Home > Musique, Danse > Inédit : Une performance musicale acqueuse…

Inédit : Une performance musicale acqueuse…

Un évènement insolite s'est joué au cœur de la Picardie. Dans le cadre du festival des forêts, le château du Plessis-Brion a reçu Vassilena Serafimova et Thomas Enhco pour un concert pyrotechnique magistral… sous la pluie.

Déprogrammé la veille en raison de conditions météo désastreuses, ces deux artistes ont finalement apprivoisé la drache picarde pour offrir au public venu en nombre un duo extraordinaire. Dans un répertoire pour piano et marimba qui fait éclater les frontières entre le classique et le jazz en passant par le tango et les compositions originales, Thomas et la jeune percussionniste bulgare Vassilena ont séduit par leur présence explosive et chaleureuse.

Bach, Mendelsshon, Mozart… Les deux virtuoses enchaînent merveilleusement leur programme au rythme des gouttes qui détrempent les costumes et s'invitent sur leurs instruments. Vassilena, pieds nus, semble danser autour de son marimba. Thomas, dégoulinant et souriant, exécute avec panache sa partition profitant du moindre soupir pour sécher le clavier du Steinway et ses doigts devenus glissants.

Comme un clin d'œil inédit pour parachever leur performance mouillée, ils interprètent une composition originale La fenêtre et la pluie et se lancent avec brio dans Aquarium, extrait du Carnaval des Animaux de Camille Saint-Saëns. Le public est aux anges.

Le concert touche presque à sa fin. Encore une œuvre originale de Patrick Zimmerli Signs of Life, et Le Grand Tango d'Astor Piazzolla interprétés de main de maître sous les feux des projecteurs. Puis,Thomas prend le micro et lance à Vassilena : « On s'en souviendra. Notre premier concert sous la pluie ! ».

Et dans une dernière partition, ils offrent des variations enlevées sur un chant traditionnel bulgare Dilmano Dilbero. Le château prend feu. Des éclairs déchirent la nuit obscure. Un splendide jaillissement pyrotechnique accompagne en rythme ces ultimes mélodies élevées au ciel. De vrais rayons de soleil dans la grisaille picarde. Comme quoi, la chaleur est ailleurs !

Mozart, Sonate K. 488 – 1er mouvement

 

Astor Piazzolla, Le Grand Tango

 

 

Vous aimerez aussi
Le requiem du défi
Le West-Eastern Divan Orchestra : quand la musique rassemble Israéliens et Palestiniens
Leonard Cohen en concert à Toulon et Paris : « J’ai écouté toute la souffrance »