Home > Politique > Hommage à Noëlla Rouget, témoin de pardon et d’espérance

Hommage à Noëlla Rouget, témoin de pardon et d’espérance

Genevoise d’adoption par son mariage, la Française Noëlla Rouget, résistante et déportée, est décédée dimanche 22 novembre dernier dans sa 101ème année. Elle avait reçu en février 2020 les insignes de Grand-Croix de l’Ordre national du mérite, une très haute distinction française. Elle a demandé de faire gracier son bourreau, responsable de la Gestapo qui a fait aussi torturer et exécuter son fiancé Adrien : « Il fallait se battre jusqu’au bout, mais une fois que la victoire est acquise, il faut savoir pardonner ». Elle nous livre son secret pour survivre aux atrocités vécues pendant ses deux années de déportation au camp de Ravensbrück, camp situé à 90 km au nord de Berlin : « La foi m’a aidée à tenir. Mais aussi la culture et en particulier la poésie. Dans les pires moments je me récitais du Bellay: heureux qui comme Ulysse, avec le retour au village. »

 

Cliquez sur la photo pour voir des extraits de l’interview réalisé par RTS avec Noëlla Rouget

 

Elle avait promis lors de son emprisonnement à ses compagnes de tout faire pour que ce qu’elles ont vécu ne tombent pas dans l’oubli et le déni. Elle s’est  également engagée pendant plus de 20 ans à témoigner sans se lasser de son histoire devant les écoliers ou les enfants du catéchisme. Pour elle, l’essentiel tient en trois mots :« Plus jamais cela ! »

 

Cliquez sur la photo du livre pour écouter le témoignage complet de la vie de Noëlla Rouget au camp.

(Source du témoignage : RTS, Hautes fréquences, 22/12/2013)

 

Vous aimerez aussi
Centenaire de la naissance de Jean-Paul II – Hommage de ses amis
Un slamer suisse rend hommage au personnel soignant
« Mamba out » ( II ) : être une personne meilleure
« Mamba Out » ( I ) : un génie du basket tire sa révérence