Home > Arts plastiques > L’Art et la science se rencontrent à Vienne

L’Art et la science se rencontrent à Vienne

Le 26 septembre était organisée pour les lycéens du Schottenstift à Vienne une rencontre avec Sir Konstantin Novoselov, grand chercheur et titulaire du prix Nobel de Physique 2010 grâce à ses recherches sur le Graphène, et Kate Daudy, artiste londonienne à la renommée internationale. Le thème était le projet qu’ils murissent ensemble, à cheval entre la Science et l’Art, et qui devrait apparaître dans les espaces publics viennois l’an prochain, pour insister sur l’étroite connexion entre les hommes.

 

Sir Konstantin Novoselov et Kate Daudy
 

Ce qui ressortit de prime abord, c’est l’immense estime de l’un pour l’autre. Le duo avait choisi la forme du dialogue dans lequel ils jouaient pour l’autre le rôle du présentateur aussi bien que de l’animateur, avec un soin particulier pour mettre son « ami » en valeur. Ainsi Sir Konstantin portait fièrement une veste confectionnée par Kate.

« Auparavant, confia Kate Daudy, l’univers scientifique était pour moi quelque chose de tout à fait étranger, sans porte d’entrée, et donc sans intérêt. Grâce à Kostia 1)Diminutif de Konstantin , un nouvel horizon s’est ouvert vers somme toute quelque chose de familier ». Familier car au long de la discussion, le chercheur et l’artiste nous partagent tous les points communs qu’ils se sont découverts. L’un comme l’autre se reconnaissent bien peu à même de définir ce qu’ils font. « A l’école on nous apprend à faire de la physique, dit Sir Konstantin, mais on ne nous apprend pas à faire de la science », et  Kate Daudy de faire le même constat pour l’art. De même se reconnaissent-ils animés par la même fibre : le scientifique comme l’artiste sont en effet face à un mystère qui se dévoile grâce à la capacité de s’étonner, c'est-à-dire à une grande curiosité. Tous deux disent combien sont nécessaires le travail et la persévérance, car il semble qu’on n’est jamais au bout, jamais totalement satisfait, jamais vraiment arrivé. Enfin, le couronnement de leur travail survient toujours d’une façon inattendue. Nous apprenons également leur commune fascination pour le langage – notamment la poésie –, les univers qu’il ouvre parfois et qu’il renferme d’autres fois. Rappelons notamment que quoique vivant tous deux à Londres, ils savent qu’ils ont grandi du fait de leur langue natale dans deux mondes différents.

Un tel lieu et un tel public pouvaient sembler en apparence paradoxaux pour de telles éminences et en préparation d’un tel évènement, mais leur jovialité et le sérieux des questions qui leur furent posées constituèrent une alchimie surprenante, leur permettant vraiment de donner le meilleur d’eux-mêmes. Ainsi à la question que leur posa une jeune femme : « Mais que pouvons-nous faire pour changer le monde ? », la réponse avait de quoi surprendre, de le part de deux personnes qui s’apprêtent à orner une ville entière de leur travail : « Essayez d’être vous-mêmes, soyez fidèles à ce que vous êtes et à ce que vous avez reçu ! ».

 

Pour en savoir plus sur Sir Konstantin Novoselov : 
https://www.nobelprize.org/prizes/physics/2010/novoselov/auto-biography/
Pour découvrir le travail de Kate Daudy : https://katedaudy.com/think/

References   [ + ]

1. Diminutif de Konstantin
Vous aimerez aussi
Au niveau du sol
Montre-moi ta blessure
Renouvellement des promesses sacerdotales à l’école du plus dépouillé
Trois générations de compositeurs pour un hommage filial