Home > Sciences > Vaccins, pour ou contre ?

Un geste fort de Robert de Niro défraie la chronique outre-atlantique. Suite à l'autisme de son fils, il propose une importante somme d’argent à qui pourra établir que le vaccin n’est pas dangereux pour la santé. Le Dr Rafael Baron (Pologne) dresse un état des lieux lucide. Loin des carricatures, il demande à ce que soient posées les bonnes questions. Entretien.  

Photo : Robert de Niro, par Nathan Congleton le 22/08/2016, CC Certains droits réservés
 

Dr Baron, la polémique sur les vaccins suscitée outre-atlantique par Robert de Niro est-elle un sujet nouveau pour vous ?

Non en réalité, c’est un thème tout à fait actuel aussi en Pologne. Depuis quelques années s’est montée justement une association qui s’appelle Stop-NOP[1]. Elle se bat contre les effets indésirables des vaccins et pour que les parents puissent choisir les producteurs de vaccin. Ce mouvement compte des dizaines de milliers de personnes, accompagnés d’avocats et de médecins, avec une antenne dans chaque région de Pologne. Récemment une radio très écoutée leur a laissé quatre heures d’antenne, ce qui est chose rare. Car il est arrivé par le passé qu’une chaine de télévision donne la parole à l’association, et le replay a été tellement actionné sur internet qu’au bout d’une semaine la chaine a retiré le lien.

De même, j’ai fait personnellement la connaissance de certains médecins, dont un neuro-psychologue qui accompagnent des enfants avec différentes formes d’autisme. Plusieurs ont constaté des cas d’enfants qui se sont très bien développés jusqu’à l’administration du vaccin et tout à coup se sont mis à régresser. Dans ce cas-là, il y a toujours des gens pour dire que c’est une coïncidence et blanchir la situation sans obligation de constat.

Le professeur Joyeux que vous connaissez peut-être, a fait l’objet de vives critiques au point d’être radié de l’ordre des médecins, justement à propos des vaccins. Il s’est alors défendu d’être contre la vaccination, mais contre certains éléments contenus dans les vaccins disponibles sur le marché[2]. Partagez-vous cet avis ?

Lorsqu’on parle du vaccin, il y a plusieurs niveaux d’analyse.

– Tout d’abord  sa composition.

Dans les années 90, Edgar H. Relyveld un professeur de l’institut Pasteur a établi que l’aluminium, qui sert de conservateur pour les vaccins, avait des effets tout à fait nocifs. Il a du coup milité pour qu’on y mette fin pour le bien des enfants. Mieux, il a inventé un nouveau produit à base de calcium pour remplacer l’aluminium. Quelques années plus tard les droits sur le produit ont été rachetés par un grand laboratoire qui a réintroduit l’aluminium. Devant sa protestation au gouvernement et à l’OMS, on lui a allégué que c’était pour une homogénéisation de la ligne de production.

En injectant ce produit avec un marqueur fluorescent dans l’organisme d’une souris, ils ont constaté qu’au bout de 7 jours, tout l’aluminium s’était focalisé dans le cerveau, c'est à dire le système central nerveux. Du coup chez un enfant qui n’a pas fini son développement nerveux et immunitaire, il n’est pas difficile d’imaginer les perturbations. Par ailleurs, le mercure qui est l’autre métal présent dans les vaccins, est un produit très nocif.

– Ensuite les interférences avec le développement du système immunitaire. Celui-ci mets de nombreuses années à se mettre en place chez l’enfant, et les vaccins rencontrent donc un système non mature, dont la mise en place n’est pas terminée. Quand on injecte les vaccins trop tôt, le risque est grand que le système immunitaire se forme de façon faussée. Cela peut expliquer par exemple l’émergence des si nombreuses allergies qui n’existaient pas par le passé. En fait, personne n’a jamais fait de recherche sur les effets de tout le calendrier de vaccination à un enfant et l’accumulation de tous ces produits dans l’organisme.

– Par ailleurs, la question des « combos » où  on assiste à une surabondance toujours plus grande de différents produits dans le même vaccin, ce qui déboussole grandement le système immunitaire.

– Enfin ce qu’on l’appelle  « le bien des gens ». En Pologne, de nombreux vaccins sont obligatoires qui ne le sont pas en Allemagne ou en France, pourquoi ? A cette question, le ministère de la santé polonais actuel utilise une argumentation totalitaire : « Ici les gens n’ont pas la maturité suffisante pour faire les bons choix en matière de santé ». Les arguments en France sont comparables.

Mais pourquoi vaccine-t-on un enfant contre l’hépatite B dés le plus jeune âge, si on sait que le mode de transmission est la voie sexuelle ou la transfusion ? Pourquoi vacciner contre la rougeole quand on sait qu’elle ne s’attrape qu’une fois et ne présente pour un enfant aucun danger, alors que le vaccin doit être administré régulièrement ? Il est vrai que l’enfant né d’une femme malade de la rougeole peut avoir de sérieuses malformations, mais pourquoi alors vacciner une petite fille et ne pas attendre son adolescence ? Et pourquoi tous les garçons ?

Il semble difficile d’avoir accès à ces nuances de réflexion.

En effet la tendance actuelle est de faire des oppositions entre les pour et les contre de façon absolue et caricaturale, ce qui évince certaines questions. Soit tout le monde, soit rien du tout. Mais là n’est pas la question ! En 1990 un enfant polonais recevait 7 vaccins, aujourd'hui il en reçoit 28. Est-il désormais moins réussi par la nature ?

Ou alors il y a un intérêt à vendre…

Par ceux qui signent les ordonnances ?

Vous savez que la plupart  des manuels qui servent à la formation des médecins  sont sponsorisés par les grands laboratoires pharmaceutiques. De même la plupart des procédures thérapeutiques – ce qu’il faut administrer en fonction d’un diagnostic – sont élaborées par les grandes firmes pharmaceutiques. Ce n’est pas un scoop, ils ne s’en cachent pas. Simplement, il faut comprendre que le savoir transmis n’est pas objectif, il a à terme un but marchand. Du coup celui qui a investit tant d’énergie, de travail, de sa vie dans un tel schéma de pensée, est très peu enclin à le changer. En ce sens le professeur Joyeux est remarquable, car il a su se remettre en question et prendre des distances pour constater des choses en soi très simples.

Que préconisez-vous ?

D’abord il faut prendre conscience qu’il s’agit d’un conflit d’intérêt. L’argent a pris le dessus sur l’intérêt des patients et fait en sorte qu’on ne le sache pas. Récemment Jerzy Zięba, grand spécialiste de naturothérapie qui a écrit un livre Thérapies cachées dont j’ai rédigé la préface, a reçu chez lui des menaces de mort. Aux Etats-Unis, chaque année des médecins sont assassinés qui se sont dressé contre cet industrie plus lucratif à l’échelle mondiale que celui de la drogue.

Nous ne devons pas pour autant cesser d’informer les gens, soutenant ceux qui ont commencé à faire des expériences douloureuses, comme Robert de Niro qui ne parvient pas à s’expliquer l’autisme de son fils. A ce propos aura lieu le 2 avril un grand congrès international à Katowice (Pologne). Un des grands sujets, ce sera les vaccins. Un autre sera l’utilisation de la vitamine C – docteur Thomas Levi – un autre sera l’usage de la iodine – docteur Jorge Flechas –  et d’autres méthodes non-pharmacologiques – docteurs Kikarski et Ratzke pour des cancers –  dans différentes pathologies. Je serai moi-même présent et sais par avance que ce sera passionnant car les intervenants sont remarquables – il y aura notamment le professeur Andrew Wakefield, récemment reçu par le président Trump, qui s’est engagé à faire mener l’enquête approfondie sur ces sujets.[3]

Enfin nous devons sérieusement réfléchir à une question fondamentale : le système médical dans lequel nous vivons actuellement est-il vrai ? Il me semble que non : le point de départ est faussé, le rapport à la santé est faussé, le rapport au médicament est faussé. Il me semble qu’il y a un mensonge « organique ». Les patients qui viennent me voir n’arrivent pas à imaginer que ce qui leur a été administré à l’hôpital n’était peut-être pas la meilleure solution. Et pourtant s’ils viennent me voir, c’est souvent qu’ils ont tout essayé.

Pour aller plus loin, et peut-être ouvrir l’espace à un nouvel entretien, il me semble que ce qui est en cause dans le système médical actuel est tout simplement la façon d’affronter la vie.

Propos recueillis par Clément Imbert


[1] http://stopnop.pl

[2] http://www.ipsn.eu/actualites/non-a-la-vaccination-massive-des-enfants-contre-les-papillomavirus/ 

[3] http://wiosnazdrowia.pl/#schedule

Vous aimerez aussi
Témoignage sur le cancer
La Pologne sur la carte et… à la carte
Le sommeil est l’ami de l’homme
Admirer son corps

4 Commentaires

  1. Dr Jacques Billot

    Hélas ! Il s'agit d'un processus fort bien décrit ici, car le règne de l'argent explique tout ….Et ceux qui voient dans les adversaires du "tout vaccin" des demeurés opposés à la santé et au bien-être de leurs concitoyens ont déjà mis très loin dans les profondeurs de leur paléo-cortex l'expérience, inoubliable pourtant, du vaccin contre H1N1 qui s'est transformé en véritable farce en France ! 

    Car cette épidémie a d'abord été "programmée" par un âne bâté de l'OMS qui l'avait "prédite" quelques mois auparavant …. Nulle part, dans aucun pays, à aucune époque, personne ne peut prétendre savoir que les piqûres d'un moustique vont provoquer un problème de santé publique : en France, si !!! "On" sait ….Surtout quand on a un membre de la famille proche d'un représentant du Gouvernement qui va pouvoir sortir de son laboratoire (situé au Mexique….) , des doses de vaccins à une échelle industrielle : presque 100 millions de doses !!! Du pognon quand même ….

    Or l'épidémie, qui a commencé par toucher chez nous La Réunion, va s'avérer être une 'grippette' faiblement gênante, très courte et sans conséquences …Qu'à cela ne tienne ! On va déclencher une offensive de grande envergure pour obliger les Français à se soumettre : au final, un peu moins de 5 millions de benêts se seront laissés prendre à cette arnaque de grand style ! Je crois qu' "ils" ont réussi à refourguer une partie de leurs excédents à quelques pays africains ….

    On sait tous que les grandes firmes ont supprimé le Trivalent ( diphtérie-tétanos-polyo) pour obliger tout le monde à utiliser des penta, hexa, septa-valents avec notamment HépatiteB, très toxique ! et il a fallu une récente décision du Conseil d'Etat pour obliger ces messieurs à remettre dans le circuit le tri-valent.

    Car on sait que le risque de polyo et de tétanos est réel même chez nous et que le risque vaccinal est inférieur au bénéfice que l'on connaît bien : il faut donc vacciner les enfants mais pas selon des schémas datant d'avant la guerre de 40 ! et qui n'ont été modifiés (un peu seulement) que depuis peu.

    Car je voudrais finir en donnant mon exemple personnel : il y a une vingtaine d'années, nous avons décidé de nous vacciner contre Hépatite B dans la clinique où j'opérais à l'époque (je suis ophtalmo : risque faible, évidemment)

    Après la 1ère injection, comme j'avais facilement des angines depuis longtemps, et que je trouvais que çà revenait un peu trop ds les 15j qui ont suivi, je me suis arrêté là.

    4 ans plus tard, une compagnie d'assurances me demande mon statut par rapport à Hépatite B: je fais un dosage sanguin et là , énorme surprise !!!! Mon Taux d'anti-corps était encore 5 fois supérieur à la normale ! avec une seule injection !!!!! vous voyez ce que çà peut signifier par rapport aux 3 injections successives et au rappel 1 an plus tard.

    Tout cela, sous une apprence de sérieux, n'est pas sérieux du tout et la toute récente publication du Conseil de l'Ordre des Médecins consacrée à la vaccination est consternante : ils ne veulent pas savoir et la doxa ne peut être contestée par PERSONNE ! 

  2. David B

    Et l'aberration ne s'arrête pas là, car des médecins recourrant à des approches alternatives se spécialisent dans des traitements de détoxication des vaccins visant à débarasser les patients de conséquences néfastes des vaccins qui leur ont été administrés : seul problème : ces médecions sont peu nombreux, les traitements sont longs, onéreux, et bien entendu non remboursés…

    Pouvoir purifier son corps des substances toxiques qui lui ont été administrées est une possibilité qui n'est offerte qu'à une minorité, suffisamment informée et à l'aise financièrement…

    Quel gâchis !!

    Enfin, des personnes souhaitant préserver la santé de leur enfant sont amenées à mettre en place des stratégies de contournement de la loi, qui présentent d'autres risques pour elles et les praticiens qui s'y prêtent…

    Quel dommage !!

    Je n'ai pas vraiment de recul sur le sujet, mais j'ai l'impression qu'internet contribue tout de même à permettre une prise de conscience progressive sur ces sujets qui finira bien par faire bouger les lignes… En tous cas je l'espère

     

     

  3. Marie MCD

    Je retiens qu'une phrase:"l'argent a pris le dessus sur l'intérêt des patients" encore un exemple de pollution par l'argent, mais quand c'est ds le domaine de la santé, il y a de quoi avoir peur surtout quand on fait partie des benêts,mais le Dr BILLOT"l'ophtalmo nous a ouvert les yeux"Marie MCD

  4. Rafael

    Le problème essentiel, au niveau réthorique, consiste dans le fait que le système utilise une "technique sociologique" on jouant sur l'opposition – soit l'on est pour soit l'on est contre. Si quelqu'un a des questions, si quelqu'un a des remarques ou des doutes, on le met dans le sac "contre" et on le ridiculise. Entre 30 et 0 vaccinations chez les 0-3 ans il a un large eventail, n'est-ce pas ? Hors, p.e. en Pologne le ministre de la santé s'est mis un point d'honneur de faire de la Pologne le pays le plus "vacciné" du monde ! Alors les 0-3 ans vont recevoir tous les vaccins existants… C'est de la folie ! Et quiconque pose des questions demandant par exemple "peut-être que tous les vaccins ne sont pas nécessaires…" est etiqueté comme arriéré et dangereux… La vérité, en géneral, et la vérité sur les vaccins est très incomode pour vous, les encravatés, nommés, par vous-mêmes, "bienfaiteurs de l'humanité". Le film de Andrew Wakefield vous a fait trembler, énormement. Alors, vous l'avez detruit…. "Bravo", quelle "courrage" de votre part. Et savez vous, chers lecteurs, que si la progression de l'autisme va tenir sa "vitesse statistique", en 2030 un enfant sur 2 ou 3 aux USA sera atteint de cet "infirmité" ?  Alors personne n'y échappera – soit on sera atteint soi-même, soit quelqu'un de la famille…  Et cette progression va de paire avec la progression de nombre des vaccinations (les statistiques, et pas que les statistiques, sont a voir e.a dans le film "Bought" https://www.youtube.com/watch?v=biwiN2PoXqA). Mais… à cette époque-la le problème sera probablement résolu. "Les imigrés" vont deja être au pouvoir (ils ne suivent pas ce "calendrier de l'homme infirme", ils l'ignorent complètement) et installeront leur ordre, sans vos cadeaux-vaccins, et sans vous, monsieurs les cols blancs…