Home > Santé > Vincent Lambert, l’un de nous

Vincent Lambert, l’un de nous

La cour Européenne des Droits de l'Homme vient de statuer aujourd'hui sur la cas Vincent Lambert. Retour sur la position d'un témoin capital du procès. 
 
 
Ce qu’il est devenu habituel de désigner par le « cas de Vincent Lambert » ou « l’affaire Vincent Lambert » passait le 7 janvier dernier devant la Cour européenne des Droits de l’Homme. Vincent Lambert est cet homme de 38 ans, tétraplégique suite à un accident de la route survenu il y a six ans, et autour duquel se déchaînent les passions liées à l’actuel débat sur l’euthanasie.

Parmi les innombrables articles de presse, réquisitoires « pour » ou « contre », avis et théories, un texte aborde cette affaire avec plus de réalisme, parce qu’il fait le point sur la situation en partant de la personne de Vincent Lambert et non de croyances personnelles et d’opinions partisanes. Il s’agit de la tribune du Professeur Xavier Ducrocq, professeur de neurologie et d'éthique au CHU de Nancy, devenu proche de Vincent Lambert et défenseur de sa vie, et qui était présent à l'audience.

Il nous rappelle, au-delà des faits scientifiques clairement exposés, que le jeune homme « ne demande pas qu’on le tue. Il a besoin qu’on l’aime. »

Ce qui pousse à militer pour la mort de Vincent Lambert, dit-il, en vérité ce n’est pas la compassion pour la souffrance mais la peur panique devant notre condition mortelle, notre vulnérabilité. La vie de Vincent Lambert, qui incarne cette fragilité, nous est insupportable au regard… Mais éliminer ceux qui sont les signes de notre condition mortelle nous rendra-t-il immortels ?

Lien de l’article : Vincent Lambert n'est plus comme nous, il n'a pas cessé pour autant d'être l'un de nous, Le figaro, 06/01/2015

 

(Article initialement publié le 10 janvier 2015)

Vous aimerez aussi
« L’art c’est l’espérance et l’affection qui parfume les douleurs des hommes »
Ukraine : rencontre avec le père Alexandre, orthodoxe
« Et les mistrals gagnants » : quand des enfants malades nous apprennent à vivre
Noël en Provence : les santons aussi sont des maîtres “ès gratuité”

9 Commentaires

  1. Marc

    Selon le figaro "il dort, mange, sourit et pleure, mais est incapable d'avoir une communication "objective" ". Sourire et pleurer ne sont plus des signes d'humanité ni de communication. Désormais pour éviter la mort, il faut pouvoir mettre des commentaires sur un blog. Autre remarque : "la justice Européenne "Autorise Vincent Lambert à mourir" ". Rassurez-vous, on ne le tue donc pas ! On l'autorise à subir la mort par la faim infligée par les soignants. 

  2. Maurice

    Il y a quelque chose que je ne comprends pas dans la décision de la CEDH : ils ont autorisé l'arrêt des traitements. Mais personne n'a jamais parlé d'arrêter de le nourrir et de lui donner à boire ?!

    1. Jean Cétreaux

      Remarque très pertinente en effet. C'est sur ce point que se base toute l'affaire… Mais il est considéré que l'hydratation et l'alimentation sont des soins. Désormais, si vous arrêtez de nourir votre grand mère, vous êtes au dessus de tout soupçon !  «Il n'y aurait (notez le conditionnel, un doute subsiste tout de même) pas de violation de l'article 2 (de la convention européenne des droits de l'Homme, sur le droit à la vie, ndlr), en cas de mise en œuvre de la décision du conseil d'État autorisant l'arrêt des soins», a indiqué le président de la CEDH Dean Spielmann. Selon la Cour, la France n'a donc pas violé les droits de l'Homme." (le figaro). Bref, pas de violation des droits, on" autorise Vincent Lambert à mourir" en sous entendant qu'il aurait donné un accord qu'il n'et pourtant pas en mesure d'approuver… 

  3. Thibault

    Benoit XVI disait dans son encyclique "Deus caritas est" ceci: "L’État qui veut pourvoir à tout, qui absorbe tout en lui, devient en définitive une instance bureaucratique qui ne peut assurer l’essentiel dont l’homme souffrant – tout homme – a besoin : le dévouement personnel plein d’amour. Nous n’avons pas besoin d’un État qui régente et domine tout, mais au contraire d’un État qui reconnaisse généreusement et qui soutienne, dans la ligne du principe de subsidiarité, les initiatives qui naissent des différentes forces sociales et qui associent spontanéité et proximité avec les hommes ayant besoin d’aide. (n. 28)" Ce qui apparait effrayant dans toutes ces lois et décisions de justice, c'est le droit que ce donne l'état (et le justice, ce qui soit disant en passant est un réel problème démocratique dans l'Union Européenne) de vie et de mort sur la vie humaine (avortement / euthanasie / eugénisme pré-natal…). L'Etat moderne ainsi conçu qui ne reconnait aucune limite à son pouvoir est réellement totalitaire. Si Dieu ne peut plus être reconnu pour beaucoup, qu'au moins l'homme soit respecté, qu'on s'en approche avec "crainte" car devant la vie d'UN homme il y la manifestation de l'éternité, de l'infini dans l'expérience irréductible de l'unicité et du mystère de chaque vie. Un Etat totalitaire qui ira jusqu'à où???  

  4. Thibault

    Merci Aude de cette information rassurante. Les arrêts ajoutés par les 5 juges dissidents sont d'une grande clarté et montrent que certains pays gardent encore "une conscience" et donc une limite aux pouvoirs exhorbitants du droit positif et des juges. Ces 5 juges ont le droit de figurer comme de véritables étoiles sur le drapeau européen. Vont-ils subir des persécutions? Leurs pays vont-ils être mis au ban des "nations honorables humanitaristes"? Affaire a suivre. Nous attendons un nouvel article sur ce sujet passionnant!  

  5. Maurice

    Merci pour tous ces messages encourageants ! Je tiens à vous partager cette vidéo d'un ami de Vincent Lambert qui a été le visiter avec son frère David Lambert. Non, il n'est pas en fin de vie ! Les images parlent d'elles-mêmes ! VIDEO