Home > Musique, Danse > Un concert de Zaz en Argentine

Zaz vient de terminer sa tournée en Amérique Latine (Rosario, Bogota, Buenos Aires, Cordoba et Santiago). En plus de la french touch très appréciée elle communique sa joie de vivre et sa préoccupation pour son prochain.

Photo : Facebook – Zazofficiel

Elle est pleine d’énergie. Elle coure d’un bout à l’autre de la scène entre deux chansons pour saluer son public, traverse la foule des 8.000 spectateurs. Le public est bigarré : des jeunes de tous les genres, des familles avec leurs enfants, de couples de tout âge, jeunes et vieux.

Un dialogue s’instaure entre l’artiste, les musiciens et le public. Zaz répond aux cris de la salle par des sourires. Elle raconte des histoires, remercie son public demande à chacun d’être une lumière pour les autres, là où il peut.

Au milieu de chansons, aux thèmes poétiques ou engagés, dont les références à Paris réjouissent son public international, arrive une chanson aux paroles graves et au thème bien familier à beaucoup de nous aujourd’hui.

« Si je perds » évoque la maladie d’Alzheimer. Zaz se place dans le cœur et la tête de celui qui perd la mémoire, dans ce monde nouveau, trouble et angoissant que la personne doit affronter. La chanson est accompagnée d’un jeu de lumières qui deviennent de plus en plus rapides et étourdissantes. La salle est alors devenue complètement attentive et silencieuse, comme emportée dans cette épreuve mystérieuse et douloureuse.

Ces paroles remplies de sens autant que son charisme permettent à Zaz d’atteindre son public, dépassant la frontière de la langue et de la culture.

Si je perds

J'me sens broquante,
J'suis la méchante
Si mes enfants m'invitent,
Je fais la pas content
Et quand ils me visitent
Je suis la transparente
J'me sens palote,
Je me sens lote
Les enfants me nettoient
Des inconnus me sortent
A croire quand je me vois
Que je suis déjà morte

Si je perds la mémoire
Faudrait pas s'inquiéter
C'est que ma vie est au soir
D'une triste journée
Si je perds la raison
Faudrait pas s'en vouloir
Si c'est plus ma maison
Laissez moi dans le couloir
Si je perds les pédales
Et si ça vous inquiète
Si ça vous fait trop mal
Je ne sais plus qui vous êtes
Et si je perds la boule
N'ayez pas trop pitié
Ma tête est une foule
De visages oubliés

J'me sens friperie
J'me fais momie
Mes enfants me déplacent
Comme un vieux manuscrit
Et j'ai le feuilles qui cassent
Et je suis mal écrit
J'me sens bizarre
J'me vis trop tard
Si je pense aux instants
Où j'ai fait sans savoir
La course avec le temps
Sans me dire au revoir

Si je perds la mémoire
Faudrait pas s'inquiéter
C'est que ma vie est au soir
D'une triste journée
Si je perds la raison
Faudrait pas s'en vouloir
Si c'est plus ma maison
Laissez moi dans le couloir
Si je perds les pédales
Et si ça vous inquiète
Si ça vous fait trop mal
Je ne sais plus qui vous êtes
Et si je perds la boule
N'ayez pas trop pitié
Ma tête est une foule
De visages oubliés

Si je perds la mémoire
Faudrait pas s'inquiéter
C'est que ma vie est au soir
D'une triste journée
Si je perds la raison
Faudrait pas s'en vouloir
Si c'est plus ma maison
Laissez moi dans le couloir
Si je perds les pédales
Et si ça vous inquiète
Si ça vous fait trop mal
Je ne sais plus qui vous êtes
Et si je perds la tête
N'ayez pas trop pitié
Bientôt je serai bête
Et vous aurez oublié

 

Paroliers : Aurelie Antolini / Frederic Volovitch

Paroles de Si je perds © Sony/ATV Music Publishing LLC

Vous aimerez aussi
Urbanisation et idéologie
Prix de la nation argentine pour un scientifique… et sa famille
20 ans du Point-Coeur bienheureux Charles de Foucauld : « La générosité de Dieu ne s’épuise jamais »
Sagesse argentine : plutôt en rire qu’en pleurer