boutiques aux écoles, en passant par tous les lieux publics. Comme en France, une Mairie est "ornée" de la photo de son Président, même si le Maire est d'un autre bord politique. 

      Ce qui est dommage, c'est de se mettre en colère, de loin, de se faire juge d'un autre homme, d'une situation, alors qu'en France nous sommes si préservés, malgré les difficultés qui sont les nôtres. 

      Peut-être que le Patriarche Gregorios III ne fait pas l'unanimité. Ce n'est peut-être pas un homme  parfait, peut-être même est-il faible et a t-il eu l'occasion de profiter des avantages de sa charge ? 

      Que le Seigneur lui donne la force, à travers ce calvaire, d'offrir aux siens le meilleur de lui-même. Allah biaref.

  4. Alain Bories

    Merci, Poine, pour ce beau commentaire. J'ajouterai que notre indigne président de la République, François Hollande, s’est une fois de plus comporté en servile laquais des Américains, au mépris total des intérêts de la France :

    1)      en reconnaissant pour seuls représentants légitimes du peuple syrien une bande de mercenaires islamistes étrangers, parfaitement entraînés, armés et encadrés, brusquement surgis de nulle part dans une Syrie multiconfessionnelle qui vivait jusque là en paix, mercenaires que nous combattons par ailleurs au Mali ;

    2)      en prônant la guerre à tout crin, ce qui nous ridiculise aux yeux du monde entier puisqu’aucun autre pays ne se montre aussi extrémiste ;

    3)      en dépêchant en Méditerranée orientale plusieurs unités de notre marine  au moment même où il projette de faire des coupes claires dans notre défense nationale.

    Il fait de la politique, en somme, il se range du côté du plus fort et cela lui sera compté.

    Mais que Mgr Dargens hurle avec les loups, cela laisse pantois. Quand on est académicien, on ne se contente pas de répéter la propagande atlantiste que les média nous serinent à longueur de journaux télévisés. Mgr Dargens peut-il ignorer qu’aujourd’hui en Syrie, des martyrs versent leur sang plutôt que de se convertir à l’Islam ? Des chauffeurs routiers sont sortis de leur cabine, alignés contre un camion et fauchés d’une rafale juste parce qu’ils ont héroïquement confirmé qu’ils étaient bel et bien chrétiens. N’en déplaise à Mgr Dargens, leur sang crie plus fort que lui.