Home > Politique > Thaïlande, désir de justice

La Thaïlande est agitée par des manifestations politiques importantes, qui réclament entre autres le départ de la première ministre Yingluck Shinawatra. Nous avons souhaité comprendre mieux ce qui s'y passe, le désir du peuple thaïlandais qui s'exprime, et ce qu'il a à nous dire.


CC BY-NC Globovisión

Luigi, pouvez-vous vous présenter brièvement ?
Je suis italien. Je suis né il y a 52 ans dans une famille simple et belle : nous nous aimions beaucoup. Je suis venu en Thailande à cause du mouvement des Focolari [1] en 1984. Au total, j'y suis resté 23 ans.

Pouvez-vous nous résumer ce qui se passe actuellement en Thailande, et nous expliquer les enjeux ?
Il s'agit essentiellement d'une lutte de pouvoir. Les gens essaient de renverser un processus qui a tendance à profiter de la situation politique et sociale. Avec des promesses populistes, Thaksin Shinawatra [2] et maintenant sa sœur, Yingluck Shinawatra (et les partis qu'ils représentent), ont remporté les élections, principalement avec des votes venus des provinces les plus pauvres de la Thaïlande. Une fois obtenue la majorité au Parlement, le gouvernement a promu des projets, lesdits "mega projets" de façon à blanchir de grosses sommes d'argent provenant de la corruption dans ces projets. Ces projets sont surtout inutiles, de "faux projets", comme celui de payer pour le riz acheté aux fermiers, ou le projet de construire un train à grande vitesse, ou encore pour des barrières empêchant les inondations (provenant d'une fausse compagnie).
Mais surtout, le peuple proteste contre l'intention politique d'amnestier toutes les condamnations politiques et criminelles, ce qui a pour but de permettre à l'ancien premier ministre, Thaksin Shinawatra, de revenir en Thaïlande sans purger les 2 années de prison auxquelles il a été condamné (pour une acquisition de terrain favorisant sa femme alors que Thaksin était premier ministre).

Certains amis thaïs parlent de "combattre pour leur pays". Quel est la place du Roi dans la situation actuelle ?
C'est une situation très compliquée, et ce que vos amis en disent est ce en quoi ils croient et pour lequel ils se battent mais ce n'est pas si simple. La situation est bien plus compliquée.
Le peuple se bat pour un système judiciaire plus juste et c'est vrai. La corruption du gouvernement présent est trop importante, et c'est vrai. Mais les personnes qui se tiennent derrière les manifestants ne sont pas des anges et ils protègent leurs propres intérêts : ce sont les personnes qui ont le pouvoir en Thaïlande depuis ces 40 dernières années, et permettez-moi de dire que Thaksin et ses amis leur ont retiré le pouvoir des mains. Ils peuvent utiliser la figure du Roi comme un prétexte pour dire : "Nous sommes du bon côté et ils sont du mauvais côté". Nous devons être prudents.
Le Roi ne peut pas se prononcer en faveur de l'un ou l'autre parti, pour dire qui a raison ou qui a tort. Il est au-dessus de cette situation et maintenant, il est aussi très malade.

Quel est l'espoir du peuple thaï aujourd'hui, comment pouvez-vous nous le décrire ?
L'espoir est de se débarrasser de toutes les personnes corrompues et de sortir de ce système corrompu ; espoir de conserver la société thaïe avec le Roi et toutes les structures comme elles sont. C'est l'espoir de ne pas changer et de préserver une société où les personnes prennent soin les unes des autres et s'entraident comme, dans un certain sens, c'était le cas avant. L'espoir surtout de ne pas voir leur Thaïlande vendue à des compagnies étrangères : c'était l'une des choses que Thaksin essayait de faire afin d'exporter des devises fortes du pays.
Par-dessus tout, je crois que ce combat est une véritable opportunité pour le peuple thaï de participer directement au processus politique du pays, de ne plus déléguer à ses représentants mais de participer directement : c'est véritablement une école politique ouverte à tous qui a lieu depuis maintenant quelques mois, et cela pour des années.
Je crois que c'est positif, très positif.

Vous vivez en Thaïlande depuis 23 ans au sein du mouvement des Focolari, que pouvez-vous nous dire sur l'inculturation de votre charisme d'unité et de foi dans ce pays ?
Je crois que ce charisme va très bien avec les aspirations profondes du peuple thaï. Les gens recherchent l'unité, la compréhension parce que ce sont des valeurs déjà présentes dans la société et dans les mentalités. Dans un certain sens, ces valeurs sont plus proches du peuple thaï que des personnes déjà habituées à l'individualisme et au consumérisme.

Pourriez-vous décrire votre expérience thaïe en quelques mots ?
Une excellente occasion d'apprendre et d'aimer une société, une culture et des personnes très différentes de moi. Une expérience enrichissante, une chance d'ouvrir ma vie pour toujours, j'espère. Dieu est présent dans une culture différente et peut nous parler de beaucoup de manières.

Propos recueillis par Marianne Philibert 


CC BY ToGa Wanderings


[1] Le Mouvement des Focolari est né en 1943 en Italie du Nord, avec Chiara Lubich, jeune institutrice, qui a redécouvert avec quelques compagnes la force indestructible de l'Amour de Dieu, par la lecture de l'évangile. Ce mouvement catholique a pour charisme l'engagement pour l'unité et est vécu par des personnes de toutes croyances.

[2] Thaksin Shinawatra fut premier ministre en Thaïlande de 2001 à 2006. Peu de temps après le début de son 2ème mandat, il fut renversé par un coup d'Etat militaire, alors qu'il était à New York. En octobre 2008, il a été reconnu coupable de conflit d’intérêts dans le cadre d’une transaction immobilière et condamné à 2 ans de prison, qu'il ne purgera jamais, en fuite dans d'autres pays. En 2011, il a poussé sa sœur Yingluck Shinawatra à briguer le poste de Premier ministre. Elle a été élue en juillet 2011. C'est son départ que réclame actuellement les manifestants.

 

Vous aimerez aussi
Témoignage sur la mort du roi de Thaïlande
Il n’est jamais trop tard !
Un témoin d’humanité au procès Carlton
Présomption d’innocence ou présomption de culpabilité ?