Home > Style de vie > Le dernier pêcheur du Rhin

Adrien Vonarb a toujours été un homme très passionné. Il commence à étudier l’accordéon tôt, vers l’âge de 6 ans. Et comme tout enfant vivant à la campagne, il aime aller à la pêche. En grandissant, ses deux passions ne le quittent plus, son rêve est d’en vivre.

Après avoir travaillé en usine comme technicien en chimie, puis en comptabilité, il lâche tout pour se consacrer entièrement à ces deux passions. Il commence par ouvrir une école de musique à mi-temps et en parallèle va souvent à Paris au ministère de l’agriculture pour faire reconnaître son métier de pêcheur sur le Rhin. Beaucoup pêchent par plaisir ou loisir, mais rares sont ceux qui vivent de la pêche en eau douce. Les lois ne sont pas bien définies et la tâche est longue et fastidieuse. Néanmoins, le voici aujourd’hui à l’aube de sa retraite de pêcheur, transmettant la nasse à son disciple auquel il a enseigné tout son savoir-faire. A lui maintenant d’en faire son bien. Les efforts en valent la chandelle.

Adrien s’est battu toute sa vie pour la protection de la faune et de la flore locales et la reconnaissance de son métier. Amoureux du Rhin, de son histoire et de sa beauté, il considère tout poisson sortant du fleuve comme noble et les propose en mets délicieux. Passionné par l’économie de la nature, son but est de vivre avec elle, d’accueillir ce qu’elle nous donne et de lui rendre le plus possible dans un respect total. Il peut maintenant se consacrer entièrement à son autre passion, la musique. A la plus grande joie de sa femme qui aime tant l’écouter…

Voici un très beau reportage du passage de flambeau ou plutôt devrait-on dire du passage de filets.

 

Vous aimerez aussi
En mémoire de Janis Joplin
La Grande Roumanie, une et indivisible
Recollect Beirut, le baume de la musique qui console
Hal Singer, singing that lives matter