Home > Eglise > Gaudium mundi : quand la liturgie témoigne de l’Assomption

Gaudium mundi : quand la liturgie témoigne de l’Assomption

Aujourd’hui, l’Église fête l’Assomption de Marie au ciel. Bien que le dogme n’ait été proclamé que le 1er novembre 1950, le Pape Pie XII, dans la constitution Munificentissimus Dei, soulignait combien ce mystère appartenait à la foi de l’Eglise depuis toujours. 

Image : Fra Angelico, 1400-1455, La dormition et l'assomption de la Vierge, panneau de reliquaire, 1432 env., Isabella Stewaer Gardner Museum, Boston (Source)

 
Outre la piété des fidèles et l’assentiment de tous les Evêques, le pape Pie XII invoque le témoignage de la liturgie : « Cette foi des pasteurs de l’Eglise et des fidèles, s’est manifestée d’une façon universelle et plus éclatante lorsque, depuis les temps anciens, en Orient, comme en Occident, furent célébrées des solennités liturgiques en l’honneur de l’Assomption. Les Pères et Docteurs de l’Eglise, en effet, n’ont jamais manqué de puiser là un lumineux argument, attendu que la liturgie sacrée, ainsi que tous le savent, étant aussi une profession des vérités célestes, soumises au magistère suprême de l’Eglise, elle peut fournir des preuves et des témoignages de grande valeur pour décider de quelque point particulier de la doctrine chrétienne. »
 

Parmi de nombreux exemples, retenons les hymnes de saint Pierre Damien (1007 – 1072). Né à Ravenne, ce moine-ermite camaldule d’une grande austérité devint évêque, puis cardinal avant de se retirer au monastère de Faenza. « Il se distingua, enseigne Benoît XVI, dans les genres littéraires les plus divers :  des lettres aux sermons, des hagiographies aux prières, des poèmes aux épigrammes. Sa sensibilité pour la beauté le conduisait à la contemplation poétique du monde. Pierre Damien concevait l'univers comme une "parabole" inépuisable et une étendue de symboles, à partir de laquelle il interprétait la vie intérieure et la réalité divine et surnaturelle. » 1)http://w2.vatican.va/content/benedict-xvi/fr/audiences/2009/documents/hf_ben-xvi_aud_20090909.html

Voici la traduction de deux hymnes de saint Pierre Damien chantées par les moines aux premières vêpres et aux nocturnes la solennité de l’Assomption. Nous ne donnons ici que la première strophe en latin 2)Hymnaire latin-français, Solesmes, 2005, p. 354 et 356.

Gaudium mundi, nova stella cæli, procreans solem, pariens parentem, da manum lapsis, fer opem caducis, Virgo Maria.

Joie de l’univers, nouvelle étoile du ciel, Toi qui donnes naissance au soleil et enfantes Celui qui t’a engendrée, tends la main à ceux qui sont tombés, viens en aide à ceux qui chancellent, Vierge Marie ! C’est Toi sans nul doute l’échelle dressée par Dieu par où le Très-Haut, sans quitter les cieux, rejoint notre bassesse : fais-nous regagner les sommets du ciel. En Toi le choeur des anges bienheureux, en Toi l’ordre des prophètes et les apôtres contemplent leur unique souveraine après Dieu. Louange éternelle à la très haute Trinité, qui t’a couronnée, ô Vierge, et a fait de Toi, dans sa Providence, notre reine et notre mère.

Aurora velut fulgida, ad caeli meat culmina, ut sol Maria splendida, tamquam luna pulcherrima.

Étincelante comme l’aurore, resplendissante comme le soleil, Marie s’élève au plus haut des cieux, rayonnante de beauté comme la lune. La reine du monde accède aujourd’hui au trône de gloire, elle qui a enfanté le Fils qui est avant l’Étoile du matin. Élevée plus haut que les anges et tous les chœurs céleste, une femme surpasse à elle seule tous les mérites des saints. Celui qu’elle avait réchauffé sur son sein est déposé dans une crèche, elle le contemple à présent régnant sur l’univers, dans la gloire du Père. Pour nous, Vierge des vierges, implore ton Fils qui avait pris de toi notre nature, afin qu’Il nous donne part à la sienne. Louange au Père, au Fils est à l’Esprit Consolateur, qui, plus que toutes les créatures, t'ont paré de gloire céleste. Amen

Et voici une reconstitution rythmique de l’hymne Gaudium Mundi tenant compte du vers saphique utilisé par l’auteur. Ce mètre poétique classique adapté à l’accent tonique du latin alors en usage a été introduit dans l’hymnaire occidental à l’époque carolingienne.

Hymne Guadium Mundi

 

 

References   [ + ]

1. http://w2.vatican.va/content/benedict-xvi/fr/audiences/2009/documents/hf_ben-xvi_aud_20090909.html
2. Hymnaire latin-français, Solesmes, 2005, p. 354 et 356
Vous aimerez aussi
Requiescant in pace
Le spectacle de la Messe ou l’efficacité de la liturgie vue par un metteur en scène
La joie de la Résurrection manifestée par l’orgue
Keur Moussa fête ses 50 ans

1 Commentaire

  1. Rodrigo

    gracias padre Denis por la belleza de estas grabaciones gregorianas. Nos da la gana de cantarlas en la misa dominical para ayudarnos a entrar en los sagrados misterios…