Home > Dossier Antoni Gaudí > Comme dans une forêt

Quiconque entre dans la Sagrada Familia à Barcelone s’arrête dans une sorte de bosquet. C’est ainsi que Gaudí a expliqué l’intérieur du temple à ceux qui ont visité le chantier. À cette époque, rien de tout cela n’était encore construit. La façade de la Nativité était construite, mais pas encore terminée, et pourtant Gaudí a toujours accompagné les visiteurs sur le chantier pour voir l’esplanade qui aurait abrité la nef centrale : d’un lieu encore vierge, caractérisé seulement par la poussière, il a commencé son explication en disant « ce sera comme une forêt d’arbres ».

 

 

Dans une zone invisible pour les visiteurs, où il n’y avait encore ni autel, ni image, ni fidèles, ni prêtres, qui est encore un champ, Gaudí a pourtant expliqué qu’il y avait des arbres à l’intérieur du temple et des oiseaux qui volaient. Dans ses explications, il précisait que la construction du temple nécessitait la présence des enfants et des pauvres. Il a disait que depuis les hauteurs du temple, certains rayons entraient et baignaient tout dans une lumière claire sans qu’on sache par où ils entraient. Exactement comme dans une forêt, comme dans une forêt, répétait-il, avec l’exaltation sereine et souriante du prophète.

Vers l’âge de 70 ans, Gaudí a commencé à passer beaucoup de temps à accompagner les enfants et les jeunes pour leur expliquer ce que serait la Sagrada Familia, ce qu’il était en train de construire et ce qu’il n’aurait pas pu terminer : il l’expliquerait aux générations futures pour qu’elles sachent comment l’élever vers le ciel.

Pourquoi a-t-il voulu faire une forêt de l’œuvre qui l’a accompagné toute sa vie?

La raison a déjà été expliquée par le premier bâtisseur de grandes abbayes médiévales, Saint Bernard de Clairvaux, lorsqu’il a dit « vous trouverez plus dans les bois que dans les livres« . Et quand un visiteur audacieux a demandé à Gaudi où il trouvait son inspiration, il a répondu « cet arbre est mon maître« .
Gaudí, à son tour, a souligné que la Sagrada Familia serait la première des nouvelles cathédrales. Et il disait encore qu’il n’avait pas été appelé à construire une cathédrale, mais une église perdue dans la campagne qui entoure la ville de Barcelone. En fait, Gaudí n’est pas le premier architecte de la Sagrada Familia : à 31 ans, il est appelé à construire un projet conçu par un autre, un célèbre architecte du moment spécialisé dans la construction d’églises pour le diocèse de Barcelone.

Malgré cela, il modifie progressivement le projet afin d’en arriver à ce que nous pouvons maintenant envisager et à ce que nous verrons, si Dieu le veut. Et il a répété « ce n’est pas moi qui construis la Sagrada Familia, mais la Sagrada Familia qui me construit« . Il souligne que la paternité du temple ne réside pas dans son génie, dans une idée, mais dans une vie, dans la relation avec Dieu qui a été révélée dans la Sainte Famille de Nazareth.

Gaudí commence à construire sa forêt de pierre à partir du cloître qui l’entoure. Quelque chose qui n’était pas envisagé dans le projet initial. Ce cloître est l’élément le plus original du temple, car normalement un cloître n’entoure pas l’église mais se trouve à côté de celle-ci. Dans la Sagrada Família, c’est différent : l’église se trouve à l’intérieur du cloître. Mais ce n’est pas tout : à l’intérieur, Gaudi plante et fait pousser un jardin qui représente le paradis terrestre. Ce cloître ressemble à un mur. Mais un mur fait de portes ouvertes. C’est la description de la Jérusalem céleste : un jardin entouré d’un mur. Dans ce jardin céleste vit l’Agneau. J’ai le privilège de pouvoir marcher et prier dans ce temple avec une certaine assiduité. Je pense souvent que le Seigneur lui-même, à sa Résurrection, s’est présenté comme un jardinier ; il n’a pas été reconnu parce qu’il ressemblait à un jardinier. Gaudí pense à un bosquet où c’est le Seigneur lui-même qui prend soin de ce jardin. C’est pourquoi sa vision nous remplit d’étonnement, car la beauté est une révélation de Dieu.

 

Atelier de Gaudi

 

Un prêtre très proche de Gaudí, Mossen Manuel Trens, le décrit ainsi : « l’architecte n’a rien fait sans Dieu, car il a vu avec une formidable intuition, sa mission et sa responsabilité, il a entrepris la tâche avec la sérénité et la lenteur crèatives des principes du monde. » Gaudí a corrigé tous ceux qui ont vu la nature dans sa création en les invitant à l’appeler Création, c’est-à-dire en se référant directement au Créateur, en ajoutant « la beauté est la vie« . Et c’est précisément cette vie que ses disciples racontent. Quand ils parlent de lui, ils ne se limitent pas à parler d’un projet architectural, mais ils racontent comment l’homme Gaudí les accompagnait, allait vers eux, était avec eux et en même temps, comme quelque chose d’inséparable, il leur a parlé du temple, sa description. C’est là que réside le génie de Gaudí : dans une seule vie.

Le constructeur de La Pedrera, interrogé peu avant sa mort, sur la méthode de travail de Gaudí, et se voyant incapable d’expliquer comment il a réussi à amener ses ouvriers à une telle perfection, à un moment donné, fatigué de tant de questions, il explose en disant « Gaudí n’a dit que : comme ça, comme ça, comme ça« . En d’autres termes, il travaillait avec eux. Et son grand ami, le poète Maragall, décrit l’œuvre de Gaudí en disant qu' »il travaillait avec ses disciples, et probablement le dernier ouvrier à fabriquer le mortier fut le premier de ses disciples« .

Gaudí travaille et il est proche des gens qui l’entourent.

Il n’est donc pas surprenant que le jour de ses funérailles, toute la ville semble être impliquée, l’accompagnant jusqu’à ce qu’il soit enterré dans la crypte de son temple, vêtu de l’habit de l’Ordre franciscain, à qui il a choisi la pauvreté comme style de vie, et aux pieds de la Vierge du Carmel dont il était profondément dévoué.
Un tableau peint en 1898 décrit la Sainte Famille, comme la cathédrale des pauvres par les ouvriers qui y cherchaient du travail. Joaquim Mir, le peintre, représente une femme tenant un enfant endormi et un jeune homme sous traitement médical.

Une famille qui était venue à Barcelone pour l’Exposition universelle de 1888, à une époque où il y avait beaucoup de travail dans la ville, alors qu’ils étaient tous sans emploi, a rencontré Gaudí par l’intermédiaire d’un parent qui les a embauchés comme porteurs pour le travail. De cette famille naît une fille, Consól, dont Gaudí s’occupe comme de sa fille en payant ses études. L’affection qui les lie se manifeste à travers une petite médaille d’or que Gaudí dessine expressément pour la première communion de celle-ci. Cette jeune fille est morte en martyre lors des persécutions religieuses de 1936.

 

 

Plusieurs des ouvriers qui travaillaient pour Gaudí, avaient été récupérés de l’hôpital psychiatrique de Sant Boi et pourtant ils deviennent, à côté de lui, les meilleurs ouvriers. Dans sa maison, jusqu’à ce qu’il vive dans le parc Güell, il s’est occupé de sa nièce, Rosa Egea, qui était malade de l’alcoolisme. Puis il a accueilli Matamala, un sculpteur, un fidèle collaborateur, qui souffrait d’un cancer, et ensuite Carles Maní, qui souffrait de dépression. Pourquoi je vous dis ces choses ? Parce que c’est le génie de Gaudí. C’est là que réside son secret. Et c’est ce dont je peux témoigner à travers mes études. Comment en est-il venu à avoir une si grande foi pour pouvoir concevoir cette œuvre ? Dans une relation inséparable avec les gens qui l’entourent. C’est la raison de sa solitude quotidienne, qui entourait le temple à cette époque, loin de la ville et qui le mettait quotidiennement au défi.

En même temps, il est en contact personnel avec Dieu : Gaudí se rendait tous les jours à l’oratoire de Saint Philippe Neri, où il rencontrait son directeur spirituel, participait à la messe quotidienne, priait le chapelet lors de ses voyages avec ses collaborateurs. Ce temple n’est pas le fruit d’une inspiration instantanée, mais d’une croissance quotidienne de la Foi. Cela me remplit d’espoir, de découvrir que cette vie est réalisable, et en même temps de vertige, de découvrir mes failles dans son imitation.
Il y a tout juste 84 ans, le 20 juillet 1936, pendant la guerre civile, furent brûlés la crypte et l’atelier de Gaudí, ses plans, ses modèles. Sans jamais parvenir à arrêter cette construction.

Vous aimerez aussi
Joyeux anniversaire maître Gaudi !
Architecte et amie de Gaudí. Interview avec Chiara Curti.
Gaudi, l’architecte « collaborateur du Créateur » (II)
Gaudí : « ce n’est pas moi qui construis la Sagrada Familia, c’est elle qui me construit » (I)