Home > Fioretti > Qu’est-ce qui se dit et que je n’entends pas ? Qu’est-ce qui se montre et que je ne vois pas ? »

Qu’est-ce qui se dit et que je n’entends pas ? Qu’est-ce qui se montre et que je ne vois pas ? »

de Laure van Zuylen        29 octobre 2011

Lviv (Ukraine), octobre 2011.

Nos amis sont si différentes les uns des autres ! Chaque entrevue est unique et bien particulière. Je pense à Pani (Madame en ukrainien) Maria, une amie du home, qui ne peut plus marcher et qui se déplace sur une sorte de tout petit « fauteuil » roulant. Quel tempérament elle a ! Elle parle d'une voix décidée, d'un regard ferme et avec une assurance certaine. Et en même temps, elle a quelque chose de très doux. Se dégage d'elle une sorte de bienveillance.

Lors d'une de nos visites, je lui ai parlé du fameux chocolat belge, lui disant que je lui en rapporterai la prochaine fois. Chose dite, chose faite ! Le dimanche suivant, nous nous sommes retrouvées, avec mes compagnes, dans sa chambre à déguster la fierté belge. Et là, Pani Maria a sorti de sous son lit une casserole. Dedans, un plat fait à base de pommes de terre. – « Davaï, ïcté !» (en avant, mangez !). Tout ceci accompagné de raisins noirs. Voici que ce que j'ai apporté, lui a donné l'envie de partager sa cuisine, de prendre le temps de mieux se connaître. Nous sommes là et nous parlons de ce qu'elle aime, du temps qu'il fait dehors, des dernières nouvelles. C'est donné, c'est simple. Et je dirai même que je trouve ça passionnant. Si l'on regarde le contenu du discours, cela peut paraître très banal, voir ennuyeux (recettes de cuisine, météo,…) mais si l'on y ajoute les regards, les gestes, l'alchimie qui se fait entre les rires et les caresses dans le dos pour se dire au revoir, tout est différent ! Le contenu du discours devient une porte qui ouvre sur d'autres horizons, il devient un instrument et plus une seule fin, il devient instrument et se met au service d'êtres 'se relationnant entre eux '.
 

Je comprends ici que je suis invitée à polir mon regard. Celui que je pose sur les personnes que je rencontre ou face à une œuvre d'artiste. Je me surprends à ne plus penser en ces termes « est-ce que j'aime ou je n'aime pas ? » Cette question, je me la pose après m'être demandé « qu'est-ce que l'autre veut exprimer ? Qu'est-ce que je vois ? Qu'est-ce que je sens face à l'autre (ou à son œuvre) ? Qu'est-ce qui se dit et que je n'entends pas ? Qu'est-ce qui se montre et que je ne vois pas ? ».

Vous aimerez aussi
Au coeur des inondations au Pérou
Pèlerinage à Rome des personnes de la rue : témoignage
Instrument de la Miséricorde de Dieu
Brésil : une église du XVIIIème siècle restaurée par les villageois