Home > Fioretti > Des artistes ukrainiens à la découverte de Naples

Des artistes ukrainiens à la découverte de Naples

d'Aude Guillet   6 juin 2013
Temps de lecture 3 mn

Fin mai un petit groupe d’une dizaine d’artistes ukrainiens est venu vivre à Naples, accueilli par le point-cœur d’Afragola un temps de vacances théologiques. Il y a un mot qui semble résumer ce temps vécu : miracle. Miracle comme quelque chose d'inattendu qui surgit à chaque instant et qui est offert à nos yeux et à nos cœurs.


© Points-Cœur

Miracle de l'amitié : d'abord au sein de notre petit groupe : imaginez des personnes qui se connaissaient à peine venant de Kiev et de Lviv, toutes avec des personnalités pleines, passionnées, appartenant à des églises orthodoxes différentes qui se déchirent en temps normal. Ce temps pleinement gratuit a permis de vivre, de contempler et de prier ensemble, d'admirer aussi le travail artistique de chacun.

Deux soirées de présentation des œuvres iconographiques d'Ivanka Dymyd et de Natalia Satsik, des céramiques d'Ania Lesyk, des photos de Kiev d’Irina Sigov ainsi que les chants de Natalia Polovinka ont permis de dévoiler les secrets de l’âme ukrainienne. La visite des ateliers de père Paul Crochat (sculptures) et de Massimo d’Orta (peinture) a poursuivi ce chemin d’émerveillement d’entrer dans l’œuvre d’un autre…

Compassion pour l’intelligence et l’âme également avec les enseignements de père Guillaume Trillard sur l’Art et le Sacerdoce : un regard posé sur la mission de l'art et la responsabilité des artistes. 

Il y aurait aussi tant à dévoiler de la joie de nos amis pendant les visites aux amis du quartier d’Afragola (où se trouve le Point-Cœur). Cette circulation de l’amitié entre des personnes et des peuples différents était bien émouvante : la cantatrice ukrainienne se penchant sur Pascalina, la napolitaine atteinte d’un cancer ; Hugues le volontaire français conduisant l’iconographe et la céramiste ukrainiennes auprès des plus souffrants au point qu’Ivanka le nommât «  jeune apôtre de la compassion » !

La possibilité de se rejoindre très profondément au-delà des barrières culturelles ou linguistiques était bien réelle parce que le désir d’apporter la compassion et l’espérance par leur vie et leur art est identique.

Miracle de la beauté : la ville de Naples parle tant du mystère de la personne humaine ! En fait, c'est une ville si humaine dans ses contrastes qui frappent littéralement à chaque coin de rue : lumières et ténèbres, grandeur et déchéance. C'est une ville qui tombe et se relève à chaque instant comme notre propre cœur… Et cette vie des napolitains qui est là si généreuse, si intense, pleine d'autodérision et d'humour se mêlant à l'histoire avec un génie qui lui est vraiment propre.

Il y a aussi cette folle beauté pour les yeux des paysages de la côte Amalfitaine et de l’île de Procida : des coins de paradis qui ont été une vraie consolation pour nous, venant des plaines enneigées et glacées de l’Ukraine !

Enfin il y a eu cette expérience de beauté dans l'union de ces 2 mondes celui de l'Orient et de l'Occident. C'était unique d'entendre le chant liturgique de Nathalia Polovinka monter devant les fresques de l'église St André à Almafi (et ce murmure de prière devant les reliques), au beau milieu du forum de Pompéi ou devant les tableaux – puits de lumière –  de Massimo d’Orta. Celui-ci nous a confié que le chant lui avait permis de mieux comprendre et recevoir sa peinture : car la voix et la peinture se rejoignent totalement : une trace de blanc sur un fond noir, une perle d'espérance dans la nuit. Dans ces instants, nous avions le goût des noces du monde où tout est un…

Chacun a été  bouleversé par ce temps de vacances « en Dieu » qui nous a fait vivre tellement de l'intérieur la beauté de toutes choses, le secret des cœurs, la vision de l'invisible !

« Le père Cottolengo disait à ses élèves qu'ils devaient être ivres de l'amour de Dieu et nous sommes ici ivres de bonheur, et nous ne voulons ni dormir ni manger, tellement nous sommes comblés par ce que nous avons vécu ! Merci ! » Ivanka Dymyd

Le film : http://www.youtube.com/watch?v=0ziNQPigWKc&feature=em-share_video_user

 

Vous aimerez aussi
Le Christ est ressuscité !
Au coeur des inondations au Pérou
Ukraine : rencontre avec le père Alexandre, orthodoxe
Tarquinia, ville étrusque