Home > Musique, Danse > « Ce qui te fait garder les yeux ouverts » : la fragilité

« Ce qui te fait garder les yeux ouverts » : la fragilité

À 50 ans, le chanteur Dominique A. sort cette semaine son deuxième album de l’année, « La Fragilité ». Un album qui regarde notre blessure, notre fragilité et ce désir de la cacher qui peu à peu nous détruit.

Sur un fond de guitare acoustique, Dominique A. regarde cette fragilité que nous aimerions si souvent éradiquer dans notre rapport à ceux qui nous sont proches, à notre travail, à notre terre, à notre histoire. « Ce terme n’est pas forcément quelque chose de beau, mais c’est notre fragilité, notre finitude qui nous relie tous. La plupart des problèmes de cette planète vient du fait que des personnes nient cette fragilité et cette finitude1)Extrait de l’article d’Eric Nahon, Slate 10 octobre 2018 http://www.slate.fr/story/168134/musique-dominique-a-la-fragilite-ma-vie-en-morceaux#xtor=RSS-2

 

La Fragilité

Tu t’es levé, le lit dansait 
Un tremblement t’a parcouru 
Encore faible, tu t’es rendu 
À ce travail, qui te happait

On a cherché toute la journée
 À t’arracher, à ce qui est le plus précieux 
Et que tu sais, d’instinct, cacher
Le soir tout se relâchait 
Et tu t’es jeté sur le lit 
Rincé d’avoir dissimulé 
D’avoir encore autant menti 
Et le tremblement a repris 
Et tu t’y es abandonné 
Tu t’es confié tout entier 
À la fragilité
Tu ne peux pas t’inventer 
Mais il te faut la défendre 
À chaque instant donner le change

Mais surtout pas laisser penser 
Qu’elle te protège et qu’elle te guide 
Qu’elle t’empêche de te blinder 
Ce n’est pas tous les jours gagné 
Ne pas devenir insensible

Les tempes se resserrent dans l’étau 
Des temps à venir 
Nous sommes pris 
Le jour ne nous fait pas envie 
Il fonce sur nous comme un troupeau 
Et nous aimerions tant trouver 
La force qui nous fait défaut 
Et nous croyons alors qu’il faut sacrifier 
La fragilité 

Chaque journée te la réclame 
Dans le corps à corps, permanent 
Les égaux toujours plus saillants 
Dans les conflits qui nous désarment
Chaque jour cherche à cacher 
Ce que tu as, de plus précieux 
Ce qui te fait garder les yeux, ouverts 
Ta fragilité 
Une vibration, un tremblement 
La douceur d’une ombre en allée 
Une voix murmurant :  « je t’attends » 
Une porte à demi fermée 
Des sons des images 
D’autres temps 
T’assaillent
T’empêchant de douter qu’il n’y a de viable vraiment 
Vraiment 
Que la fragilité, que la fragilité

 

En dévoilant la fragilité, Dominique A. révèle qu’elle peut être sauvée par celui qui sait s’arrêter pour regarder, parce qu’ : « Il y a tant de choses qui donne juste envie d’un regard qui les sauve 2)Chanson Le temps qui passe sans moi », comme a su si bien le faire Léonard Cohen à qui Dominique A. dédie la première chanson de son album : La poésie.

 

 

References   [ + ]

1. Extrait de l’article d’Eric Nahon, Slate 10 octobre 2018 http://www.slate.fr/story/168134/musique-dominique-a-la-fragilite-ma-vie-en-morceaux#xtor=RSS-2
2. Chanson Le temps qui passe sans moi
Vous aimerez aussi
Poésie : « Cet homme marche en pleurant… »
Encore marcher (Pierre Reverdy)
La souffrance des innocents, une symphonie de Kiko Argüello
Poésie : Aucun homme n’est une île, John Donne