Home > Eglise > Le dialogue ou les caricatures ?

De Denis Tosser.

Un mauvais film raillant l’Islam d’un côté du monde, quelques caricatures de son prophète à l’autre bout, Internet en favorisant la diffusion à portée de clic, et le monde s’est une nouvelle fois enflammé.


© http://www.facebook.com/Benedetto16

Une fois de plus, une fois de trop. Un peu partout, partout un peu. Parfois de manière atroce. Que de violences !… Les uns réclament le respect, les autres le droit à la liberté, ou encore celui de dénoncer, de s’exprimer, de condamner… Et sur le web ou dans la presse, une foule de commentateurs improvisés emboite le pas pour pointer toutes les bonnes raisons de s’indigner, de manifester, de porter plainte, de se venger ou de faire justice, et d’avoir bien raison de penser que l’autre a vraiment tort.

Pourrait-on imaginer une autre façon de vivre les uns avec les autres ? Peut-on penser que le Créateur, lui qui connaît le cœur de l’Homme et le conduit, nous indique un chemin sûr, fécond, plus constructif, plus apaisant, plus éternel, plus… humain ?! En effet, l’attitude du Christ au milieu du monde – déjà marqué par des conflits entre des personnes – est un modèle parfait à contempler et à imiter : il s’agit de cette attitude profonde du cœur qui regarde l’autre pour lui-même, pour ce qu’il est, pour qui il est, comme il est. Il ne s’agit pas de tout accepter, encore moins de tout encenser. Il s’agit d’aimer, d’accueillir, et d’inviter à avancer, comme il ne cesse de le faire dans ses nombreuses rencontres. Pour cela, Jésus n’hésite pas à « juger » l’autre, non pas au sens où il le condamnerait, mais en lui offrant la lumière et la vérité, dénonçant le péché et les sources du mal, et invitant à avancer dans la confiance et la liberté. Mais toujours en « accueillant », en regardant, par amour, et avec amour. « Accueillir » et « juger », tels sont les deux poumons d’une authentique attitude d’amour et de compassion par laquelle le Seigneur lui-même fait grandir l’un et enrichit l’autre.

Par grâce, c’est l’attitude que l’Esprit Saint ne cesse d’inspirer à son fidèle serviteur le pape Benoit XVI. Elle s’est notamment manifestée lors de sa dernière visite au Liban, discrète mais remarquée. Le Saint-Père y a vécu une expérience importante de fraternité et un signe de paix prophétique, qui a fait moins de bruit que les conflits, mais plus de fruits ! Dès son retour à Rome, le pape a confié que « les musulmans l’ont accueilli avec beaucoup de respect et une considération sincère, et que leur présence constante et leur participation lui ont permis de lancer un message de dialogue et de collaboration entre le christianisme et l’islam : le moment est venu de donner ensemble un témoignage sincère et décisif contre les divisions, la violence et la guerre ». Dans la situation difficile de cette région marquée par des drames et des souffrances terribles, il a souligné que « les catholiques, les représentants des autres Eglises et ceux des diverses communautés musulmanes ont vécu avec enthousiasme et dans une atmosphère détendue et constructive une expérience importante de respect mutuel, de compréhension et de fraternité, qui constitue un signe d’espérance fort pour toute l’humanité ».

A travers le ministère de communion du pape et de l’Eglise tout entière, le Seigneur illustre pour nous, en actes, ce qu’il en est du chemin de paix et de compassion que Jésus ne cesse de nous dévoiler : celui qui veut servir la paix, et en vivre, doit cultiver l’attitude simple de l’accueil de l’autre, l’humilité nécessaire à l’ouverture à l’autre en vérité. Et il n’est nul besoin d’être pape pour cela : c’est au contraire le chemin de chacun, une attitude offerte à tous, exigeante mais féconde, à vivre à tout instant, dans toute rencontre.

Cette attitude d’accueil et de jugement selon le cœur du Père, incarnant son Amour et sa Vérité, est bien l’expression de la compassion du Christ pour tous ses frères et sœurs, les hommes. Et elle est le seul chemin qui conduit à la paix promise par le Père.
 


© http://www.facebook.com/Benedetto16

Vous aimerez aussi
La compassion à la lumière de l’art
Les fondements de l’occident chez Soljenitsyne et Benoît XVI
Noël au Liban : une chorale musulmane chante la naissance du Christ
La foi de Benoit XVI, témoignage de Peter Seewald