Home > Spiritualité > Des rois d’Arabie au coeur inquiet

Des rois d’Arabie au coeur inquiet

Les premières notes de l’offertoire grégorien pour l’Epiphanie, chanté par Damien Poisblaud, semblent appeler les horizons lointains pour les inviter au centre du monde : là où se trouve l’Enfant de Betléhèm. 

Après cet appel grandiose, l’ornementation du mot « arabum » paraît une référence implicite aux richesses vocales de l’orient. Voici la traduction du texte de l’offertoire composé à partir de quelques versets du psaume 71 : 

« Les rois de Tharsis et les îles lui apporteront des présents : 
les rois d’Arabie et de Saba apporteront des dons. 
Et tous les rois de la terre l’adoreront : 
toutes les nations le serviront.
Dieu, donnez votre jugement au Roi : 
et votre justice au Fils du Roi.
Que les montagnes reçoivent la paix pour votre peuple,
et les collines la justice.
En ses jours se lèvera la justice, 
et l’abondance de la paix :
jusqu’à ce que soit enlevée la lune. »

 

Et voici quelques extraits de l’homélie prononcée par Benoît XVI  6 janvier 2013 :

Pour l’Église croyante et priante, les Mages d’Orient qui, sous la conduite de l’étoile, ont trouvé la route vers la crèche de Bethléem sont seulement le début d’une grande procession qui s’avance dans l’histoire (…). Comme les bergers qui, en tant que premiers hôtes auprès de l’Enfant nouveau-né couché dans la mangeoire, personnifient les pauvres d’Israël et, en général, les âmes humbles qui vivent intérieurement en étant très proches de Jésus, ainsi les hommes provenant de l’Orient personnifient le monde des peuples, l’Église des Gentils – les hommes qui à travers tous les siècles se mettent en marche vers l’Enfant de Bethléem, honorent en Lui le Fils de Dieu et se prosternent devant Lui. L’Église appelle cette fête « Épiphanie » – la manifestation du Divin. (…)

Quel genre d’hommes ceux-ci étaient-ils donc ? (…)

Les hommes qui partirent alors vers l’inconnu étaient des hommes au cœur inquiet. Des hommes poussés par la recherche inquiète de Dieu et du salut du monde. Des hommes en attente qui ne se contentaient pas de leur revenu assuré et de leur position sociale peut-être reconnue. Ils étaient à la recherche de la réalité la plus grande. Ils étaient peut-être des hommes instruits qui avaient une grande connaissance des astres et qui probablement disposaient aussi d’une formation philosophique. Mais, ils ne voulaient pas seulement savoir beaucoup de choses. Ils voulaient savoir surtout l’essentiel. Ils voulaient savoir comment on peut réussir à être une personne humaine. Et c’est pourquoi, ils voulaient savoir si Dieu existe, où et comment il est. S’il prenait soin de nous et comment nous pouvons le rencontrer. Ils voulaient non seulement savoir. Ils voulaient reconnaître la vérité sur nous, sur Dieu et sur le monde. Leur pèlerinage extérieur était une expression de leur cheminement intérieur, du pèlerinage intérieur de leur cœur. Ils étaient des hommes qui cherchaient Dieu et, en définitive, ils étaient en marche vers lui. Ils étaient des chercheurs de Dieu.

(…) Le pèlerinage intérieur de la foi vers Dieu s’effectue surtout dans la prière. Saint Augustin a dit un jour que la prière, en dernière analyse, ne serait autre chose que l’actualisation et la radicalisation de notre désir de Dieu. À la place de la parole “désir”, nous pourrions mettre aussi la parole “inquiétude” et dire que la prière veut nous arracher à notre fausse commodité, à notre enfermement dans les réalités matérielles, visibles et nous transmettre l’inquiétude pour Dieu, nous rendant ainsi ouverts et inquiets aussi les uns des autres. (…)

Image : avertissement de l’Ange aux rois mages endormis, chapiteau de l’église d’Autun.

 

Les Mages d’Orient étaient aussi et surtout des hommes qui avaient du courage, le courage et l’humilité de la foi. Il fallait du courage pour accueillir le signe de l’étoile comme un ordre de partir, pour sortir – vers l’inconnu, l’incertain, sur des chemins où il y avait de multiples dangers en embuscade. Nous pouvons imaginer que la décision de ces hommes a suscité la dérision : la plaisanterie des réalistes qui pouvaient seulement se moquer des rêveries de ces hommes. Celui qui partait sur des promesses aussi incertaines, risquant tout, ne pouvait apparaître que ridicule. Mais pour ces hommes touchés intérieurement par Dieu, le chemin selon les indications divines était plus important que l’opinion des gens. La recherche de la vérité était pour eux plus importante que la dérision du monde, apparemment intelligent.

(…) Les Mages ont suivi l’étoile, et ainsi ils sont parvenus jusqu’à Jésus, jusqu’à la grande Lumière qui éclaire tout homme venant en ce monde (cf. Jn 1, 9). Comme pèlerins de la foi, les Mages sont devenus eux-mêmes des étoiles qui brillent dans le ciel de l’histoire et nous indiquent la route. Les saints sont les vraies constellations de Dieu, qui éclairent les nuits de ce monde et nous guident. Saint Paul, dans la Lettre aux Philippiens, a dit à ses fidèles qu’ils doivent resplendir comme des astres dans le monde (cf. 2, 15).

Consulter le texte complet sur le site du Vatican. 

Vous aimerez aussi
L’expression de l’attente
Une épiphanie polonaise
L’art de lui ouvrir la porte…
Arvo Pärt reçoit le prix Ratzinger de théologie