Home > Littérature > Pietá

En ce jour de Notre Dame de Compassion (Notre Dame des sept douleurs), nous plongeons dans le mystère de la disproportion de la souffrance. Rilke avait saisi cet enfantement mystérieux qui échappe à toute mesure. Plus le coeur se vide, plus il est dépouillé de sa propre substance, et plus le monde semble trouver de la place pour s'y réfugier, comme en témoigne les formes ascétiques du tableau de Buffet. Et c'est ainsi que l'enfantement devient universel. 

Bernard Buffet, Pietá, 1947, Photo (C) Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Droits réservés. 

 

Pietà

Rainer Maria Rilke

 

Or mon dénuement se fait comble

et innomé me remplit. Je suis figée

comme l'intérieur de la pierre est figé.

Dure comme je suis, je ne sais qu'une chose :

 

       tu grandissais…

 

et grandissais jusqu'à surgir, grande souffrance

bien supérieure à la capacité de mon coeur.

 

       Or tu gis à travers mes genoux.

       Or je ne peux plus 

 

             t'enfanter.

 

 

Rilke, La vie de Marie, entre le 15 et le 22 janvier 1912, Duino. 

Vous aimerez aussi
Les voeux de Dietrich Bonhoeffer ou la grande Allemagne face à la barbarie
Le roi David
« L’adieu » du poète Yves Bonnefoy
Scintillement des haïkus dans les cerisiers en fleurs