Home > Eglise > Inauguration d’une église dédiée aux 21 martyrs Coptes

Inauguration d’une église dédiée aux 21 martyrs Coptes

Il y a trois ans, 21 coptes ont été décapités sur une plage en Lybie. Vidéo qui a fait le tour du monde, provoquant une certaine terreur à cause de sa barbarie, de cette mise en scène terrifiante de Daech. Mais cette même vidéo a mystérieusement aussi provoqué un silence intérieur, plein de respect, devant la foi de ces martyrs. Au moment de leur mise à mort si barbare, le dernier mot qui est venu sur leurs lèvres était : « Seigneur Jésus-Christ ». 

À l’exemple de leur Maitre, dépouillés de leurs vêtements, on les a vêtu d’une tunique orange pour les mener à l’abattoir, les mains liées, à genoux. La scène de la crucifixion du Christ semble se répéter devant nos yeux. Dans cette vidéo : les ténèbres et la lumière, la vie et la mort semblent se côtoyer. Un tel contraste entre la haine des djihadistes habillés en noir, leur visage caché, l’instrument de mort à la main, et les 21 fidèles, embrassant leur croix avec une foi et une sérénité qui ne viennent pas d’une détermination ou d’un effort humains, mais de la grâce de la Résurrection du Christ qui a vaincu la mort. C’est cette grâce de l’Esprit Saint qui leur a fait balbutier tout doucement et tout sereinement ces trois mots : « Seigneur Jésus-Christ » (Mc 13,11). 

Trois ans après ce martyre, l’Eglise copte a fait mémoire de ses 21 martyrs en inaugurant le 15 février dernier, jour choisi par l’Eglise copte pour leur vénération, une église dédiée à leur mémoire. Elle se trouve à Al Our, en province de Mynia en Egypte, d’où sont originaires 13 des 21 martyrs et où beaucoup d’églises ont été détruites ces dernières années par l’Etat Islamique et les frères musulmans.

A la fin de son homélie le jour de l’inauguration, Monseigneur Amba Bovnotious évêque de Samalout, prononce avec émotion ces paroles : «  Nous faisons mémoire aujourd’hui de nos 21 martyrs qui, il y a 3 ans, se sont retrouvés avec l’épée sur la gorge, après avoir été enlevés pendant 40 jours, maltraités… ça aurait été beaucoup plus facile pour eux de renier leur foi, en se disant : ‘nous nous convertirons de nouveau après notre reniement’. Mais non, ils ont choisi de demeurer fidèle à leur foi, de rajouter leur nom à cette longue liste de martyrs de notre belle Église copte. Et c’est en leur honneur que cette église est dédiée aujourd’hui…». Et Monseigneur Kyrillos William Samaan, évêque copte-catholique d’Assiout, en Haute-Egypte, rajoutait : « Ce sont pour nous aussi des martyrs : ils ont refusé d'abjurer leur foi, et sont morts en récitant le Kyrie eleison, 'Seigneur, prends pitié', avec le nom de Jésus sur les lèvres, jusqu'à leur dernier souffle ».

Faire mémoire de leur témoignage en ce temps de carême, est un rappel pour nous que personne, ni aucune difficulté ne peut séparer l’apôtre de son Seigneur. Pourtant, il peut s’en séparer lui-même. Leur martyrs nous fait mendier la grâce de la fidélité au Christ. Bien souvent, nous accusons les circonstances extérieures de nous séparer du Christ. Il nous faut plutôt craindre notre manque de foi et mendier la grâce de demeurer en Lui en chaque circonstance.

Que ce kyrie chanté par Mère Irène (1936-2006), grande figure de l’Eglise copte, nous aide à demander l’intercession des 21 martyrs, afin que notre foi soit comme la leur : fidèle et toute imergée dans ce le grand Kyrie Eleison. 

Vous aimerez aussi
Martyrs d’Egypte : le témoignage d’une petite fille
Le terroriste
Attentats contre les coptes : chrétiens jusqu’au jour du Jugement
Noël au Liban : une chorale musulmane chante la naissance du Christ