Home > Fioretti > Le cadeau de l’amitié

de Cécile Guyomard   

Le mercredi 14 août, la veille de mon départ de Deva (Roumanie), une messe d'action de grâces pour la mission que j'ai passée là-bas a été célébrée. J'étais émue et surprise par l'évangile à l'occasion de la fête de St Maximilien Kolbe : « Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime » (Jn. 15,13), une phrase si vraie et qui me touche beaucoup.


Au Point-Cœur de Deva © Points-Cœur

Dans son sermon, père Márian m'a encouragée à regarder cette année avec gratitude et à continuer ma mission en France, dans ma réalité : avec mes études, ma famille. Il a raison : ce n'est pas la fin de ma mission, bien au contraire. Pendant la messe, Adriana, une amie d'une quarantaine d'années pleurait en continu. J'étais surprise et touchée. Nous l'avons rencontrée en février, elle souffre beaucoup de solitude et a trouvé un refuge en notre Point-Cœur, elle y vient de plus en plus et s'y épanouit plus d'une fois sur l'autre. Dans mes derniers temps à Deva, elle n'a pas cessé d'avoir des attentions touchantes. Le dernier jour, pile au moment où l'on s'apprêtait à prendre le dessert, elle est arrivée avec mon gâteau hongrois préféré : le dobos. Elle l'avait acheté dans la meilleure pâtisserie de Deva. En effet, il était succulent mais ce qui me reste en bouche, c'est la saveur d'une si belle et simple attention, celle d'une amitié sincère ayant grandi en six mois seulement. Dans une carte qu'elle m'a donnée en partant, elle me remerciait et remerciait tout le Point-Cœur de lui avoir fait (re)découvrir ce que signifiait profondément l'amitié. Cette carte est le plus beau des cadeaux qu'elle ait pu me faire. Je veux vous partager une dernière chose à son propos. Après le buffet où tous nos amis étaient conviés, beaucoup sont venus à la maison et l'ambiance était au rendez-vous. À cette occasion, elle a appris à danser un peu le ballet à Luizi Rafi (une petite tzigane Gabor) car elle est professeur de danse. C'est une autre merveille pour moi : voir une Roumaine si complice avec une enfant tzigane alors qu'elles ne se seraient pas connues sinon.

 

Vous aimerez aussi
Au coeur des inondations au Pérou
Pèlerinage à Rome des personnes de la rue : témoignage
Instrument de la Miséricorde de Dieu
Brésil : une église du XVIIIème siècle restaurée par les villageois