Home > Spiritualité > Schmemann : La prière de Carême de Saint Ephrem le Syrien

Schmemann : La prière de Carême de Saint Ephrem le Syrien

Nous poursuivons notre voyage du Carême avec la prière de saint Ephrem le Syrien, commentée par  le P. Alexandre Schmemann.

2013 02 27_18

"Parmi toutes les hymnes et prières de Carême se trouve une courte prière que l’on peut appeler la prière de Carême. La tradition l’attribue à l’un des grands maîtres de la vie spirituelle : saint Ephrem le Syrien. En voici le texte :
 
« Seigneur et Maître de ma vie,
ne m’abandonne pas à l’esprit de paresse,
de découragement, de domination
et de vain bavardage !
Mais fais-moi la grâce, à moi ton serviteur,
de l’esprit de chasteté, d’humilité,
de patience et de charité.
Oui, Seigneur et Roi,
accorde-moi de voir mes fautes
et de ne pas condamner mon frère,
Ô Toi qui est béni dans les siècles des siècles.
Amen. »
 

Cette prière est lue deux fois à la fin de chaque office du Carême, du lundi au vendredi (on ne la dit pas le samedi et le dimanche, car les offices de ces deux jours ne suivent pas l’ordonnance du Carême). On la dit une première fois en faisant une métanie (prosternation) après chaque demande. Puis on s’incline douze fois en disant : " Ô Dieu, purifie-moi, pécheur ! " Enfin on répète toute la prière avec une dernière prosternation à la fin.

Pourquoi cette courte et si simple prière occupe-t-elle une place aussi importante dans la prière liturgique du Carême ? C’est qu’elle énumère d’une façon très heureuse tous les éléments négatifs et positifs du repentir, et constitue en quelque sorte un aide-mémoire pour notre effort personnel de Carême. Cet effort vise d’abord à nous libérer de certaines maladies spirituelles fondamentales qui imprègnent notre vie et nous mettent pratiquement dans l’impossibilité de commencer même à nous tourner vers Dieu.

(A suivre)

Voici pour accompagner notre méditation une prière de St Ephrem par un choeur de religieuses orthodoxes:

 

Alexandre Schmemann, Le grand Carême, Abbaye de Bellefontaine (Bégrolles-en-Mauges 1999), p. 37-45.
Photos : Natalia Satsik © Atelier
Vous aimerez aussi
Schmemann : les maladies spirituelles fondamentales
Carême : La Radieuse Tristesse, du père Alexandre Schmemann
Elisabeth de la Trinité bientôt canonisée
Schmemann : « il n’y a pas de Carême sans jeûne »