Home > Economie > Un métier nouveau : le coaching

Diane Mautin, française expatriée avec sa famille à São Paulo (capitale économique du Brésil) a monté son propre cabinet de coaching. Elle a accepté de répondre à nos questions sur cette profession en plein essor.

Qu'est ce que le coaching ?
L’executive coaching vise à accompagner des personnes, pour les aider à optimiser leur potentiel, améliorer leurs performances et atteindre leurs objectifs. Ces objectifs peuvent être liés à des problématiques précises (ex. : leadership, management, gestion du temps, relationnel, communication, solitude du dirigeant, interculturel, politique interne etc) ou viser un développement professionnel global.
Le coaching demande une participation active et engagée du client : avec le soutien du coach, c’est à lui de trouver les réponses et de créer son propre chemin, en contournant ou surpassant les éventuels obstacles. Pour l’aider, le coach propose une écoute bienveillante et un questionnement en profondeur.
Le coaching est généralement un accélérateur de décisions.
 

Comment s'est-il développé dans le monde ?
Le coaching existe en fait depuis bien longtemps. Si l'on pense à la maïeutique préconisée par Socrate, qui consistait à faire accoucher de sa propre vérité, ce n’est pas si différent. Disons que c’est une sorte d’adaptation aux temps modernes !  
Le coaching tel qu’il est pratiqué aujourd’hui est né aux Etats-Unis dans les années 50, puis s’est répandu à travers le monde.
 

Pourquoi de plus en plus de personnes ont besoin de coach aujourd'hui ?
Sans doute parce que, dépassées par les événements, manquant de repères, en quête de perfectionnement, ou plus simplement devant avancer vite dans un monde qui court, le coach leur offre un temps dédié et un moment unique pour faire le point, prendre du recul, se poser les bonnes questions et trouver les réponses appropriées pour repartir de plus belle.
 

Lorsqu'une personne sonne à votre porte pour demander d'être son coach comment cela se passe t-il ?
Je commence par vérifier qu’il sait ce qu’est et ce que n’est pas un processus de coaching, et je rappelle les principes éthiques essentiels (notamment la confidentialité).
Puis, nous voyons ensemble (et le cas échéant avec son Manager et/ou les Ressources Humaines de l’entreprise) quels sont les objectifs principaux : quelle est la situation aujourd’hui et quelle est la situation souhaitée.
Au cours des séances, nous gardons ces objectifs comme fil rouge, ce qui n’empêche pas des cheminements parallèles, et réfléchissons sur les obstacles, les options, les ressources, les avancées, les plans d’action afin d’atteindre progressivement ces objectifs.
 

Quelles joies et quelles difficultés sont le lot d'un tel travail ?
Ce travail me procure une joie sincère parce que je vois les résultats de mon travail, que je perçois les progrès et avancées de mes clients. Ma meilleure récompense est le remerciement authentique du client et/ou de ses équipes.
En termes de difficultés, il faut veiller à faire preuve d’empathie tout en gardant la distance nécessaire face aux problématiques du client. Il est aussi important de rappeler au client que je ne suis pas là pour donner des conseils comme il a tendance à le demander naturellement mais pour l’aider à trouver par lui-même la voie de son succès.
 

Qu'est ce qu'un tel métier apprend sur la nature humaine ?
Ce métier me montre que la personne humaine est pleine de ressources, parfois inconscientes, et que la bonne volonté d’une personne associée à sa motivation sincère apporte les meilleurs résultats.
 

N'est-il pas difficile parfois de bien faire la séparation entre vie privée et vie professionnelle lorsque des personnes demandent une aide ?
En fait, même si l’executive coaching vise à améliorer des points professionnels, il est difficile de faire l’impasse sur des aspects plus personnels : le coaching considère la personne dans sa globalité. C’est pourquoi, une fois la relation de confiance établie, le client me fait naturellement entrer dans sa sphère personnelle, pour que l’on appréhende ensemble la totalité de son environnement.
Si le client a des ‘problèmes’ d’ordre personnel sérieux, le coach doit l’orienter vers un thérapeute.
 

Quelles conclusions tirer de votre expérience de coaching sur le monde du travail actuel ?  
De mon humble expérience de coaching, je dirais que le monde du travail actuel est exigeant, difficile, fatigant, mais épanouissant voire passionnant à condition que l’on sache le gérer.
Le gérer veut dire se connaître et connaître ses valeurs et ses limites, savoir prendre du recul, et accepter les défis et difficultés tout en reconnaissant et célébrant les succès.

 

Vous aimerez aussi
Sept clés pour comprendre le cinéma des frères Dardenne
Music is…God!
Projet de loi pour valoriser le travail au foyer en Suisse
Le repos dominical : un hommage à l’humanité ?