Home > Musique, Danse > Dogorians : « En sortant de ce spectacle, je me sens lavé, purifié »

Dogorians : « En sortant de ce spectacle, je me sens lavé, purifié »

de Raphaël Gaudriot   11 mai 2013
Temps de lecture 4 mn

Etienne Perruchon, compositeur français qui collabore entre autres avec le réalisateur Patrice Leconte, est bien connu de Points-Cœur car il est venu plusieurs fois partager sa passion "Dogora", son œuvre bouleversante, "mise en film" par ce réalisateur. Ce 10 mai commence à Paris un spectacle extraordinaire, "Dogorians". C'est un voyage chez un peuple imaginaire chantant une langue mystérieuse et merveilleuse.

Sur scène, une troupe de dix-sept chanteurs, douze enfants et cinq instrumentistes. On y retrouve les thèmes majeurs extraits de Dogora, Tchikidan et Skaanza, les trois œuvres dogoriennes chantées par plus de vingt mille choristes depuis 2007. Il s'agit de l'origine de ces œuvres, le pourquoi de cette création hors norme, universelle, une plongée dans la source. Etienne y a mis toute son énergie, son amour et… ses finances pour accoucher de ce nouveau-né qui est une synthèse de ce qu'il a de plus cher au niveau musical. "Je sais pourquoi je suis venu au monde : pour faire connaître Dogora". Du succès de ces représentations dépendra la suite de l'aventure…  Venez et voyez, cela vaut vraiment le détour !  Un moyen concret pour contribuer à répandre une culture de compassion.

Tous les soirs sauf le lundi au Théâtre du Soleil à la Cartoucherie jusqu'au 30 mai 2013

Etienne, qu'est-ce que "Dogorians" ?
C'est l'expression artistique d'un monde généreux, le monde tel qu'il est au fond. Car les gens sont dignes, affables, pétris d'humanité. C'est le monde tel qu'il est appelé à être. Dans ce spectacle, nous ne sommes pas dans une symbolique, ce n'est pas désincarné. Il représente des êtres de chair et de cœur qui s'expriment. Sinon, ce serait un objet virtuel.
La force de Dogora et du dogorien vient du fait que chacun y raconte sa propre histoire, sa propre narration ou tout simplement ses propres sentiments.

Qu'attendez-vous de ce spectacle ?
Mon désir est que tous les gens qui sortent de ce spectacle sentent l'envie d'être vraiment eux-mêmes, qu'ils vivent à la hauteur de leur dignité. Après la générale, une personne est sortie bouleversée, en larmes d'émotion : "En sortant de là, je me sens lavée, purifiée", m'a-t-elle confié.

Lors de la répétition de "Dogora", dans un collège, un jeune garçon (plusieurs fois redoublant) me prend à part à la sortie de la classe et me lance : "Moi j’écoute Dogora tous les jours, c’est ce qui me fait tenir" et s’en va. J’apprends ensuite que ce garçon est fréquemment mis à la porte de chez lui, qu’il est très souvent livré à lui-même et cumule les tentatives d’atteinte à ses jours. Rien que pour lui, cela valait la peine de monter ce projet.

Quel est votre rapport avec cette œuvre, avec la musique ?
J’étais dépassé par l’œuvre. Pour la première fois, j’avais l’impression que cela ne venait pas de moi, et pourtant… J’étais effondré et accablé par cette charge émotionnelle. Cette vie est sublime. Je vis chaque nouveau matin comme une grâce. Pourquoi est-ce que je peux, moi, inventer cette musique ? Jamais je n’aurai la réponse. Et je ne veux pas la connaître car j’ai le sentiment que ce serait la fin.

Quels sont vos liens avec Points-Cœur ?
Tout ce que vous vivez avec vos amis, la conscience de leur dignité quelles que soient les circonstances, et la façon dont vous leur révélez par l'amitié, tout cela est dans Dogorians ! Le partage est essentiel pour vous, comme pour moi dans ce spectacle : je fais aussi chanter, participer les spectateurs. Avec Patrice Leconte, lorsque nous nous parlons au téléphone, nous parlons souvent de Points-Cœur.

Nous avons aussi en commun la simplicité. La vie au début tu la cherches, tu trouves ce que tu veux dire, tu acquiers une vraie technique et le danger c'est d'avoir une super technique et plus la vie. La maladie du siècle c'est la virtuosité. Trop de complication tue souvent l'expression.

 

Au Théâtre du Soleil à la Cartoucherie du 10 au 30 mai 2013 à 20h. Tous les jours sauf le lundi. Le dimanche à 16h. Réservation au 01 43 74 24 08

Quelques liens

http://www.dogora.com/Dogorians/Accueil.html
http://www.dogora.com/Dogorians/Medias.html

Dogora à Vaison-la-Romaine

 

Répétition de Dogorians

 

Extrait du film Dogora

 

Soutrinka (Dogora)

 

A regarder et écouter également : Shtakie (Dogora) : http://www.youtube.com/watch?v=wn_7fKCmd50

Vous aimerez aussi
La folle journée de Nantes : « passions de l’âme et du cœur »
O Captain, my Captain
Un photographe à l’école de Morandi
Argerich et Barenboïm à Buenos Aires : l’évènement musical de l’année !

2 Commentaires