Home > Musique, Danse > Chant grégorien : Séquence de la messe de Pentecôte

Chant grégorien : Séquence de la messe de Pentecôte

de Damien Poisblaud   20 mai 2013
Vidéo

Viens, Esprit-Saint, remplis les cœurs de tes fidèles : et allume en eux le feu de ton amour.

 

Alleluia, alleluia,Veni Sancte Spiritus, reple tuorum corda fidelium: et tui amoris ingnem accende

Veni, Sancte Spiritus,
et emitte caelitus
lucis tuae radium.

Veni, pater pauperum,
veni, dator munerum
veni, lumen cordium.

Consolator optime,
dulcis hospes animae,
dulce refrigerium.

In labore requies,
in aestu temperies
in fletu solatium.

O lux beatissima,
reple cordis intima
tuorum fidelium.

Sine tuo numine,
nihil est in homine,
nihil est innoxium.

Lava quod est sordidum,
riga quod est aridum,
sana quod est saucium.

Flecte quod est rigidum,
fove quod est frigidum,
rege quod est devium.

Da tuis fidelibus,
in te confidentibus,
sacrum septenarium.

Da virtutis meritum,
da salutis exitum,
da perenne gaudium,

Amen. Alleluia.

Viens, Esprit Saint,
Et du haut des cieux envoie

Un rayon de ta lumière.

Viens, père des pauvres,
Viens, faiseur de dons,
Viens, lumière des cœurs.

Consolateur souverain,
Doux hôte de l'âme,

Doux rafraîchissement.

Dans le labeur, repos,
Dans la chaleur, accalmie

Dans les larmes, consolation.

O lumière bienheureuse,
Remplis l'intime des cœurs

De tes fidèles.

Sans ton divin secours
Rien ne subsiste en l'homme

Qui ne soit mauvais.

Lave ce qui est sale,
Arrose ce qui est aride,

Guéris ce qui est malade.

Rend souple ce qui est rigide,
Réchauffe ce qui est froid,

Redresse ce qui est tors.

Donne à tes fidèles
Qui ont confiance en toi

les sept dons sacrés.

Donne l'ardente vertu,
Donne l'accès au salut,

Donne la joie éternelle.

Amen. Alleluia.

 

Vous veniez puiser dans cet Alleluia comme à une source de joie toute spirituelle. Vous pensiez y trouver la marque de l'Esprit au travers de mélodies aériennes et lumineuses. Mais, ô surprise ! Le ton des alleluia est grave, l'allure lente, presque pesante. Oui, tout cela est si lent, si grave qu'on se demande bien quel esprit a pu inspirer de telles mélodies en ce jour. Cet alleluia, on le chantait autrefois à genoux. On implorait, on suppliait l'Esprit de Dieu de venir allumer en nous le feu de son amour. Telles des flammes, les notes s'élevaient alors en volutes insistantes, presque incantatoires, dans l'attente de les voir se transformer en langues de feu. Et puis, on se levait pour entonner le chant du poème. La mélodie, du mode de Ré, exhalait alors une fraîcheur toute printanière, déployait ses nouvelles frondaisons chargées de promesses, teintait de son vert tendre chacun des mots. Comme si le chant nous emmenait sous les arbres pour nous apprendre à prier l'Esprit-Saint. Si au Thoronet la pierre est rose, la prière y est verte, de cette couleur que le mode de Ré sait si bien peindre en l'âme. La prière au Saint-Esprit y trouve un écho infiniment touchant.

Vous aimerez aussi
Chant grégorien : Factus est Dominus
« Cette musique était en réalité infiniment joyeuse, jubilatoire même ! »
« Les grands Offertoires II », le nouveau disque de Damien Poisblaud fera date
Le Trisagion du cœur

1 Commentaire