Home > Fioretti > Nixon

Le 1er mars dernier, Nixon est retourné vers le Père. Ce petit garçon chilien de 10 ans atteint d'une leucémie venait de recevoir la première communion. Bruno de Kerizouët et Thomas Billot témoignent de la lumière de cette amitié.

Nixon le jour de sa première communion en compagnie de Bruno et Vincent.

"Ce qui nous bouleversait à chaque fois, était la joie tranquille de notre petit ami qui en dépit de la fatigue due aux traitements, n’en demeurait pas moins un enfant, riant volontiers devant nos pitreries et toujours prêt à en découdre à la console de jeu… Il y a quelques mois, les médecins voulaient tenter l’opération de la dernière chance : son grand frère étant compatible, l’équipe médicale a pu réaliser une greffe de moelle épinière, opération délicate au résultat incertain (les rejets de greffe étant nombreux). Pourtant aujourd’hui, l’opération semble un succès. Nixon a retrouvé des forces, des boucles brunes ornent de nouveau sa tête et il s’apprête en février prochain, à retrouver les bancs de l’école après de nombreux mois d’absence. Ce « 18 » était donc revêtu d’un aspect particulier et au-delà d’une fête patriotique, la famille de Nixon entendait célébrer et rendre grâce pour la guérison de Nixon. Avec Jean, nous avons été tout surpris de nous retrouver avec la seule famille proche autour de la table : notre présence à cet événement familial apparaissait pour eux quelque chose d’évident : « Vous faites partie de la famille ». La maladie de Nixon nous avait unis dans la prière et nos visites fréquentes avaient tissé de profonds liens d’amitié. Au moment de porter un toast, le père de Nixon, pourtant éloigné de l’Église et fervent militant communiste, nous a ainsi touchés par ses quelques mots simples et pleins de gratitude pour nous. Il était troublant de constater le changement entre la froide distance des premières visites et sa volubilité lors du repas, repas au cours duquel il manifesta une vive curiosité pour le charisme de Points-Cœur et la vie de foi.

Aujourd’hui pourtant quelques mois après les fêtes patriotiques, la maladie de Nixon semble reprendre le dessus et les médecins ont avoué leur impossibilité d’endiguer le progrès du cancer. Nixon est donc de nouveau à la maison, entouré de l’affection de toute sa famille. Devant le visage souffrant de sa maman, Nixon a ces quelques mots : « Mais maman, ce n’est pas grave si je meurs. Je serai au ciel et je pourrais continuer à veiller sur toi ». Avec Vincent il y a quelques jours, nous avons accompagné la famille pour être témoin de la première communion de Nixon, vêtu d’une aube blanche, visiblement fatigué mais rayonnant de la présence du Christ.

Nixon est reparti vers le Père le 1er mars à 17 heures. Thomas Billot raconte : "Nixon avait un visage de joie. Sa chemise du Colo (équipe de foot chilienne) bien mise (…). Il fut conscient jusqu'au bout et ses derniers mots adressés à ses parents furent : "Papa, Maman, je vous aime, ne vous inquiétez pas, je vais bien !" 

Au cours de la dernière visite de la communauté de Santiago, il avait dit avec un air malicieux : "n'oubliez pas la petite prière avant de partir !". "Ce fut un moment bouleversant", écrit Thomas Billot. "Les jambes en tailleur sur son lit, le menton un peu relevé et les yeux fermés, il pria avec une intensité très étonnante face à un de ses copains qui ne savait pas très bien quoi faire. (…)" 

Aujourd’hui, il est donc plus que jamais uni au Christ entre les mains du Père. Que le Père protège et console sa famille dans la lumière de cette foi dont a vécu Nixon. 

 

A LIRE EGALEMENT SUR TERRE DE COMPASSION

Vous aimerez aussi
Témoignage sur le cancer
Au coeur des inondations au Pérou
Pèlerinage à Rome des personnes de la rue : témoignage
Instrument de la Miséricorde de Dieu

3 Commentaires

  1. Marie-Claude

    Merci à Bruno  pour ces lignes émouvantes, pour le soutien et le courage apportés à Nixon et à sa famille.Mais quel gamin!