Home > Sport > Le roi Messi

de Gérard Hoodt         30 mai 2011

A l'occasion de la victoire de Barcelone dans la ligue des Champions, le 28 mai dernier…

Rosario, province de Santa Fé, le 24 juin 1987: Il est né le nouveau Messi !  Lionel Andres Messi surnomé Léo, voit le jour dans une humble famille argentine. Gaucher jouant comme milieu offensif avec le numéro 10 au Barça, Léo est très certainement un des plus grands footballeurs de notre temps, qui nous fait dire que le football, comme tant d’autres sports, peut élever l’homme.

Joan Gamper Trophy

Lionel Messi of Barcelona in action during the Joan Gamper Trophy match between Barcelona
and Manchester City at the Camp Nou Stadium
on August 19, 2009 in Barcelona, Spain.
CC BY Tsutomu Takasu

Un parcours et un jeu époustouflant. Il n’a que cinq ans, et il domine déjà ses camarades âgés de douze ans dans le club de son quartier où sa grand-mère l’avait inscrit. A dix ans, c’est le drame, une maladie hormonale l’empêche de grandir normalement, il ne mesure que 1,11 m. Il lui faut un traitement médical très coûteux, et avec la crise qui traverse le pays, aucun club argentin ne veut s’engager. Jorge, son papa, fait confiance dans les capacités de son fils et part à l’aventure, s’envolant à Barcelone où il rencontre Carles Rexa, directeur sportif du club catalan. En juillet 2000, Léo est engagé au Barça et le 16 novembre 2003, il fait déjà sa première apparition dans l’équipe professionnelle. Ensuite, tout s’enchaîne  : saison 2004-2005, un but pour sept matchs ; 2005-2006, six buts pour dix-sept matchs ; 2006-2007, quatorze buts pour vingt-six matchs ; 2007-2008, dix buts pour vingt-huit matchs ; 2008-2009, vingt-trois buts pour trente-et-un matchs ; 2009-2010, trente-quatre buts pour trente-cinq matchs. Progression fulgurante, fruit de ses impressionnantes qualités techniques mais aussi humaines.

.
Lionel Messi 2010 – TOP 10 Buts by tooons1

Il dit souvent : « Si je joue bien, c’est un don de Dieu et il faut que je le mette au service de l’équipe ». Suivant son coach il a su entrer dans le style de jeu du Barça : offensif et collectif ; devant les buts, il ne cherche aucunement à briller seul, mais sait donner son ballon au dernier moment à Iniesta ou Xavi, ses deux coéquipiers. Son jeu résulte d’un réel travail d’obéissance aux circonstances du match, à l’entraîneur et aussi à toute l’équipe. Respectueux des décisions arbitrales, Messi n’a jamais eu aucun carton rouge. Au cours d’un entrainement le ballon lui a échappé après un tir fulgurant et a percuté la tête d’un supporter, il est allé s’excuser auprès de la personne et lui a offert son maillot pour se faire pardonner. Peu de grands joueurs démontrent autant de simplicité et d’humilité, oui, vraiment Messi est un véritable artiste du ballon rond !

Vous aimerez aussi
« J’aime trop mon pays, j’aime trop ce maillot » – Le retour gagnant de Messi
La longue lettre de Sissoko aux Français après l’Euro 2016
Euro 2016 : un but qui nous dépasse !
En finir avec le « bashing » des dirigeants

2 Commentaires

  1. Girard Pascal

    J’ai presque un remord à laisser un commentaire, je trouvais le « pas de commentaires » significatif de Messi qui me laisse sans voix.

  2. Arnaud Guillaume

     
    Après un suberpe but de Messi en Ligue des Champions cette année un commentateur anglais disait:  "mais que ferait le Barça sans Messi?" pour aussitôt rééquilibrer son affirmation: "mais aussi, que ferait Messi sans le Barça?". Juste remarque.   
    De fait, si Messi fait énormément pour le club de Barcelone (cette saison presque un but par match) c'est bien cette équipe qui permet à ce prodige de développer tout son talent. La différence saute au yeux lorsque Messi joue en sélection nationale argentine. Lors de la dernière coupe du monde il n'a pas marqué un seul but et, même s'il s'est beacoup donné,  sa prestation n'a pas été à la hauteur des espérances.
    Messi est donc Messi car il a une extraordinaire épuipe derrière lui. Dans les vidéos de ses grands buts il est intéressant de voir qui lui fait la passe décisive.  Très souvent il y a un Xavi, un Iniesta (deux joueurs nommés avec lui pour le Ballon d'Or cette année). Entre eux il y a une intelligence du jeu phénoménale. Le plus souvent Xavi n'a pas encore fait sa passe que Messi a commencé à courrir du bon côté pour se démarquer. 
    Il faut aussi noter une grande qualité de cette équipe: sa modestie.  Ses joueurs se félicitent tous systématiquement après un but et très rarement cherchent à tirer la couverture à eux. Léo Messi désigne du doigt presque à chaque fois le joueur qui lui a permit de marquer, comme pour dire "bravo c'est grâce à toi". On est loin des buteurs qui veulent à tous prix courrir le maximum de terrain sous les vivats et font signe à leur coépuipier de s'écarter. 
    Messi, s'il sait à merveille déstabiliser une défense (en ce sens pour moi c'est le meilleur à l'heure actuelle), sait aussi très bien faire une passe décisive et laisser le but à un coépuipier mieux placé que lui. Pour le moment c'est toujours un joueur humble qui se sait au service de l'épuipe. Et qui a derrière lui une épuipe qui fait tout tout pour que son talent prenne le dessus. Bref: il est beau de voir que même le football respecte bien ce petit principe que "nul ne génère s'il n'est généré". Nul ne peut être grand tout seul et c'est bien là que réside toute la force de l'équipe que Pepe Guardiola a su monter. On espère pour de nombreuses autres saisons.