Home > Musique, Danse > La fondation Yehudi Menuhin ou l’art au service de la compassion

La fondation Yehudi Menuhin ou l’art au service de la compassion

Rencontre avec la harpiste Lucie Delhaye.

Live Music Now est une fondation créée en 1977 par le violoniste Yehudi Menuhin. Pendant la seconde guerre mondiale, il a beaucoup joué dans un contexte où prédominaient des situations de grande souffrance. Il s'est ainsi rendu compte que la musique pouvait être une vraie thérapie. Il a donc décidé de recruter des jeunes musiciens de haut niveau. Ces derniers peuvent enrichir leur carrière, tout en proposant des concerts de qualité à des personnes qui n'ont pas accès à la musique classique. Rencontre avec Lucie Delhaye, harpiste installée à Berlin depuis deux ans. Avec Bernadett Kis, altiste, elles ont monté un duo et sont membres de Live Music Now Berlin.

 


© Bernadett Kis et Lucie Delhaye

Pourquoi t’es-tu engagée dans Live Music Now ?

Ce sont souvent les personnes en prison, dans les hôpitaux ou les maisons de retraite qui ont, en réalité, le plus besoin d’écouter de la musique classique, un besoin bien réel et concret. Des personnes malheureuses ou qui souffrent sont soulagées par la musique. Se crée aussi un vrai échange entre nous, musiciens, et le public car nous parlons beaucoup pendant ces concerts : nous nous présentons, expliquons notre instrument. Il faut nous adapter au type de public, selon que nous nous trouvons face à des enfants ou des personnes âgées, nous ne nous exprimons pas de la même façon. Mais le but est vraiment la rencontre.

 

Pourrais-tu justement nous raconter l’une ou l’autre rencontre qui t’a particulièrement marqué ?

Notre premier concert était dans un hospice, un lieu où les personnes arrivent vraiment dans leurs dernières semaines avant de mourir. Nous avons joué un peu de jazz à la fin du concert, et un vieux monsieur assez handicapé nous a surpris car il s’est mis à bouger en entendant « Summertime ». Nous nous étions posé la question de jouer ce morceau car c’était quelque chose de nouveau, mais nous avions très envie de le faire. Je n’aurais probablement pas osé le faire dans un bar de jazz, mais là ce n’avait pas d’importance, c’était simple et joyeux.
Nous sommes aussi allés jouer dans un centre de pédopsychiatrie, et ce fut vraiment une belle rencontre. Le premier concert fut pour des enfants de deux à six ans, des tout-petits qui étaient dépressifs. Nous avons été choquées au début de voir de si jeunes enfants qui n’ont plus envie de vivre. Il doit vraiment leur manquer l’amour parce que je ne vois pas trop ce dont tu as besoin d’autre à quatre ans. Et puis on a joué. Au début, ils n’étaient pas très sages, mais petit à petit ils se sont calmés. Et ils réagissaient à chaque fois qu’on leur parlait. A un moment on leur a dit qu’on allait jouer une berceuse, alors ils se sont tous allongés sur leurs matelas. Un peu après nous avons joué un morceau assez gai et un enfant s’est levé très enthousiaste à la fin en disant : « Ah ! C’était joli ! »
Chez les personnes âgées, c’est plus difficile à voir, mais avec les enfants, on a vu tout de suite que la musique touche leur cœur. Et cela nous a aussi comblées en tant qu’artistes.

 

Comment ce genre de concerts influence votre musique ?

La grande difficulté d’un musicien classique, comme il rabâche beaucoup à la maison, c’est d’arriver à être un artiste à chaque fois qu’il entre sur scène, de revivre à chaque fois le morceau comme s’il le jouait pour la première fois. Avec tous ces enfants, comme c’est vraiment la première fois, cela nous redonne de la fraîcheur. Ces concerts nous permettent de nous détacher du stress de la technique pour vivre intensément le moment présent.

 

Prochain concert :

Jeudi 8 Mars 2012 à 17h

Kliniken im Theodor-Wenzel-Werk
Waldhausklinik
Potsdamer Chaussee 69, 14129 Berlin

 

Pour plus d’informations sur la Fondation Live Music Now, visitez leur site :

En anglais : www.livemusicnow.org.uk

En allemand : www.livemusicnow.de

Vous aimerez aussi
Une découverte exceptionnelle pour les 100 ans de la naissance de Yehudi Menuhin
La folle journée de Nantes : « passions de l’âme et du cœur »
Argerich et Barenboïm à Buenos Aires : l’évènement musical de l’année !
La musique, partenaire idéal de l’idée de l’Europe unie