Home > Fioretti > « Mais pourquoi tant de joie ? »

« Mais pourquoi tant de joie ? »

Elisabeth de M.    26 août 2013
Temps de lecture 2 mn

Notre présence passe par l'accompagnement de ces familles, de ces amis que nous rencontrons et qui viennent parfois demander de l'aide. Señora Hermania a quatre enfants, dont Fatima (dix ans) et Rosalia (quatre ans), qui viennent très régulièrement au Point-Cœur.


© Points-Cœur

Depuis des années, son mari boit, se drogue, et sous les effets de ces vices, frappe sa femme et ses enfants. Un jour, Señora Hermania vient au Point-Cœur, elle n’en peut plus. (…) Elle a pris la décision de quitter le foyer familial. Par le biais d’une association, nous parvenons à trouver un petit logement dans lequel la famille peut rester un mois, en attendant de trouver du travail, un autre hébergement… Avec facilité, nous rassemblons matelas, vaisselle, nourriture… Les voilà « réfugiés » dans un nouveau cocon. Il faut se reconstruire… Quelle force nécessaire ! Chaque jour, la famille passe au Point-Cœur. Mais nous sentons déjà, après cinq jours éloignée de son mari, que quelque chose de plus fort rappelle Señora Hermania chez elle. (…) Quelque chose d’un peu mystérieux qui les amène au bout d’une semaine à se réinstaller auprès du père. Nous savons que Señora Hermania a conscience du danger dans lequel ils vivent ; nous échangeons plusieurs fois avec elle, tentons de comprendre… Dans sa liberté, elle a choisi… Nous restons là et nous resterons là, à l’accueillir, l’écouter, l’accompagner, toujours…
Je me demande parfois pourquoi il y a tant de joie à servir. Pourquoi je suis si heureuse lorsque je rentre de visite à l’hôpital psychiatrique, ou encore lorsque je viens de passer trois heures ultra mouvementées de permanence avec une vingtaine d’enfants, ou lorsque je donne le repas à Rebecca qui n’a plus la force de se nourrir seule… Pourquoi tant de bonheur à être cette présence pour l’autre, présence toute simple qui n’attend rien en retour ? (…) Ma vie prend sens à travers le service, et parce qu’elle a du sens, alors elle est vécue dans la joie…
 

 

Vous aimerez aussi
Au coeur des inondations au Pérou
Pèlerinage à Rome des personnes de la rue : témoignage
Instrument de la Miséricorde de Dieu
Brésil : une église du XVIIIème siècle restaurée par les villageois