Home > Musique, Danse > Quand la musique contemporaine prend sa source dans la tradition populaire

Quand la musique contemporaine prend sa source dans la tradition populaire

Pour ce concert évènement du 1er juillet à Salvador da Bahia, l’Orchestre symphonique juvénile de Bahia (Neojiba) a présenté au public des œuvres étroitement liées à la culture populaire du Nord-est brésilien. 

Le Neojiba n'en finit pas d'élargir son regard sur la réalité[1]Le concert s’intitulait « Le train des compositeurs ». Avec un certain humour, c’est le Trenzinho do Caipira du célèbre d’Heitor Villa-Lobos qui ouvrait la prestation, ce petit train de campagne qui a du mal à démarrer et fait des soubresauts avant de nous emmener en voyage (écouter en cliquant ici).

Puis, l'Orchestre principal du Neojiba, sous la baguette d'Eduardo Torres, a magnifiquement créé Traços Brasilis de Wellington Gomes, sorte d’invitation à la promenade avec de nombreuses références à la musique folklorique afro-brésilienne et aux rythmes de danse du frevo (genre carnavalesque du nord-est). Par la liberté d'expression de leur corps, les musiciens ont surpris la salle qui les a vu s'animer, épouser les rythmes de leur culture, passer de la mélancolie aux envolées des rythmes afro-brésiliens. Avec toute la force de leur jeunesse, ils ont ainsi montré leur capacité à habiter pleinement l'acte musical.

C'est ensuite le travail d'un jeune compositeur du Neojiba, Jamberê, qui a été créé : O Mestre das Filarmônicas – Rapsódia para Trompete e Orquestra. Cette œuvre pour trompettiste soliste reprend la tradition vivante des "Filarmonicas", ces groupes qui jouent dans les campagnes depuis le XVIe siècle pour différents événements religieux ou non. Le public qui connait ces références s'est retrouvé immergé dans cette ambiance si caractéristique.

Avec E o tal Clarinetista? – Rapsódia sobre 3 temas juninos, la dernière pièce du concert, le compositeur Alfredo Moura a cherché à reconstituer les timbres des fêtes traditionnelles de la Saint Jean avec des instruments symphoniques. Il fait référence à trois chants traditionnels de Luiz Gonzaga[2], bien connus des brésiliens, pour offrir au public un nouveau développement de ce patrimoine folklorique.

Ces compositions contemporaines ne naissent pas d'une recherche intellectuelle ou d'une invention pure, mais elles plongent leurs racines dans le terreau si riche de la culture populaire brésilienne. Elles ne se coupent pas de la tradition, mais au contraire, l'intègrent et la développent. L'enthousiasme du public a été à la mesure du don des musiciens et des compositeurs et un hommage à tout ce qui forme l'identité d'un peuple.


Vous aimerez aussi
Des orchestres sud américains pour les enfants des favelas
Evènement musical : les 5 ans des orchestres Neojibá
Ricardo Castro: « Personnalité culturelle de l’année » 2011 du Brésil
Luthier, un métier qui rend plus humain…

1 Commentaire

  1. Josette Khoury
    Josette Khoury

    Muito Obrigada Caro!!!

    Que riqueza a nossa querida cultura bahiana…Lindo povo, cheio de alegria, alegria bem contagiosa!! Obrigada Caro de permitir para a gente, com este artigo, de ficar perto deste povo querido, imparando dele a beleza da cultura e o amor da musica. Viva o Brasil!! Viva a Bahia!!