Home > Arts plastiques > Sylvie Derely, la sculpture reprend vie

Sylvie Derely, la sculpture reprend vie

Exposées à la galerie Estades à Paris jusqu'au 19 juin 2016, les œuvres de Sylvie Derely nous invitent à contempler la beauté des relations humaines.

Sylvie Derely, Les randonneurs, Bronze (source)
 
 

Sylvie Derely, Les hommes, BronzePendant plus de 13 ans, Sylvie Derely s'est essayée à une multitude d'arts, pratiquant l'aquarelle et le dessin, exécutant des paravents et des fresques géantes. C'est en 1998 que la sculpture s'est imposée à elle.

Entre la rencontre et l'accomplissement, les bronzes expriment, par leur simplicité et leur pureté, toute la vibration de notre humanité. La matière donne chair à des personnages qui nous rappellent trop bien que nous sommes faits pour aimer et être aimés. Tour à tour, toutes les attitudes sont décrites avec force dans cette matière si belle, dans ces visages qui semblent refléter notre propre visage.

Cependant, c'est la tendresse épurée qui prédomine, et qui rend notre désir de communion si grand.

Si les visages sont dénués de traits et les corps simplifiés à l'extrême, ils témoignent cependant d'émotions et affirment une réelle présence.

Une exposition où notre regard ne contemple plus des objets figés mais une humanité qui reprend vie.

17 place des Vosges
Paris IV
 
Jusqu'au 19 juin
 
 
 
TdC : Sylvie Derely, une tendre compagnie de bronze
 
 
Photo dans le texte: Sylvie Derely, Les hommes, Bronze
Photographies par Nicolas RIgaud, Guillaume Raulet et Pierre Aubert. 
Vous aimerez aussi
La compassion à la lumière de l’art
En Syrie, les pierres crieront
« L’art c’est l’espérance et l’affection qui parfume les douleurs des hommes »
Les sculptures de Picasso au MoMA : l’exception des années cubistes

2 Commentaires

  1. Jean C.

    J'aime particulièrement ces randonneurs qui semblent marcher sur l'eau. On les voit incertains, peut-être inquiet, mais ils posent un acte de foi dont la consistance semble se situer dans leur amour mutuel. L'ensemble respire la joie. Merci Anaïs. 

  2. Anaïs
    Anaïs

    Arrivés dans la galerie quelques jours après le vernissage, nous avons été témoins d'une scène très belle. Un couple et leur fille venaient de faire l'acquisition d'une sculpture (http://www.sylvie-derely.fr/galerie/1-collection/detail/128-assise). C'était apparemment la première fois qu'ils achetaient une oeuvre d'art, il y a eu une joie incroyable qui s'est dégagée de cet instant. L'artiste en était toute émue, et nous avec elle. Très étonnant de voir combien l'art fait naître une communion!