Home > Eglise > L’appel du Pape au Moyen-Orient

La visite du Saint Père qui vient de se dérouler au Liban – du 14 au 16 septembre – a été d'une exceptionnelle richesse par les divers échanges qu'elle a suscitée. La présentation et la remise officielle de l'exhortation apostolique post-synodale « Ecclesia in Medio Oriente », fut l'événement central de cette visite. De ce document extrêmement complet sur la situation et les défis de la vie dans cette région du monde, voici trois des nombreux points qui pourraient être relevés.

 

Parmi les aspects qui caractérisent la vie dans cette région du monde, le Saint Père aborde celui de la communion entre les nombreuses églises, que ce soit au Liban ou dans tout le Moyen-Orient. Tout en soulignant l'importance des efforts humains de rapprochement, de la recherche théologique, des engagements communs pour plus de justice et pour la défense des valeurs morales en société, Benoît XVI rappelle aussi la grandeur et l'exigence de ce chemin vers l'unité : « La foi est le centre et le fruit du véritable œcuménisme. C'est elle qu'il faut commencer par approfondir. L'unité surgit de la prière persévérante et de la conversion qui fait vivre chacun selon la vérité dans la charité (cf. Ep 4, 15-16). Le concile Vatican II a encouragé cet œcuménisme spirituel qui est l'âme du véritable œcuménisme. La situation au Moyen-Orient est elle-même un appel pressant à la sainteté de vie. »

En ce qui concerne la question délicate et à la fois cruciale du dialogue inter-religieux, le Saint Père ne nie aucune des difficultés historiques et actuelles dans les relations entre les juifs, les chrétiens et les musulmans. Pour Benoît XVI, la liberté et le droit à la religion sont une conséquence essentielle de la dignité de la personne humaine. Dénonçant les injustices et les instrumentalisations de la religion pour asseoir un quelconque pouvoir, Benoît XVI ose lancer cet appel à tous  : « Le monde entier fixe son attention sur le Moyen-Orient qui cherche sa voie. Puisse cette Région montrer que le vivre ensemble n’est pas une utopie et que la méfiance et le préjudice ne sont pas une fatalité. Les religions peuvent se mettre ensemble au service du bien commun et contribuer à l’épanouissement de chaque personne et à la construction de la société. Les chrétiens moyen-orientaux vivent depuis des siècles le dialogue islamo-chrétien. Pour eux, il s’agit du dialogue de et dans la vie quotidienne. Ils en connaissent les richesses et les limites. Ils vivent aussi le dialogue judéo-chrétien plus récent. Depuis longtemps existe également un dialogue bilatéral ou trilatéral d’intellectuels ou de théologiens juifs, chrétiens et musulmans. C’est là un laboratoire de rencontres et de recherches diverses qu’il faut promouvoir. »

En raison des nombreuses pressions qu'ils subissent dans leurs pays, beaucoup de chrétiens choisissent la solution de l'émigration. Le Pape invite à réfléchir sur les conséquences de ce phénomène pour la vocation de chaque personne concernée, des familles mais aussi de toute la région : « Ce choix est déchirant. Il affecte gravement les individus, les familles et les Eglises. Il ampute les nations et contribue à l'appauvrissement humain culturel et religieux moyen-oriental. Un Moyen-Orient sans ou avec peu de chrétiens n'est plus le Moyen-Orient, car les chrétiens participent avec les autres croyants à l’identité si particulière de la région. Les uns sont responsables des autres devant Dieu. Il importe donc que les dirigeants politiques et les responsables religieux comprennent cette réalité et évitent une politique ou une stratégie communautariste qui tendrait vers un Moyen-Orient monochrome qui ne reflétera en rien sa riche réalité humaine et historique. »

Puissent les paroles et la présence de Benoît XVI, en cette visite historique au Moyen-Orient, ouvrir un nouveau chemin d'espérance, de foi et de charité dans le cœur de beaucoup.

 

 

Vous aimerez aussi
Les fondements de l’occident chez Soljenitsyne et Benoît XVI
Noël au Liban : une chorale musulmane chante la naissance du Christ
La foi de Benoit XVI, témoignage de Peter Seewald
Abbas Ibrahim : « La patrie n’est pas un hôtel. C’est une identité et une appartenance. »

2 Commentaires

  1. Pia Chedid

    Un autre lien intéressant : http://www.youtube.com/watch?v=u_VuSOYlSko
     
    Il est beau de souligner également la présence de jeunes syriens ainsi que de jeunes musulmans auxquels le pape adresse un message tout particulier: “Il faut que l’ensemble du Moyen-Orient, en vous regardant, comprenne que les musulmans et les chrétiens, l’Islam et la Chrétienté, peuvent vivre ensemble sans haine et dans le respect des croyances de chacun pour bâtir ensemble une societé libre et humaine”. Le Liban reste pour le Moyen-Orient et pour le monde un exemple d’unité et de paix islamo-chrétienne. Le 25 mars, jour de la Fête de l’Annonciation, a ainsi été décreté “Fête Nationale islamo-chrétienne” depuis 2007. Réunis chaque année autour de la Vierge Marie qui occupe une place de choix dans l’Islam, un millier de chrétiens et de musulmans se retrouvent à cette occasion pour un moment de partage et de prière.