Home > Politique > Réflexions de Mgr Camisasca sur les attentats de Paris

Réflexions de Mgr Camisasca sur les attentats de Paris

Pour Mgr Massimo Camisasca, Evêque de Reggio Emilia (Italie), "Le chemin de notre responsabilité est long et va dans le sens du témoignage d'un humanisme possible." 

Face à des événements comme ceux qui se sont produits hier à Paris et qui, malheureusement, se présentent à nous dans un crescendo de désolation et d’horreur depuis 2001  (ce qui risque de s’aggraver encore à l’avenir, ce qu’à Dieu ne plaise) des pensées de nature différentes s’entrelacent dans notre esprit, sans pouvoir se défaire.

Le première pensée nous porte à la condamnation et la compassion. Condamnation absolue du terrorisme qui tue dans la haine et sacrifie des victimes innocentes. Le terrorisme cherche à semer une peur croissante, à paralyser, à empêcher de réfléchir pour préparer des réponses raisonnables et réfléchies. Compassion pour ceux qui sont morts, qui sont blessés, pour leurs familles et aussi pour toute notre société désorientée et souvent désespérée.

Une seconde réflexion est intimement liée à la première: d'où naissent ces terroristes? Quelle expérience les a conduit à cela ? Au point de tuer et de se suicider pour rendre gloire à Dieu, au point de détruire les signes de l'art antique comme ils le faisaient en Syrie et en Irak, les signes du chemin de l'homme vers la lumière? Quelle aberrante vision de Dieu peut conduire un homme à haïr son prochain jusqu'à désirer le massacrer?

Nous ne pouvons pas nous arrêter à ces questions, nous devons chercher des réponses. Quand l’homme en arrive là, cela signifie qu’en lui, l'expérience humaine est tragiquement dévoyée. Les terroristes révèlent un tragique manque d'espoir pour l'avenir. Derrière ce qu'ils font, se cache le désespoir de ne pas trouver des réponses crédibles à leurs vies. Et dans tout cela, il y a aussi une responsabilité de l'Occident, de son nihilisme et de son relativisme.

Ils veulent tuer et mourir parce qu’ils ont vu la mort et n’espèrent plus rien de possible de la vie. Les actes tragiques d'hier appellent à une grande responsabilité de notre part. Le terrorisme doit être arrêté et combattu, en essayant d'éviter autant que possible d'autres massacres, souffrances et assassinats.

Le chemin de notre responsabilité est long et va dans le sens du témoignage d'un humanisme possible. Ce n’est que si ces jeunes qui ont grandi dans la haine et la terreur pourront trouver des raisons de vivre, que le terrorisme sera éradiqué. Nous sommes précisément appelés à témoigner que cela est possible, avec les jeunes de l'Islam et de tout autre croyance et religion, y compris la nôtre, qui vivent autour de nous.

La mal terrible auquel nous assistons est appelé à être transformé dans un sens positif. Les dirigeants de nos pays et les gouvernements ont la grande responsabilité de faire ce qui n'a pas encore été accompli à cause des divisions entre des nations qui se sont repliées sur leur intérêt propre plutôt que de rechercher le bien de tous: en empêchant le terrorisme. Ces choses si dramatiques ne peuvent probablement pas être évitées. Pour nous tous, la tâche est difficile, mais fascinante, elle consiste à éduquer le sens de la vie afin que la mort n'ait pas le dernier mot.

Massimo Camisasca

Article paru dans La liberta (Italie) le 14/11/2015, 
traduit de l'italien par Jacques Bagnoud
 
Vous aimerez aussi
Les voeux de Dietrich Bonhoeffer ou la grande Allemagne face à la barbarie
Un prêtre copte du Caire : « seule la prière a le pouvoir de faire descendre le ciel sur la terre »
« Déradicaliser un djihadiste est illusoire : on est pas aux alcooliques anonymes »
Cheyenne Carron : La chute des hommes

2 Commentaires

  1. Denis Cardinaux
    Denis Cardinaux

    Voici les paroles du pape François : "Je vous invite à vous joindre à moi pour prier et confier à la miséricorde de Dieu les victimes sans défense de cette tragédie. Que la Vierge Marie, la mère de miséricorde, suscite dans les cœurs de tous des pensées de sagesse et des intentions de paix. Nous lui demandons de protéger et de veiller sur la chère nation française, fille aînée de l’Église, sur l’Europe et sur le monde entier." 

    http://www.zenit.org/fr/articles/marie-veille-sur-la-chere-nation-francaise-fille-ainee-de-l-eglise?utm_campaign=francaishtml&utm_content=%5BZF151116%5D%20Le%20monde%20vu%20de%20Rome&utm_medium=email&utm_source=dispatch&utm_term=Image