Home > Fioretti > Deux ans de présence et d’amitié

Deux ans de présence et d’amitié

d'Edouard Portalis  

Voici main­te­nant pres­que trois semai­nes que je suis rentré de Simões Filho, après deux ans de mis­sion qui m’auront marqué pour tou­jours. Au tout début du mois d’octo­bre a com­mencé ma période dite de des­pe­dida, c’est-à-dire que pen­dant un mois, en plus de la vie de prière et de la vie com­mu­nau­taire, je visi­tais tous les amis aux­quels je sou­hai­tais dire au revoir, ou plutôt annon­cer que ma sortie était proche, et je les invi­tais à ma messe d’envoi en dis­tri­buant une petite invi­ta­tion impri­mée avec une photo.


Maria do Terço et Edouard le jour de son anniversaire

Je n’ai bien sûr pas pu faire une visite à tout le monde comme je l’aurais voulu, il aurait fallu plus de temps ou empié­ter sur la vie de prière. Mais j’ai pu au moins dis­tri­buer les peti­tes cartes pra­ti­que­ment à tous ceux que j’avais en tête, à l’occa­sion de ren­contres sim­ples et sou­vent au bon gré de l’Esprit Saint, au marché, dans la rue, ou encore à la messe. Certaines visi­tes ont été très tou­chan­tes, chez Don Ernesto, qui ces temps-ci n’a plus goût à la vie, lui de cou­tume si plein de foi et tou­jours plai­san­tin, chez Dona Nininha, la "sainte" de notre quar­tier : "N’oublie pas que tu es mon fils blanc, et que ta maman noire prie pour toi. Que Dieu vous bénisse, toi et ta famille" ; chez Joelson, qui n’est pas allé tra­vailler pour nous pré­pa­rer un déjeu­ner en l’hon­neur de ma des­pe­dida, avec toute sa famille, et sa mère, Dona Isoltina, dont je suis très proche ; chez Juciara, une vieille amie du Point-Cœur, qui a passé toute une jour­née à nous pré­pa­rer un dîner, et pour le bénir, a dit une prière si belle et si pro­fonde…

Tant de gestes d’amour, en un mois, j’avais pres­que honte et l’impres­sion de n’abso­lu­ment pas méri­ter tout cela. Je ne m’étais pas rendu compte que ma simple pré­sence, les sim­ples gestes d’entraide, les sim­ples dis­cus­sions ou les sim­ples sou­ri­res, plai­san­te­ries, poi­gnées de main, ou le simple fait de me rap­pe­ler un nom, des choses si sim­ples et insi­gni­fian­tes, pou­vaient signi­fier tant pour nos amis. J’avais perçu, certes, que les peti­tes choses sont par­fois les plus impor­tan­tes, mais je n’en avais pas mesuré l’ampleur. Dona Maria do Terço, avec qui j’ai une amitié tel­le­ment belle, tou­jours avec beau­coup d’humour, a pré­paré plus d’une dizaine de paquets pour ma mère, tout fait main, des tor­chons, des che­mins de table, un cha­peau, et j’en passe… Elle me dit : "Y’a rien pour toi. C’est tout pour ta mère. Toi, tu ne vaux rien, mais j’aime ta mère parce qu’elle t’a envoyé à moi". Dona Inès, le jour même de mon départ, a fait griller de la viande et acheté de la bière pour un der­nier apéro, et plus tard, elle a fait sem­blant de s’endor­mir pour ne pas me dire au revoir.

La messe d’envoi, le samedi soir, pré­cé­dant le jour de mon vol, m’a fran­che­ment remué. Certes, cer­tai­nes per­son­nes ne sont pas venues, mais tant d’autres que je n’atten­dais pas sont venues me témoi­gner leur amitié : j’en étais tout rouge, ému et pres­que hon­teux. La soirée qui s’en est suivie a été très belle aussi avec un petit apé­ri­tif au Point-Cœur. Après le départ des enfants, des plus anciens, ou des pères et mères de famille, j’ai eu la joie de pou­voir par­ta­ger un der­nier moment avec les plus jeunes, Laecio, mon ami de la CEASA, Emerson, Nininho, Junior, Laü, Gel, Ricardo, Jo, Daniela, et tant de noms que j’aime­rais vous citer… Mais la cerise sur le gâteau, c’est quand, après avoir fermé la porte, car il n’y avait plus que deux ou trois jeunes, on frappe à la porte. Je vais ouvrir, et à ma grande sur­prise je décou­vre Ronaldo, une des plus gran­des grâces de ma mis­sion, bien que men­ta­le­ment atteint et si absent, il s’est sou­venu de la date que j’avais donnée à sa mère, et il est venu, lui aussi, me dire au revoir. J’étais si ému qu’il me consi­dère comme un ami, si ému… Comme quand j’ai annoncé mon départ à sa mère, une femme si dure, j’ai été stu­pé­fait de la voir se mettre à pleu­rer. Et je me suis dit que Dieu agit vrai­ment en chacun, et qu’il peut ouvrir tous les cœurs.

Vous aimerez aussi
Conscience de la continuité
Repose en paix Blandine, auprès de Celui que tu priais chaque jour
Les vies d’Albert Camus
Sonka

1 Commentaire