Home > Fioretti > Ces miracles que nous vivons parfois, sans le savoir

Ces miracles que nous vivons parfois, sans le savoir

Jusine Cefalu, volontaire américaine au Point-Cœur du Sénégal partage dans sa première lettre aux parrains, le miracle d’une amitié qui lui a été donnée de vivre. Voici un extrait de cette lettre.

 

Il y a des dizaines de nouveaux amis que j’aimerais que vous connaissiez ici : les voisins de l’autre côté de notre route de sable que nous voyons tous les jours, la femme qui vend des sandwiches et des boissons à la décharge, les enfants qui sautent dans nos bras quand nous les voyons dans la rue, les mères qui travaillent toute la journée et que nous accueillons le soir ou le dimanche quand tout le monde va se reposer. Il y aura du temps pour tout cela dans les prochaines lettres, inchallah !

Je veux vous parler de mon premier ami ici, Adama, à la fois parce que c’est une amitié qui m’a pris par surprise et aussi parce qu’il est décédé la semaine dernière et je veux lui rendre hommage d’une certaine façon. Adama est un ami de Point-Cœur depuis de nombreuses années et ce n’est que récemment qu’il a été alité, dans une petite pièce au toit de tôle de la cour de sa maison familiale. Je suis allée lui rendre visite dès mon premier jour à Dakar avec Marta, une volontaire polonaise qui se préparait à partir ce soir-là.  Elle nous a présentés et nous a aidés dans la traduction pendant que nous discutions, non pas parce qu’Adama ne parlait pas français, mais parce qu’il était si faible que les syllabes se confondaient et que je ne comprenais pas bien ce qu’il avait à dire. Il avait une telle patience pour notre faible compréhension, souriant à moitié en se répétant encore et encore avant que nous comprenions ce qu’il disait. Il a posé des questions sur nos pays d’origine, parlé de la géographie et de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. À un moment donné, Marta et moi avons posé la même question en même temps et nous avons tous les trois éclaté de rire. Je suis allée le voir deux fois de suite et, à chaque fois, je me suis sentie, pour ainsi dire inexplicablement, comme si je saluais un vieil ami cher. C’était la joie de voir quelqu’un qu’on aime et dont on sait qu’il nous aime. Nous avons échangé les mots que nous pouvions et nous sommes restés assis en silence. Je lui ai dit que nous tous, les nouveaux bénévoles, apprenons le wolof et avec un grand sourire, il m’a dit que cela lui donnait la force et une nouvelle énergie pour partager sa langue et sa culture avec nous. L’amitié est certes un amour partagé entre les êtres humains, mais elle est toujours bénie par l’Amour au-delà de tout ce que nous pouvons générer nous-mêmes. Avec Adama, c’était très tangible – nous n’avions pas grand-chose en commun, sinon notre humanité qui nous relie. Et pourtant, mystérieusement, l’Amour était là. Je ne comprends pas comment cela se produit et il n’est certainement pas possible que je puisse  » faire ou provoquer par moi-même » une amitié comme celle-là. C’était vraiment un cadeau. Là, dans l’arrière-salle, avec le fauteuil roulant dans le coin et le toit qui coule, c’est moi qui me sentais pauvre. Je me suis penchée pour mieux l’entendre, essayant désespérément d’écouter d’une nouvelle manière pour reconstituer l’histoire qu’il racontait. Et d’une manière ou d’une autre, à chaque fois, finalement, il y avait un déclic et le gouffre de l’incompréhension disparaissait et nous souriions tous les deux. Je suis reconnaissante pour le cadeau d’une telle amitié. C’est, je pense, l’un des petits miracles que nous vivons parfois sans le savoir. (…) Je vous demande de prier pour l’âme d’Adama et pour sa famille.

 

Vous aimerez aussi
Thanksgiving au Point-Cœur de Brooklyn : « Rendez grâce en toute circonstance »
« En sauvant la paix nous avons mutilé des amis » Saint Exupéry
Le Pape François: « donnons à la foi un visage et une chair thaïlandais »
Le Pape François partage l’apostolat de Points-Cœur