Home > Fioretti > La Cometa : Eduquer, c’est éveiller le cœur

La Cometa : Eduquer, c’est éveiller le cœur

La Cometa, est un Centre de « Formation Humaine » dans la Municipalité de Curridabat . Elle offre aux membres de la communauté un espace de rencontre, d’accompagnement et de formation à travers des processus éducatifs et culturels qui favorisent la croissance intégrale de la personne.

 

Ce centre d’éducation pour la liberté, a pour but de générer des personnes conscientes de leur dignité humaine, capables de contribuer avec responsabilité à la transformation de la réalité qui les entoure. Semaine après semaine, La Cometa offre une série de propositions qui ont pour but le développement intégral de ceux qui y participent. Voici quatre programmes de base :

  • Soutien aux études : accompagnement à l’aide d’un tutorat des élèves du secondaire et de l’enseignement ouvert dans leurs processus d’apprentissage, d’orientation professionnelle, des espaces artistiques et de la promotion culturelle.
  • Cours gratuits : la communauté reçoit des cours trimestriels reconnus par la fonction publique, afin de promouvoir l’acquisition de compétences et d’aptitudes dans des domaines qui permettent aux particpants d’être formés pour travailler.
  • Enseignement ouvert à ceux qui n’ont pas terminé leurs études primaires ou secondaires.
  • Formation intégrale de techniciens : une formation complète dans les domaines techniques est proposée aux jeunes qui souhaitent se former dans l’enseignement supérieur, en accompagnant leur processus éducatif avec l’anglais, l’informatique et les compétences générales.
  • Bibliothèque : la communauté peut accéder à la bibliothèque pour emprunter des livres de littérature, de poésie, de science, d’art, d’histoire, des livres académiques, des biographies, d’anglais, etc.
  • une  diversité d’espaces : utilisation supervisée de l’ordinateur, activités culturelles, récréatives et artistiques (peinture, dessin, cinéma-forums, récitals, groupes de lecture, rallyes…), formation continue (ateliers, groupes associatifs, formations, foires…).

Eduquer, c’est éveiller le cœur

Jimena Dorado, une des coordinatrices du centre nous dit :  » Avec chaque personne qui arrive dans la communauté, nous vivons une nouvelle experience. Ce qu’ils viennent chercher, c’est plus que des cours, ils viennent avec le désir dans leur coeur. Les gens viennent nous parler, ils nous font confiance avec leurs histoires et cela nous permet de les accompagner et de proposer un projet de vie. »

Tirrases compte plus de 15000 habitants et est connu comme le quartier le plus vulnérable du canton de Curridabat, parce que les gens vivent dans des situations d’extrême pauvreté, de surpeuplement, de risque social. Beaucoup souffrent des conditions de violence ou de toxicomanie, explique Natalia Galeano, membre du groupe de coordination.

« La philosophie éducative qui traverse tout le projet de la Cometa est l’Eveil du Cœur, la personne n’est pas un sujet passif mais le protagoniste de son histoire, capable de transformer sa communauté. C’est pourquoi le nom de l’institution, La Cometa, qui peut voler, qui peut voler, courir après ses rêves, mais avec un câble solide attaché au sol, parce que ce n’est pas une question d’illusions ou de choses irréalisables, mais de la réalité que le cerf-volant est capable de retourner et atteindre la hauteur et faire un processus de transformation », explique Diego Víquez fondateur de ces centres du développement humain La Cometa, qui sont déjà quatre dans la municipalité entière.

Aider l’autre à être heureux

Ce qui a le plus attiré mon attention quand j’ai commencé à travailler dans La Cometa en donnant des cours de tissage et de fabrication de bijoux, c’est d’entendre que notre mission en tant qu’éducateurs est d’aider les autres à être plus heureux, que les cours techniques que nous donnons ne sont pas la fin en soi, mais une excuse pour que nos élèves commencent un voyage de bonheur. « Éduquer, dit Diego Víquez, c’est puiser dans la vie, la vérité, la beauté. C’est juste faire fleurir la beauté qui était déjà en eux ».

C’est pourquoi dans tous les cours de la Cometa il est proposé d’entrer dans quelque chose de plus grand que de simples cours pour tuer le temps. Il y est proposé un processus éducatif intégral qui tient pour principes : répondre à la vie ; la vie est vécue maintenant, de tout ce qu’on apprend, toujours la vérité, à respecter la nature des choses.

C’est impressionnant de voir à quel point les gens aiment ce lieu. Chaque année des centaines de personnes font la queue pendant des heures pour s’inscrire aux cours qu’ils préfèrent. C’est beau de voir comment ils prennent soin et valorisent l’endroit, et comment ils naissent de nouveau, mois après mois.

A la Cometa, on respire la liberté, la familiarité ; les mères vont aux cours avec leurs enfants et c’est ainsi qu’il y a toujours des enfants partout. L’endroit est toujours beau et propre car chacun se sent chez soi.

Le travail que j’ai effectué une fois par semaine au centre de développement humain de La Cometa a été l’une de mes plus grandes joies. Le matin, je rencontre une vingtaine de femmes qui apprennent à tricoter au crochet. Beaucoup d’entre elles souffrent de dépression, donc le groupe est plutôt silencieux et tranquille, ce qui demande beaucoup d’attention de ma part envers chacune d’elles. Si je vois que l’une d’entre elles a besoin de plus d’attention, pendant la semaine, j’essaie de lui rendre visite avec les sœurs de ma communauté, avec l’excuse de partager une tasse de café et de discuter.

Le groupe des bijoux-fantaisie a un profil totalement différent, il n’y a que 11 femmes et, bien qu’elles aient aussi des histoires très dures, elles sont pleines de vie et joyeuses, passionnées par la création de belles choses et pour aller de l’avant à travers leur travail de bijoux fantaisie. Chaque après-midi d’atelier, devient un moment festif. Bien que de nombreuses personnes y travaillent beaucoup, elles s’organisent pour apporter du café et des repas toujours différents. C’est un vrai groupe d’amies !

Petit à petit, je les découvre plus personnellement, car elles me partagent ce que chacune d’elle vit, et c’est pour cela que je les admire de plus en plus et j’apprends de chacune d’elle. L’art d’enseigner est si beau parce qu’il nous permet d’échanger des rôles très souvent. Naomi est une de mes élèves qui est aussi mon professeur. Avec ses quatre enfants à sa charge, elle vient ponctuellement à tous les cours et une véritable artiste s’est épanouie en elle. Tout ce que je lui enseigne, elle le transforme et le recrée, souvent je vais chez elle pour boire un café et découvrir ses nouvelles inventions. Mais ce qui la caractérise, c’est son humilité et son attitude de gratitude : « Ce petit cadeau est pour toi Analía, je l’ai fait pour te remercier car tu m’as appris tout ce que je sais ».

Je fus aussi très émue par sa dignité, quand elle m’a dit : « J’ai été invitée à une vente dans un centre commercial, j’ai préparé ma table pour exposer mon travail et quand j’ai réalisé que j’avais de chaque côté des tables des femmes qui exposaient avec des bijoux de deux grandes marques… au début j’avais peur, mais plus tard j’ai réalisé que ce sont des femmes tout comme moi « .

 

 

 Video (en espagnol avec sous titrage en anglais) de Jenika, racontant son témoignage à la cometa

 

Vous aimerez aussi
Rencontre avec Gil Roman et la compagnie du Béjart Ballet à Athènes
« L’espoir n’est plus à l’ordre du jour »
Photo : Solitude et Absolu
Free Solo ou le frisson de la liberté