Home > Musique, Danse > Les grands prêtres et les pharisiens

Les grands prêtres et les pharisiens

Le Graduel Collegerunt (ils se réunirent) est l’une des pièces les plus sombres et les plus singulières du répertoire grégorien. Tiré de l’Evangile selon saint Jean, il nous rend contemporains des prêtres et des pharisiens dont le cœur se durcit inexorablement à cause de leur peur de perdre ce qui n’appartient pourtant qu’au Christ. Dès lors, il n’y a plus de retour en arrière.

Le saltimbanque de Georges Rouault

Miserere, de Georges Rouault

Le deuxième mode, grave, est admirablement exploité. Il descend, il descend, il se tord dans les graves en un jeu de demi-tons, comme pour nous inviter à partager l’humiliation du Seigneur. Cette amplitude inhabituelle accentue les élans vers les aigus en les rendant plus poignants. Ni supplication, ni prière, ils ne sont plus que la tristesse, pour le chantre, de devoir assumer en sa chair les paroles de Caïphe. Mais une joie étrange, presque scandaleuse, vient pourtant le soutenir. La prophétie du grand prêtre lui rappelle que l’actualité, la brûlante actualité de l’éternité verse en son cœur le goutte à goutte de l’espérance. Juste ce dont nous avons besoin pour tenir. Pour nous tenir là. Devant l’Agneau qu’on égorge.

La qualité de l'enregistrement de cette pièce n'est pas optimale. Les isson ont été fait artificiellement. Mais cette pauvreté n'est pas de mauvais aloi. On entend parfois, en arrière plan, les enfants roumains de notre quartier jouer, crier, vivre, comme pour rappeler la compagnie de la petite espérance.

Montage et chant: D.C. Sous titres: Jn 11, 47-53 d'après la traduction Crampon. Images : Georges Rouault, Miserere

 

Vous aimerez aussi
La compassion à la lumière de l’art
Chant grégorien : Factus est Dominus
« Cette musique était en réalité infiniment joyeuse, jubilatoire même ! »
Le Trisagion du cœur

6 Commentaires

  1. CI

    je n’ai pas entendu les enfants roumains mais le goutte à goutte de l’espérance est bien là. Merci pour ce magnifique montage, merci de nous remettre dans la brûlante actualité de l’éternité

  2. DC

    Merci CI ! Le drame, la foi et l'espérance vont ensemble. La prochaine vidéo sera pour partager la joie, la joie profonde, "l'étrange joie", comme aurait dit saint Damien, celle qu'il faut pourtant recadrer, rendre plus mûre, plus sage, moins féconde, celle qu'il faut absolument et sans jugement mettre au pas, parce qu'il est désormais compliqué d'être catholique, heureux et libre. Mais peut-on nous ôter la joie, comme on arrache une dent gâtée, quand c'est la Croix qui nous la donne?

  3. Aude
    Aude

    Les enfants roumains sont là… derrière la voix et les hissons, presque « muets », nous rappelant bien la compagnie de la petite espérance  » cette petite muette qui voit tant de mystères par ses yeux non terrestres et qui ne peut en parler que par signes  » . Merci pour cette si belle composition.

  4. Séverine

    Merci! Je te retrouve bien là! Heureuse de voir que le Miserere de Rouault t’habite et t’inspire toujours autant. Merci de nous offrir ainsi le fruit de cette inspiration renouvelée.

  5. Arnaud Guillaume

    Très belle alliance du Texte sacré, de la musique et de l’image. Merci Denis de nous introduire dans une telle beauté.